Un paysage à ma(r)cher

Depuis les débuts de l’humanité, la majorité de l’alimentation humaine était cueillie : jeunes pousses, fleurs, graines, racines, bourgeons, feuilles, noix, baies…

C’est en tant que non initiée à la pratique de la cueillette que je propose de déguster le paysage. Il s’agit d’une proposition pour réapprendre à regarder les espaces qui nous entourent comme de nouvelles possibilités gustatives. Regarder avec le ventre. Penser avec les papilles.
Sortir du cycle économique prévisible et connu de nos assiettes pour arpenter la métropole sous l’angle du comestible : le territoire nantais comme un vaste frigo à l’air libre.

« Voir est un acte de sélection et d’attribution de valeurs, nous ne voyons pas tout indistinctement. Nous remarquons, valorisons certaines choses et en laissons d’autres de côté. »
– Zhong Mengual, Estelle. Apprendre à voir: le point de vue du vivant. Mondes sauvages. Arles, Actes Sud, 2021.

Ce que l’œil voit sans voir, prendre des plantes connues et déjà vues pour recommencer à voir.
Des plantes que l’on qualifie dans le langage courant de « mauvaises herbes », dont on n’hésiterait à se séparer, couper, tondre, brûler ou juste éviter du regard, sans se rendre compte de tout leur potentiel comestible.

Ne nécessitant aucune connaissance préalable spécifique, c’est un sentier d’apprentissage à la cueillette et d’initiation au regard sur les plantes.
Pensé comme une première entrée en matière pour des personnes non-initiées, il propose de s’intéresser aux plantes sauvages les plus communes et les plus connues : pissenlits, orties, plantains, fraisiers sauvages, pâquerettes, aubépines et mâches sauvages seront les vedettes de cette marche; des plantes sauvages qui, a priori, ne devraient pas poser de problème d’identification ou de confusion. Une première porte d’entrée pour celles et ceux qui, par la suite, voudraient continuer et se nourrir d’autres morceaux des paysages.
Une proposition comme invitation à la découverte et redécouverte de ces mauvaises herbes qui traceront un sentier où le ventre est roi, prolongeant la relation que l’on entretient avec le territoire traversé et son végétal.

une des possibilités d’un sentier-cueillette (document personnel)

Le sentier est proposé à titre d’exemple, les herbes sauvages poussent toujours là on ne s’y attend pas, mais son principe est reproductible et adaptable.

Ingrédients :
des marcheurs.euses-cueilleurs.euses, minimum 2
des paniers, sacs en tissus et contenants
un couteau, sécateur ou autre objet coupant (la loi permet le port d’un couteau de loisir)
des bonnes chaussures et un regard aiguisé

Le tracé :

Se rassembler sur la place/lieu du marché du bourg, de la ville ou du village le plus proche – la place de l’église fait souvent office d’un tel lieu.
Tracer plusieurs sentiers partant de ce point, proposant plusieurs marches dont la durée sera estimée entre 1h et 3h.
Partant d’un point urbain, l’exercice est de réussir à sortir des zones urbaines, dévier celles agricoles ou industrielles, de chercher ce qu’il se passe entre.
La cueillette s’orientera le long de chemins, des zones boisées et autres espaces qui laissent penser que le végétal y trouverait toute sa place. Nantes n’ayant que très peu de domaines de forêts par rapport à d’autres régions -le Bois de la Desnerie, le Lac de Grand Lieu et la forêt de Touffou- il convient de s’adapter, en s’autorisant l’entrée dans des prairies, en s’intéressant aux morceaux de landes et terrains vacants dispersés.

S’appuyant sur les conseils du site Internet des Chemins de la Nature pour cueillir de manière la plus sûre, il s’agira ainsi d’éviter « les endroits les plus pollués [tels que] les bords de routes, les chemins de fer, les abords des usines, des champs et jardins cultivés et des décharges ». Une autre règle est de s’éloigner d’environs 50 à 60 mètres des bords de routes fréquentées pour éviter tout risque.
Evidemment en pleine métropole nantaise, il est difficile de ne pas passer ou de ne pas se retrouver face à de tels lieux, chacun et chacune sera donc à même de décider ou non de cueillir le long du chemin ; pouvant, par exemple, faire l’objet de tests et dégustations – une gelée de fleurs de pissenlits poussant à côté du centre d’arrêt aura-t-elle le même goût qu’une autre dont les fleurs auront été ramassées le long de l’Erdre ? -.
Il faut également savoir que ce n’est pas parce qu’un lieu et/ou qu’un sol sont pollués que la plante va contenir le polluant. Il en va tout de même de la responsabilité de chacun et chacune, de juger et de faire preuve de bon sens pour ne pas prendre de risque pour sa santé. Dans le doute, mieux vaut s’abstenir.

Chaque tracé formera une boucle offrant plus de possibilités quant à la trouvaille de plantes à déguster. Libre aux marcheurs et marcheuses de s’arrêter, dévier, s’enfoncer si l’instinct d’une trouvaille les guide.

De nouveau réunis au point de rendez-vous, les paniers et sacs remplis, comme si le marché venait d’être fait, deux options s’offrent à vous,  se laisser le temps de prendre un café dans le bar le plus proche ou directement rentrer à la maison et cuisiner le festin.

Au menu :

reçu du sentier et de son menu
reçu du sentier et de son menu

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
nadja warnant (5 avril 2023). Un paysage à ma(r)cher. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0c


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search