Révélons les sols !

Ce 20 mars 2023, le Giec a publié son sixième rapport de synthèse. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat tire une fois de plus la sonnette d’alarme sur l’ampleur du changement climatique et la gravité de ses impacts. Les scientifiques « estiment que le réchauffement de la planète atteindra 1,5°C dès le début des années 2030 »1, soit dix ans plus tôt que la précédente estimation. Les conséquences de cette augmentation seront donc inévitables. L’urgence est réelle, nous avons trois ans pour inverser la courbe des émissions de gaz à effet de serre. Les impacts du changement climatique vont, non seulement, s’accentuer au fur et à mesure, mais ils seront aussi plus complexes, en cascade et difficiles à gérer. Il suffit de se remémorer la canicule de l’été 2022 en France et ces impacts catastrophiques sur l’agriculture, l’eau, la biodiversité et la santé des êtres vivants. 

Les scientifiques appellent à la sobriété ainsi qu’à la transformation structurelle de notre société. Parmi les secteurs leviers tels que les énergies ou les transports, l’aménagement ou le ménagement des villes et des territoires jouent un rôle essentiel dans cette grande transition. Comme l’écrit le GIEC dans son sixième rapport de synthèse, « le secteur de l’agriculture, la forêt et l’usage des terres représentent un potentiel important de réduction des émissions, avec des bénéfices potentiels pour la biodiversité. »2

Dans ce contexte de crise écologique et climatique, partout sur le territoire de nombreux collectifs citoyens se battent pour un monde plus respectueux du vivant. Face à la lenteur et parfois à l’inaction des politiques publiques ces citoyens se mobilisent et luttent contre des projets qu’ils jugent écocidaires. Partant d’un enjeu environnemental de défense de lieux condamnés à être artificialisés, ils dénoncent un système de société où règne le paradigme de la croissance et de la consommation. Si des grandes luttes comme celles du Larzac ou de Notre-Dame-des-Landes ont marqué les esprits, il existe actuellement en France plus de 400 collectifs locaux mobilisés. Ces luttes locales ne sont pas la représentation des intérêts particuliers d’une certaine population mais témoignent d’un véritable mouvement de pensée global. 

A travers leurs combats, les militants soulèvent l’un des enjeux primordiaux dans l’aménagement des territoires de demain : la lutte contre l’artificialisation des sols. En réflexion au niveau européen depuis 2011, cette notion a été impulsée en 2018 par Nicolas Hulot, alors Ministre de la transition écologique et solidaire. Elle s’est finalement concrétisée et traduite juridiquement en France par la loi Climat et résilience du 22 août 2021 à travers l’objectif du Zéro Artificialisation Nette, le ZAN. Cette loi définit l’artificialisation comme « l’altération durable de tout ou partie des fonctions écologiques d’un sol, en particulier de ses fonctions biologiques, hydriques et climatiques, ainsi que de son potentiel agronomique par son occupation ou son usage. » La loi Climat et Résilience fixe un objectif d’atteindre en 2050 « […] l’absence de toute artificialisation nette des sols […] »3. Elle établi cependant un premier objectif à une échéance en 2031 visant à diviser par deux le rythme de la consommation d’espaces ( observé en 2010) dans les dix prochaines années (2021 – 2031).

Bien qu’inédit et novateur la mise en œuvre de l’objectif ZAN ne fait pas l’unanimité auprès des professionnels de l’urbain et du territoire. Si beaucoup de ces aspects sont très controversés, comment concrètement se saisir de cet enjeu si essentiel et au besoin le réinventer ? Comment sensibiliser à l’importance des sols la population, mais également les élus, les services techniques des collectivités et les professionnels de l’espace ?

Mise en œuvre du sentier 

L’émergence du ZAN va profondément modifier notre rapport aux sols, à leurs usages et à leurs devenirs. Cependant, connaissons-nous vraiment les sols ? Savons-nous ce qu’il s’y passe ? Pourquoi sont-ils si essentiels à notre survie ? Quels rôles jouent-ils dans la transition écologique des territoires ?

« Le sol représente le principal écosystème terrestre et nous vivons dans sa périphérie » 

Selosse, M.-A., et Rafaelian, A., 2021, L’Origine du monde. Une histoire naturelle du sol à l’intention de ceux qui le piétinent, Arles, Actes Sud.

Partant du constat des luttes généralisées contre l’artificialisation, du contexte actuel de transition écologique, de l’objectif ZAN et de la méconnaissance globale des sols, le sentier « Révélons les sols ! » est l’opportunité de (re)questionner les rapports entre sols et humain. Le sentier se veut révélateur – au sens de « faire connaître ce qui était inconnu » – de la diversité des sols qui composent nos territoires afin de mieux les identifier, les protéger et au besoin les projeter. 

Ce sentier propose d’arpenter le territoire de la métropole nantaise en passant par des lieux de luttes contre l’artificialisation, sources de controverses, mais également par des lieux aux couvertures de sols différentes (perméables, imperméables, naturelles, anthropisées…). Le sentier traverse par exemple des corridors écologiques, des champs agricoles, des espaces de pleine terre, des sols imperméables, des espaces en transition, en chantier, des friches militaires, industrielles et ferroviaires, des carrières, des sols pollués… 

Parcourir cette diversité de lieux sous le prisme des sols permettra non seulement aux marcheurs et marcheuses de réfléchir à l’enjeu de zéro artificialisation nette mais aussi à notre rapport au sol de manière multidimensionnelle. Il est impératif de sortir du modèle où le sol n’est qu’une surface, un foncier et de passer à un système où le sol est matière et vivant. Afin d’aider le marcheur, dans ce changement de paradigme plusieurs marches sont envisagées. 

  • La première marche est individuelle ou en petit groupe. Le marcheur sera muni d’un livret représentant graphiquement, scientifiquement et spatialement les enjeux liés aux qualités multidimensionnelles des sols. Ce livret accompagnera le marcheur à sortir d’une représentation surfacique du sol pour prendre en compte ses trois dimensions et sa profondeur. 
  • La deuxième marche envisagée sera elle ponctuelle (selon une fréquence à déterminer ) et collective. Cette expérience de marche s’inspire du studio Bernardo Secchi et Paola Vigano qui utilise la marche comme dé-marche de projet.4 Selon eux, « l’urbanisme est quelque chose que l’on fait avec les pieds.»5 En arpentant le territoire en groupe mais également grâce aux interventions le long du sentier de praticiens, d’associations en lutte ou d’habitants, le temps de marche devient alors support et opportunité de projet.

Au-delà de son rôle pédagogique et sensibilisant, le sentier offre un usage efficient aux habitants. Etant un projet en lui-même, le sentier sera support de modifications concrètes et permettra, par exemple, de relier en mobilité douce des lieux significatifs des communes. De plus, une fois les sols révélés, le sentier sera également porteur d’opportunités de projets à ses abords.

  1. Publication du 6e rapport de synthèse du GIEC, Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires et Ministère de la Transition énergétique, 20 mars 2023 lien : https://www.ecologie.gouv.fr/publication-du-6e-rapport-synthese-du-giec 
  2. Ibid.
  3. Ministère de la Transition écologique de la cohésion des territoires, Artificialisation des sols, 21 décembre 2022, lien : https://www.ecologie.gouv.fr/artificialisation-des-sols 
  4. Bojko, Gaelle, Bernardo Secchi – l’urbanisme avec les pieds, Grands sentiers carnet Hypothèses, 29 mars 2021, lien : https://gdsentiers.hypotheses.org/558 
  5. Entretien de Bernardo Secchi, Thierry Paquot, Paris, 15 février 1999, lien : http://www.marcellinbarthassat.ch/files/bernardo_secchi.pdf 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Camille Louail (11 avril 2023). Révélons les sols ! Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0d


Auteur/autrice : Camille Louail

Étudiante à l'école nationale supérieure d'architecture de Nantes et diplômée en urbanisme du master Villes et Territoires.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search