Marche collective préparée par les étudiant·e·s, 25 mars 2021 : les marcheurs·euses ont des oreilles

Cette marche a été dessinée et menée par quatre groupes d’étudiant·e·s. Chaque groupe a au préalable étudié un sentier, avec parfois des protocoles à suivre, pour explorer la zone Sud-Ouest de la métropole. De plus, cette fois-ci, une partie des marcheurs·seuses avaient à disposition des outils pour capter du son et étaient concentré·e·s sur un aspect sensoriel. Le sentier parcouru démarre de la gare de Saint-Mars-de-Coutais, d’où nous partons à 8h30, et se termine à Bouguenais, avec entre temps la rencontre du second groupe du studio.

Notre marche démarre par une demi heure de train qui, de Gare Sud à Saint-Mars-de-Coutais, nous offre divers panoramas. Une fois sur place, la gare est en pleine campagne, à proximité d’un parking où nous nous installons. Nous faisons un point sur les consignes du jour et chacun expose ses attentes ou ses questions vis à vis de la journée. Aujourd’hui, Julia Vallvé de Atelier Java se joint à nous pour nous accompagner dans la captation sonore. Après un temps de prise en main du matériel, nous démarrons en traversant Saint-Mars-de-Coutais. Nous passons le long de routes de campagne, nous marchons à côté du fossé entre des bords densément boisés et les voitures. Ensuite nous longeons des maisons résidentielles blanches, passons par une zone de travaux, et la captation du son suit son cours. Notre groupe se disperse car chacun a à cœur de découvrir et de faire état de situation de “trouble”, situation qui suscite notre intérêt ou notre curiosité. Une fois sortis du bourg, nous tentons de réunifier le groupe afin de rétablir une dynamique collective. Nous échangeons et continuons de chercher, glaner, au milieu des paysages qui sont devenus plus vastes et aérés. Peu de temps après, nous commençons à longer le Lac de Grand-Lieu et sa réserve naturelle. Nous faisons face pendant un long moment à un paysage d’eau. L’horizon est lointain et l’on aperçoit au loin Passay ou encore Saint-Aignan-de-Grandlieu. Lorsque le sentier s’y prête, nous nous rapprochons un peu plus du lac pour nous y arrêter et prendre le temps de s’imprégner de l’atmosphère du lieu. La situation est ici bien particulière, le ciel est dégagé et le soleil tape fort sur l’eau. Ainsi la vision du groupe est troublée car l’on peut voir la réserve, sans vraiment en apprécier les détails. Pourtant chacun est marqué par le moment et essaye de trouver ce qui est à l’origine de ce sentiment.

« Si on devait faire un dessin, il n’y aurait rien à dessiner, si ce n’est la pointe du clocher que l’on voit en face » remarque Lisa.
« Oui enfin, il y a peut être les reflets de l’eau, ou encore le végétal à montrer non ? »
propose Hugo.
« Oui mais en soit on voit vraiment que de la lumière et la tache noir du clocher »
lui répond Lisa

Après un long moment de contemplation, notre équipe repart en abandonnant la conduite de la marche et la carte, au second groupe. L’heure tourne et cette longue pause nous met en retard, nous essayons alors d’accélérer le pas. Un protocole se met en place afin de restituer des regards croisés sur une même situation. Une personne à la photo, une au dessin, une à l’écriture, une au son. Par groupe de quatre, nous revisitons l’exercice du panorama de la précédente marche, en multipliant les médiums. Lorsqu’une personne croise une situation troublante, elle fait signe aux autres qui s’arrêtent et captent le moment. Un premier arrêt s’effectue lors de notre entrée dans une prairie clôturée que nous avons décidée de traverser. Roxane fait signe « On a là une vaste prairie, on pourrait imaginer un espace idéal pour des événements ou des fêtes ». Elle et ses trois partenaires se détachent du groupe et prennent le temps de s’imprégner du lieu. Notre groupe continue sa marche en direction de la Noé, un petit hameau. Peu avant d’y arriver, nous nous laissons surprendre par une série de détails troublants. Le paysage n’a presque plus d’allure naturelle ou sauvage. Il y a toujours beaucoup de végétaux, un grand point d’eau, mais tout semble clôturé et réglé au centimètre près. Même l’accès au lac est bloqué, physiquement et visuellement. Une grille barre le passage et un mur de végétaux bloque la vue. Nous lançons la discussion à ce sujet.

« C’est curieux, avant d’arriver aussi proche du lac, je ne l’avais pas aperçu à cause de toute la végétation » observe une étudiante.
« Il faut savoir qu’un point d’eau comme celui-là est en fait contrôlé et régulé . En fonction de cette régulation, de nombreux métiers perdent ou gagnent de manière plus ou moins directe », ajoute Frédéric.

La marche se poursuit, nous nous arrêtons sur une structure légère en bois. Il fait chaud, l’endroit est propre et accueillant, le repas peut se faire à même le sol. Nous profitons de cette parenthèse pour discuter de l’après-midi et nous reposer. Puis nous poursuivons jusqu’à Bouaye où une troisième équipe prend le relais avec la carte. L’heure du rendez-vous de quinze heures trente est encore loin, nous nous permettons un rythme plus souple pour profiter de l’intrigant chemin que nous empruntons. Nous traversons Bouaye par le cimetière en longeant le mur anti-bruit. Nous sommes en contrebas et nous marchons perdu·e·s dans une végétation dense. Pourtant les bruits de voitures sont très proches. Le paysage est quelque peu OVNI, il y a un béton armé tagué, des déchets, une clôture, un ruisseau et de hauts arbres. Nous continuons dans le silence jusqu’à remonter au niveau des habitations. Nous longeons un lotissement, puis nous cherchons nos repères. Notre groupe se trouve face à un imprévu, une traversée de champ n’est visiblement pas possible. À l’aide de la carte et de ce que nous apercevons à l’horizon, nous trouvons un compromis et choisissons d’escalader une barrière. Nous continuons jusqu’à un moulin qui avait été pointé lors du tracé du sentier et faisons une autre escale à Bouaye. L’heure de rencontrer le second groupe se rapproche et visiblement nous avons de l’avance. Au point de jonction, nous retrouvons l’autre groupe, et faisons les présentations de chacun et chacune. Nous nous éloignons du hameau dans lequel nous nous trouvons afin de trouver un lieu en recul, afin d’y faire débat et d’échanger sur nos journées respective. C’est un moment de partage, nous sommes à l’ombre derrière des arbres, dans un bosquet, assis, et les péripéties de la journées refont surface dans les discussions. Le dernier groupe qui nous guidera jusqu’à Bouguenais se prépare et nous nous remettons en marche. Le nombre de marcheurs/euses a maintenant doublé, tout le monde s’est dispersé en petits groupes et les échanges ce poursuivent. Nous arpentons principalement des paysages de champs avec une vue large sur l’horizon. Puis nous nous immergeons dans le végétal. À notre gauche, un talus, recouvert d’une grande densité de plantes, et à notre droite s’enchaînent les arbres, et parfois quelques jardins. Avant la dernière étape de Bouguenais, nous décidons de faire une escale à la carrière pour en observer le vertigineux panorama. Nous reprenons et finissons journée sur la place de l’église à Bouguenais.

Le moment d’échange entre les deux groupes de marche.