Alexandre Field. Regarder, comprendre et agir, ensemble.

Architecte, enseignant, co-fondateur du Mouvement des chemineurs et de l’association Le Bureau des Guides du GR2013

Tout a commencé à l’école d’architecture de Versailles, ou plutôt, grâce à celle du paysage qui lui faisait face. En effet, Alexandre F., étudiant, était admiratif de la pédagogie donnée aux étudiants en paysage. Juste en face, ils apprenaient à « regarder » le territoire, à comprendre où ils étaient, dans quel lieu, quel environnement. Lors d’un projet, les étudiants en architecture ont constaté qu’ils avaient énormément de mal à tirer des éléments constructifs de ces rencontres in situ. Perturbés par cette lacune, Alexandre et ses amis n’avaient plus qu’une idée en tête, sortir de l’école. Le but était d’apprendre à comprendre le territoire, à le découvrir et réussir à le représenter, à le décrire par le biais d’outils. Comment rapporter le site pour pouvoir laisser une place à l’architecture par la suite ?

Ils fondent alors en 2001 « Le mouvement des chemineurs » avec comme outil majeur pour la récolte de matériaux, la marche. Ce qui n’était à la base qu’une intuition est devenue une vraie démarche de projet. Ils ont continué à organiser des réunions d’architectes, de paysagistes et d’artistes au sein d’un atelier itinérant. Alexandre  F. a exercé en tant qu’indépendant puis au sein d’un CAUE. Il a écrit, Dense Dense Dense, qui est un projet de sensibilisation à l’architecture et à l’urbanisme pour les habitants et les élus des communes en vue de contrer l’étalement urbain. Il complète sa formation au travers d’une campagne photographique, d’une exposition itinérante, d’un cycle de «cinéma-débats», d’ateliers de formation et de la publication de guides d’architecture. Il a cofondé un Atlas Métropolitain qu’il propose aux étudiants et étudiantes de master à l’ENSA de Marseille afin de découvrir l’échelle de leur territoire métropolitain. Pour ce faire, il a mis en place un protocole.

Comment comprendre l’échelle du territoire ?

1 Parcourir : découvrir
2 Cartographier : raconter et apprendre grâce aux cartes
3 Photographier : accompagner une cartographie
4 Projeter : comment on habite ce territoire ?

Croquis qui représente les 4 étapes du protocole pour l’Atlas Métropolitain (Chloé Harlay)

En 2011, une question est posée dans le livre Marseille, Ville sauvage (Actes Sud)  “et si on créait un musée à ciel ouvert, fait de rien, qui permettrait de parcours le territoire, la ville en écoutant ce qu’elle a à nous raconter ? ». L’idée était de créer un « chemin » qui raconterait la manière dont on habite le territoire, comme une histoire dans laquelle on se plongerait en marchant, en regardant. En 3 ans, ils ont donc créé un sentier, de 365 km, qui organise des continuités urbaines entre les 38 communes parcourues et qui relie les deux grands « vides » du territoire métropolitain, l’étang de Berre à l’ouest et le Massif du Garlaban à l’est. Ce sentier passe volontairement par des lieux mis en arrière-plan par le marché du tourisme, des lieux qui construisent et racontent réellement l’espace dans lequel nous vivons.


Le mouvement des chemineurs a saisi cette opportunité de sentier pour se proclamer gérant de l’animation de celui-ci. En 2013, ils montent alors le bureau des Guide du GR2013 afin de créer des actions en milieu naturel en vue de raconter le territoire à leurs manières. Pour ce faire, ils emmènent marcher un public, très différent (élu, urbaniste, étudiant, randonneur, curieux, scolaire, étranger, etc.) pour pouvoir ensemble regarder, découvrir et essayer de se l’expliquer.

Actions : animer le sentier comme équipement culturel métropolitain.

Aménager : le sentier devient un acteur pour aménager le territoire.
Défendre : zone oubliée volontairement ou involontairement, éviter l’étalement urbain, défendre des espaces naturels en danger (la cascade des Aygalades).
Sentier comme théâtre : raconter le territoire pour participer à la pensée du territoire (1001 nuits, Métropole communes, Pamparigouste)

Croquis représentant la démarche sur le GR2013. Hachures (territoire connu, touristique) Ligne (sentier) Ronds (Aménager) Triangle (Zone à défendre) (Chloé Harlay)

Il rejoindra l’équipe des Sentiers Métropolitains/Metropolitan Trails en 2017 pour initier le projet du futur Sentier Métropolitain du Grand Paris. Alexandre F. et ses compères utilisent la marche comme outil de communication pour rassembler et rendre actif les citoyens. Ils sortent de l’ombre des éléments du territoire qui posent problème, pour nous permettre d’agir sur le monde qui nous entoure. Grâce à la marche, ils tentent de nous rendre tous égaux et acteurs d’un territoire commun… Alexandre F. ne parle jamais à la première personne du singulier, c’est une démarche collective, une marche du « on ». 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chloeharlay (30 mars 2021). Alexandre Field. Regarder, comprendre et agir, ensemble. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxxa


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search