Pour un Périphérique en communs

Pour un Périphérique en Communs
Pour un Périphérique en Communs - Lettre

Madame, Monsieur,

Ce mercredi 29 juin 2022 s’est tenue la présentation clôturant mon PFE [Processus de Formation d’Enquêteur] au sein du Bureau des Enquêtes du Ministère.

En tant qu’enquêteur revenant du futur, j’ai donc dévoilé des éléments et évènements qui, en 2022, ne sont pas encore advenus. Ouverte au public, cette présentation fut l’occasion pour moi de restituer l’ensemble de la démarche que j’ai entreprise pour le compte de notre Ministère dans l’espoir que les personnes présentes puissent, elles aussi, s’en saisir dans leurs territoires respectifs.

Mon exposé fut organisé en deux temps :

  1. Un retour sur le processus d’enquête que j’ai conduit sur le Périphérique de Nantes entre 2022 et 2023. Ces éléments peuvent être consultés plus en détail dans mes précédentes notes d’enquête, accessibles ici et ici.
  2. Un aperçu des changements ayant eu lieu sur le Périphérique à la suite de mon enquête – à partir de 2023.

La présente note d’enquête – qui sera donc ma dernière -, vise à vous faire le récit de ces transformations à venir sur le Périphérique de Nantes.

Bonne lecture.

Benjamin Caramatie
Enquêteur D.E. [Diplômé d’État]

 

PRÉAMBULE

Les communs

Il me faut tout d’abord rappeler le cadre conceptuel qui m’a servi à mener mes investigations sur le Périphérique de Nantes.

Ce cadre de réflexion a notamment pris forme à la suite de la marche organisée par l’association Interstices au début de mon processus d’enquête. Lors de cette marche, un déclic est survenu. Nous étions sur la plaine de Tougas à l’ouest de Nantes, une décharge qui durant 30 ans a accueilli les déchets de la métropole. Maintenant, ces déchets sont enfouis sous la terre, sous les panneaux solaires et sous les moutons. Cachés, ces déchets n’ont pourtant pas disparu, ils pourraient devenir une source de pollution*.

* Voir à ce sujet les investigations menées par mon collègue Oskar, et le projet dont la Plaine de Tougas a fait l’objet.

Ces déchets constituent un héritage encombrant dont l’échelle impose que l’on s’en occupe collectivement pour en limiter les potentiels effets négatifs. Ces déchets, c’est ce qu’on appelle un commun négatif.

La Plaine de Tougas, ses moutons, ses panneaux solaires, et ses déchets
La Plaine de Tougas, ses moutons, ses panneaux solaires, et ses déchets – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Ce concept m’a interpellé. Creusant le sujet et pressentant son potentiel, j’ai choisi de l’utiliser pour orienter mes recherches sur le Périphérique.

L’expression nait visiblement au début des années 2000, sous la plume de Maria Mies et Veronica Bennholt-Thomsen [1], la première l’utilisant pour désigner les déchets organiques générés par l’agriculture de son village rural d’Allemagne. Le concept se popularise après la catastrophe de Fukushima en 2011, alors repris par le militant anticapitaliste Sabu Kohso ou encore le professeur-chercheur Alexandre Monnin. En voici une définition :

« Les communs négatifs désignent des “ressources”, matérielles ou immatérielles, “négatives” tels que les déchets, les centrales nucléaires, les sols pollués ou encore certains héritages culturels (le droit d’un colonisateur, etc.). Tout l’enjeu étant d’en prendre soin collectivement (commoning) à défaut de pouvoir faire table rase de ces réalités. »

Glossaire · Politiques des communs. Politiques des communs. [2]

Je suis facilement remonté au concept plus général de commun, dont la définition est similaire à celle donnée ci-dessus, à ceci près que la ressource en question n’a pas de caractère négatif mais au contraire positif. Il peut s’agir de ressources naturelles (le stock de poissons d’un lac ou d’une mer, un des exemples le plus courant) [3], ou créées par l’homme. Par exemple, la mise à disposition gratuite de contenus audiovisuels durant la pandémie de la Covid-19 [4].

Les types de communs
Les types de communs – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

La notion de commun (sous-entendu « commun positif ») est plus ancienne que celle des communs négatifs. Elle a été notamment forgée par l’économiste et Prix Nobel américaine Elinor Oström dans son ouvrage Governing the Commons, paru en 1990 [3]. Le mot a cependant un ancrage historique bien plus ancien, venant du latin munus (obligation, charge), « cum-munus désignant ainsi la co‑obligation qui nous engage les uns vis-à-vis des autres du fait de vivre ensemble dans la même cité ». Sa signification d’aujourd’hui provient de commons, une notion issue des mouvements écologistes et altermondialistes anglo-saxons. La traduction française commun est d’ailleurs imprécise ; il serait plus juste de parler de communaux, en référence aux « pratiques collectives rurales régies par des droits coutumiers (glanage, pâturage, ramassage de champignons) » [5].

Les communs
Le principe de “communs”, d’après Elinor Oström – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Aborder le Périphérique via cette notion de commun négatif comme je l’ai fait, c’était, je crois, un bon moyen pour comprendre au mieux cet objet autoroutier. C’est en voir les impacts négatifs, les aspects qui rendent nécessaires sa transformation, mais c’est aussi en reconnaître les qualités, les potentiels et pourquoi il a été construit. Mais le concept permet d’aller plus loin dans la réflexion.

Au cœur du commun, il y a en effet l’idée de la gestion collective par un ensemble de personnes (une communauté) dans le but d’assurer la pérennité de la ressource. Un commun n’est donc pas une ressource en accès libre, mais ce n’est pas non plus une ressource dont personne ne serait propriétaire : c’est une forme de propriété partagée. Pour Elinor Oström, la réussite de la gestion d’un commun réside dans la capacité de la communauté à mettre en place un mode de gouvernance avec des droits et des devoirs. Au-delà de la question centrale de la préservation d’une ressource, l’enjeu du commun est donc la construction démocratique. C’est une co-activité, et pas simplement une co-propriété. [6] Pour l’économiste, les communs constituent un support pour la mise en œuvre de formes participatives de démocratie où les plus faibles doivent être représentés.

Ainsi, au-delà de la simple prise de conscience des différents aspects – négatifs comme positifs – du Périphérique de Nantes, le concept de commun est utile car il contient la solution pour améliorer les choses : il invite à agir collectivement, de façon concertée.

 

Étape 0 – Projeter collectivement

2024 – 2025

 

Agir collectivement, comme je le préconisais à la fin de mon enquête, a effectivement constitué l’étape initiale des transformations.

Création de l’APUM

C’est dans ce but que fut créé l’APUM, Atelier Populaire d’Urbanisme Métropolitain. Initié par la Métropole mais piloté par les citoyens, sa première mission fut de réfléchir aux devenirs du Périphérique de Nantes. Des ateliers furent organisés avec des habitants, architectes, experts et politiques.

Je soutenais la démarche, tant et si bien que le Ministère des Grands Sentiers me demanda alors d’encadrer les marches qui permettrait au public de se saisir de cet objet, de la même façon dont j’avais pu moi-même l’appréhender. Mon Sentier des Communs Périphérique fut remobilisé.

Les marches de l'APUM
Jonas D., enquêteur du Ministère des Grands Sentiers, médiateur des marches périphériques publiques du secteur de Saint-Herblain – Image : Nantes Métropole / APUM

Les ateliers citoyens aboutirent à la publication d’un inventaire d’idées. La plupart des idées étaient référencées avec des exemples d’endroits où elles avaient été tentées. Elles n’avaient donc rien d’impossible, rien d’utopique, c’était du concret. Créer des continuités piétonnes, vélo, paysagères ; inciter à l’usage de mobilités alternatives à la voiture ; réduire les effets négatifs liés au trafic… Les objectifs étaient nombreux et les méthodes (architecturales, routières, réglementaires) diverses.

Inventaire - Carte générale
Carte de l’Inventaire d’Idées pour un Périphérique en Communs – Image : Nantes Métropole / APUM

Déclassement du Périphérique

Comme Lyon l’avait fait en 2016 avec un tronçon urbain de l’autoroute A6, on demanda le déclassement du Périphérique de Nantes du réseau routier national. C’était la condition sine qua none pour que Nantes Métropole ait de nouveau pleinement la main pour intervenir sur l’ensemble du linéaire de voirie et non pas seulement au niveau des portes autoroutières.

La Porte d’Armor, site pionnier

En attendant que la mesure soit validée par le préfet, et afin d’expérimenter certaines idées, on rechercha un site pionnier : suite à ma proposition, la Porte d’Armor fut choisie sur le Périphérique Ouest.

C’était un site idéal. La Porte d’Armor :

  • Est l’une des plus fréquentées (et donc l’une des plus polluées) du Périphérique : c’est un point de passage obligé pour le trafic venant de l’Ouest ;
  • Dessert plusieurs lieux majeurs de la métropole nantaise : le Zénith de Nantes, la zone d’Atlantis et sa galerie commerciale, et donne accès au boulevard Charles Gautier, un des axes pénétrants vers le centre de Nantes ;
  • Était, en 2022, infranchissable pour les vélos et piétons, à moins de faire des détours très chronophages ;
  • Possédait un grand potentiel foncier, avec 82 000 m² d’espaces interstitiels disponibles.
La Porte d'Armor, ses enjeux
Les enjeux et potentiels de la Porte d’Armor, à Saint-Herblain

Les transformations sur la Porte d’Armor se firent en trois étapes :

  • Etape 1 : Réduire les effets négatifs liés au trafic et donc l’usage de la voiture individuelle. C’était l’étape préalable qui permettrait de faciliter la création de nouvelles continuités piétonnes et paysagères.
    • Cela aboutit à la création d’une Super Station Périphérique.
  • Etape 2 : Rendre plus utile, en sortant de la vision purement fonctionnaliste centrée sur l’automobile pour proposer d’autres usages.
    • Fut construite la Maison Commune d’Armor proposant divers services.
  • Étape 3 : Rendre plus utile, pour tous, en réconciliant l’infrastructure avec les vivants, humains comme non-humains.
    • La Maison Commune d’Armor fut étendue et une grande partie de la Porte réaménagée en faveur de la biodiversité.
 

Étape I – Réduire les effets négatifs

2025 ≈ 2030*

*NB : Le Ministère m’interdisant de révéler les échéances trop précises, je me contenterai de donner ici des horizons temporels approximatifs

 

Commençons par la première étape. Le Ministère me demande d’en parler, mais il s’agit pour la plupart d’aménagement routiers qui étaient nécessaires mais ne constituent pas le cœur de la démarche ; je passerai donc assez vite dessus.

Nous sommes un an après les Ateliers Populaires, en 2025.

Aménagements routiers et réglementaires

Comme c’est autour de 60 km/h que le bruit et la pollution atmosphérique sont les plus faibles, c’est à cette vitesse qu’on abaissa la limitation sur le Périphérique Ouest, puis sur l’ensemble du Périphérique. Ce fut un choix politique qui ne se fit pas sans contestation, comme vous l’imaginez, mais qui parvint finalement à être mis en place.

Manifestation contre la limitation à 60km/h sur le Périphérique
14.02.2023 · 14h36 · Manifestation contre la limitation à 60km/h sur le Périphérique, près de la Porte de l’Estuaire. Photo : Jean-Sébastien Évrard, AFP

Les bandes d’arrêt d’urgence n’étant nécessaires qu’au-delà de 90 km/h, on les récupéra pour les dédier au covoiturage et aux transports en commun.

Sur pression de citoyens, on décida de fermer deux entrées/sorties de la Porte d’Armor car on estima qu’elles faisaient doublon avec celles présentes 500 m plus au Sud, sur la Porte d’Atlantis. Immédiatement, cela ouvrait de grandes possibilités d’aménagement.

Étape I - Fermeture de 2 bretelles sur la Porte d'Armor

On réquisitionna ensuite une voie du giratoire pour créer des continuités pour les piétons et les vélos.

Étape I - Réquisition d'une voie du giratoire à destination des piétons et cyclistes

Sur la coupe ci-dessous, voici ce que cela donne le long du Boulevard Charles Gautier, à l’Est de la Porte. Les aménagements furent très légers, car on ignorait encore si cela pourrait être pérennisé. Une des 5 voies de circulation fut piétonnisée, et une aire de covoiturage créée près du giratoire.

Boulevard Charles Gautier, Étape I - Coupe
Récupération d’une des voies du Boulevard Charles Gautier à destination des piétons et des cyclistes

Le long de la bande d’arrêt d’urgence, au Sud de la Porte d’Armor, le paysage que vous connaissez en 2022 est celui-ci :

Les abords de la Porte d'Armor, en 2022
Les abords de la Porte d’Armor, en 2022

A mon époque, voici ce à quoi il ressemble. Le Ministère m’interdit de vous montrer des photos d’un futur trop lointain aussi je vous montrerai donc des dessins. Ces changements d’ordre routier étaient minimes dans les travaux menés mais grands par leur impact.

Les abords de la Porte d'Armor, demain
Les abords de la Porte d’Armor, demain

Avec la vitesse abaissée, marcher le long du Périphérique pouvait désormais se faire en toute sécurité. Enfin à l’abri du fauchage régulier des agents d’entretien des routes, les talus qui bordent le sentier devinrent plus propices à la biodiversité végétale et animale. On modifia le tracé de mon sentier d’enquête pour le faire longer le Périphérique à cet endroit.

Au fond, vous apercevez la super station périphérique. Allons la voir de plus près.

La super station périphérique d’Armor

Cette super station fut créée dans le but d’inciter la population à se passer de la voiture pour ses déplacements domicile-travail. A votre époque, le Périphérique n’était quasiment pas utilisé par le réseau de bus de la métropole nantaise. A mon époque, on y a installé une navette de bus express, qui dessert toute la journée les principaux bassins d’emploi et de logement éparpillés tout le long du Périph’.

La Super Station Périphérique de la Porte d'Armor- Axonométrie
Axonométrie de la super station périphérique d’Armor

A vélo, avoir à parcourir de longues distances est rédhibitoire. Quant aux transports en commun, c’est la desserte des derniers kilomètres ou centaines de mètres avant l’arrivée à destination qui est problématique, surtout pour les personnes n’habitant pas ou ne travaillant pas en centre-ville.

Cette super station répond à ces enjeux.

L’idée avec la super station est d’utiliser le Périphérique pour permettre aux usagers d’effectuer le plus gros du trajet via une navette de bus express à haute fréquence, et de les laisser finir les derniers kilomètres en vélo. Ils peuvent embarquer leur vélo personnel dans la navette ou bien en récupérer un à leur sortie, dans la super station. Au niveau du quai, et de la passerelle menant à l’aire de covoiturage, on retrouve un hall d’attente ouvert 24h/24. Les autres niveaux proposent des parkings vélo sécurisés.

La Super Station Périphérique de la Porte d'Armor (mode constructif) - Axonométrie
La super station de la Porte d’Armor est construite avec une structure modulaire, facilement extensible et réversible

Ayant été construite à titre expérimental sur les deux bretelles qui furent fermées à la circulation, cette super station fut construite sur un principe réversible. A l’époque, il avait été émis l’hypothèse qu’un jour, cette super station ne serait peut-être plus pertinente et qu’il faudrait éventuellement la démonter. C’est une forme d’humilité assumée, un pied de nez à ce massif Périphérique tout de bitume et de béton, que mon enquête avait souligné plastique mais cependant guère réversible.

Cette super station est composée d’une structure en portiques de bois massif sur lesquels viennent se greffer des modules préfabriqués avec des planchers en CLT. Surdimensionnée, cette structure a finalement permis d’augmenter la capacité de la station au fil des années.

Le modèle de cette super station fut rapidement décliné sur les autres portes du Périph’, à mesure que l’on développa la navette de bus Périphérique.

 

Étape II – Rendre utile

2030 – …

 

Faisons un nouveau saut dans le temps, quelques années après. Toujours en tant qu’enquêteur du Ministère, je continuais d’encadrer ponctuellement des marches le long du Périphérique, ce qui me permis de suivre de façon régulière l’avancement des transformations.

Les usages aussi évoluaient. L’utilisation de la voiture individuelle avait considérablement diminuée, aidée par l’essor de l’offre de transports alternatifs. Dans la métropole, 12% des déplacements se faisaient désormais à vélo, contre 3% à votre époque.

Pérennisation du mail piéton et cycliste

Sur la Porte d’Armor, les voies qui avaient été fermées à la circulation automobile étaient encore pour l’heure peu confortables, très minérales.

On poursuivit la végétalisation entreprise le long du sentier et des bandes d’arrêt d’urgence, et on créa un vrai mail piéton et cycliste.

Boulevard Charles Gautier, Étape II - Coupe
Création d’un mail piéton et cycliste sur le boulevard Charles Gautier à destination des piétons et des cyclistes

De façon très minimale, on commença par éclater le bitume à certains endroits pour y laisser le sol respirer et la végétation s’y installer. Le bitume ainsi récupéré fut utilisé pour réaliser du mobilier urbain et continuer la reconfiguration du boulevard. On s’en servit comme matériau de remblai pour les jardins collectifs et une maison commune.

Le bitume des anciennes voies de circulation est progressivement retiré et mobilisé pour d’autres usages

Cette maison commune est construite sur les interstices autoroutiers, le long du Boulevard Charles Gautier qui mène à la Porte d’Armor.

La Maison commune d’Armor (Phase 1)

La Maison commune d’Armor propose divers services à destination des usagers se rendant à la super station : consigne, relais-colis en partenariat notamment avec les commerces de la zone d’Atlantis. Cela permettait par exemple d’éviter aux usagers d’avoir à prendre leur voiture pour se rendre dans la zone commerciale en sortant du travail.

La Maison Commune d'Armor (usages et mode constructif) - Axonométrie
La Maison Commune d'Armor (usages et mode constructif) - Axonométrie
Basée sur les mêmes principes constructifs que la super station périphérique, la Maison commune d’Armor peut facilement être démontée ou agrandie

La Maison commune propose aussi une salle associative à destination des usagers des jardins collectifs. Le sol à proximité des voies étant pollué, les cultures se font pour l’instant dans des bacs. Des tests de dépollution par phytoremédiation furent menés avec  l’espoir qu’un jour on puisse passer en cultures pleine terre.

La Maison commune d’Armor fut construite sur le même principe que la super station. Une structure simple en bois massif, sur une trame carrée de 3.5 m / 7 m, facilement démontable et extensible et qui offrait de la souplesse dans le positionnement des différents espaces. Cette structure est là encore un peu surdimensionnée, pour permettre cette fois la culture sur le toit.

 

Étape III – Rendre utile, pour tous

 

Bien des années après, les travaux de dépollution des sols avaient porté leurs fruits. A proximité du Périphérique, la qualité de l’air respectait enfin les recommandations de l’OMS.

Il était possible de passer à la dernière étape.

Restructuration du giratoire, pérennisation du mail

On démonta la moitié du giratoire. C’était des travaux lourds certes, mais le trafic sur le Périphérique avait bien baissé et les habitudes changé. On estima que c’était des travaux réparateurs, destinés à faire revenir la biodiversité qui avait été si longtemps impactée par cet objet autoroutier.

Étape III - Restructuration du giratoire, déminéralisation accentuée

Cela demanda de reconfigurer le Boulevard Charles Gautier. Le grand mail piéton et vélo fut réaménagé, en réutilisant toujours autant que possible le bitume des anciennes voiries et en désimperméabilisant les sols, avec des matériaux perméables, comme des pavés à joints enherbés.

Boulevard Charles Gautier, Étape II - Coupe
Pérennisation du mail piéton et cycliste sur le Boulevard Charles Gautier et déminéralisation avancée des voies

La Maison commune d’Armor (Phase 2)

On mis en place une navette qui venait chercher les enfants dans les différentes crèches municipales et associatives autour de la Porte, évitant aux parents travaillant à proximité de recourir à leur voiture. Des ateliers étaient organisés pour ces enfants dans la Maison commune d’Armor, maintenant agrandie, notamment au moyen des potagers passés en effet en culture pleine terre.

La Maison Commune d'Armor - Axonométrie
Axonométrie de la Maison commune d’Armor, une fois la crèche-minute installée

Intégration à la trame verte et bleue

Le Périphérique de Nantes fut intégré à la trame verte et bleue sous le statut de “corridor écologique potentiel”. Mon enquête avait souligné le caractère opportun d’utiliser le Périphérique comme un vecteur pour la biodiversité, alors que la plupart des corridors écologiques de la métropole le traversent perpendiculairement.

Étape III - Intégration à la trame verte et bleue

La Porte d’Armor étant situé entre deux réservoirs écologiques, on commença à réfléchir aux aménagements à réaliser pour mener à bien ce projet. Mais les obstacles techniques et financiers étaient nombreux : construire des écoponts et écoducs pour la faune et la flore ne relevait pas de petits travaux ! Et il était beaucoup plus difficile de mobiliser des fonds pour des grenouilles et écureuils que pour des gens.

Le Marathon de Nantes

La qualité de l’air s’étant suffisamment améliorée avec les changements dans les mobilités, la ville de Nantes décida d’organiser un évènement symbolique sur le Périphérique : le marathon annuel. Sa ligne d’arrivée fut placée sur la Porte d’Armor, le lieu pionnier dont les expérimentations avaient maintenant essaimé tout le long du Périph’. Bien sûr, cela relevait d’un coup de com’ (nous étions juste avant les élections municipales). Mais en tant qu’enquêteur je trouvais symbolique que le marathon se finisse là où les transformations avaient débutées.

Ouest-France - Marathon de Nantes : bold d'air frais sur le périph'
Une du journal Ouest-France du 19-20 avril 2032 – Image : Ouest France

Au-delà de cet évènement ponctuel, les abords du Périphérique avaient acquis un nouveau statut. A l’époque des Ateliers Populaires d’Urbanisme, les marcheurs que j’accompagnais faisaient figure de pionniers un peu fous. Désormais, mon ancien Sentier des Communs Périphériques était un parcours de marche plutôt commun.


Au fil des années, les changements sur le Périph’ étaient donc allés dans le bon sens. Mais il restait beaucoup à faire. Comme s’attaquer à la question des nuisances sonores, jusque-là mises de côté même si le passage à 60 km/h avait en partie amélioré la situation ; ou encore étendre à l’échelle du Périph’ entier l’attention portée aux continuités écologiques que j’ai rapidement évoquées sur la Porte d’Armor.

Cependant, je laisserai le soin aux prochains enquêteur·ices du Ministère des Grands Sentiers de s’atteler à ce récit.

Pour ma part, je vais terminer mon récit par vous résumer les choses ainsi :

Oui, de par son impact, il était nécessaire de transformer le Périphérique et l’usage qu’on en avait ;

Oui, de par sa plasticité, il fut possible de mener ces transformations, et nous avons dû le faire par étape, sur un temps long, exactement de la même manière que le Périphérique avait été conçu, mais de façon plus concertée, collective.

Oui, de par son potentiel à être réimaginé, il a été possible de réconcilier au moins en partie cette autoroute avec la vie qui se trouve à ses abords, même s’il reste une infrastructure lourde, un commun négatif qu’il faut continuer à prendre en charge.

Mais oui, nous avons pu faire du Périphérique un commun qui ne soit pas uniquement négatif.

Je pense vous en avoir convaincu·es, vous avoir inspiré·es et pourquoi pas donné·es envie d’aller marcher le long de ce Périph’ pour voir ce qui l’attend dans les prochaines années.

Merci de votre lecture.

Médiagraphie

[1] MIES Maria, BENNHOLDT-THOMSEN Veronika. Defending, Reclaiming and Reinventing the Commons. Canadian Journal of Development Studies 22, 1er janvier 2001. URL : tandfonline.com.

[2] Glossaire · Politiques des communs. Politiques des communs. Consulté le 9 mars 2022. URL : politiquesdescommuns.cc.

[3] OSTRÖM Elinor (trad. BAECHLER Laurent). La gouvernance des
biens communs : pour une nouvelle approche des ressources
naturelles.
Coll. Planète en jeu, De Boeck Supérieur, 2010.

[4] Les communs négatifs solution face à l’effondrement, 29ter.
Consulté le 9 mars 2022. URL : socialter.fr.

[5] BROSSAUD Claire, LAVAL Christian, “Aux racines des communs.
Entretien avec Christian Laval”. Métropolitiques, 3 mai 2018. URL : metropolitiques.eu.

[6] “Gouverner les communs, Elinor Oström. La Bibliothèque idéale
de l’Eco (épisode du 28 décembre 2018), France Culture, 2018. URL : radiofrance.fr.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Benjamin Caramatie (7 juillet 2022). Pour un Périphérique en communs. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy04


Auteur/autrice : Benjamin Caramatie

Diplômé de l'école nationale supérieure d'architecture de Nantes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search