Les territoires actuels – Stalker

Le groupe Stalker est un laboratoire de recherche né dans les années 90, il est issu de la réunion entre plusieurs étudiants issus de l’école d’architecture de Rome. Insatisfaits de l’enseignement théorique qu’ils ont reçu, ils inaugurent des marches à travers les espaces en marge de la ville. La première débute le 5 octobre 1995.

Carte de Rome_Collectif Stalker

La démarche part du constat inévitable de la présence de vides urbains. Ils sont le négatif de la ville bâti et un indicateur de la forme urbaine actuelle. Prendre en compte ces vides, c’est prendre en compte la structure générale de la ville. Ces marges traduisent un paradoxe: celui d’une ville incontrôlable. L’urbanisme est l’allégorie de la domination anthropienne sur la nature. Cependant, celle-ci à des limites: les tracés des rues et des cadastres n’évoluent pas au même rythme que nos vies. Cette différence de cadences entre les constructions humaines et les avancées de la nature se reflète dans nos villes. Les “ratés” et les rebuts de l’homme se matérialisent dans des friches, des espaces non-construits. Dans le cas de Rome, le terrain exploré par Stalker se situe entre l’anneau ferroviaire et la périphérie, mais toujours dans les limites administratives de la ville.

Suite à ce constat, le collectif se questionne: comment habiter cette zone urbaine aux multiples facettes ? Comment appréhender cet organisme illogique et multiple? Pour trouver des réponses, le groupe souhaite avant tout comprendre avec bienveillance l’essence de nos espaces délaissés. Leur mouvement se veut aux antipodes d’une démarche de domestication, mais plutôt d’écoute puis de traduction.

Cependant, ces territoires inoccupés sont des lieux chaotiques. Hors du présent des villes, leur langage et leurs mutations sont difficilement formulables. Une méthode permet de toucher du doigt l’expressivité des lieux : la marche. Stalker initie des traversées expérientielles qui, par leur dynamisme permettent au promeneur d’être alerte à la sensorialité des lieux. Cette recherche nomade permet de ne pas banaliser avec des mots ce qui se passe dans ces territoires.

Ce qui résulte de cette démarche, ce sont des manières de retranscrire ces espaces si différents de la ville que nous connaissons. Des archives, des cartes, des tracés, des textes, menant à des enquêtes et des discussions. Ces éléments permettent une requalification des lieux : plutôt que de continuer à les nommer espaces en marges, ils deviennent “les territoires actuels”. Un nouvel espace urbain que l’on peut découvrir grâce à un itinéraire d’exploration au delà du quotidien. Ce travail permet de trouver des solutions pour sauvegarder le devenir des espaces actuels. La meilleure étant l’abandon afin de conserver la mutabilité de la ville, et finalement ne pas chercher à prévoir l’imprévisible.

“L’abandon est la plus grande forme de soin possible de ce qui est né et s’est développé au delà de la volonté et du projet de l’homme.”

Lorenzo Romito