Jean Rolin, auteur d’une géographie quotidienne

Ancien grand reporter et passionné d’ornithologie, Jean Rolin (1949 – ) est par la suite devenu une figure de la littérature viatique. Il nous emmène par ses nombreux récits de voyage à contempler des sociétés qui lui sont contemporaines. Ainsi, il documente tout autant Paris et sa banlieue dans Zones (1995), la vie du boulevard maréchal Ney à Paris dans La Clôture (2001), les villes portuaires françaises telles que Calais et Saint Nazaire dans Terminal Frigo (2005) ou encore de nouveaux les abords de la Seine en banlieue parisienne tout en évitant Paris intra-muros dans Le Pont de Bezons (2020).

Une performance

Cet auteur nous offre ainsi une production prolifique d’ouvrages de “voyages sans destination”. En effet, au départ de ses recherches, il ne sait pas encore où cela va le mener. Ses voyages sont des projets, où la finalité n’est pas la réussite ou non, mais plutôt leur entreprise. On retrouve chez lui, dans sa pratique, une façon d’épuiser un trajet ou un territoire grâce à un protocole.

Jean Rolin marche avec des règles protocolaires qu’il n’annonce pas en début de récit mais laisse transparaître par bribes tout au long du récit. Les règles qu’il met en place lors de son dernier voyage relaté dans Le Pont de Bezons (2020) sont les suivantes : ne jamais dormir deux fois dans le même hôtel, ne jamais emprunter deux fois la même ligne de transports, ne pas adresser la parole aux personnes qu’il croise, … D’autre part, la Seine entre Mantes et Melun (hors Paris intra-muros) devient le fil conducteur de sa marche. Ces deux villes tout d’abord car elles commencent par “M”, car ce sont deux noms brefs et car elles marquent la limite de jusqu’où peut nous emmener le pass Navigo. Il épuise cette portion par des marches journalières ou sur deux jours où il dort à l’hôtel. Il peut un jour décider de se rendre dans le Nord pour le lendemain marcher en sens inverse dans le Sud, il n’y a pas forcément de continuité dans sa découverte et l’épuisement de cette portion.

Le détail et l’ordinaire

Après ces quelques règles qu’il s’impose à lui-même, hasard et observation sont ses maîtres mots. Il peut alors dans son récit passer sans transition d’une observation à une autre, ce qui nous plonge dans dans son enquête qui se fait de toutes ces pensées individuelles apposées formant un ensemble. Amoureux du sentiment de ne pouvoir rencontrer personne sur son chemin et du détail, il absorbe toutes les émotions que l’on peut éprouver en marchant.

Il a le goût de l’observation, ce qui lui permet d’ethnographier son territoire proche. Il raconte le territoire non pas à travers ce qui paraît immuable et donc le plus objectif, mais bien à travers une série d’anecdotes de ce qui ne restera pas. Attaché à ce qui ne dure pas, Jean Rolin est observateur des détails comme une bouteille de bière vide qui traîne. Il prend ces éléments comme indices, vestiges d’une soirée festive au milieu d’un champ. Les bouteilles de bouteilles de bière sont toujours de la même marque, tout comme les flasques de whisky et de vodka. Ces indices sont les pièces du récit de la société contemporaine, tout comme le sont les habitants et leurs habitudes qu’il raconte avec détachement. C’est l’ensemble du récit mis bout à bout qui dépeint une image de la société contemporaine. Son récit est alors très situé : il dépend complètement de l’espace-temps dans lequel il a marché et qui étaient les personnes qui constituaient l’espace à ce moment-là.  Ses ouvrages peuvent alors permettre la compréhension des lieux et de leur histoire des années après avoir été publiés.