Jean-François Pirson – artiste pédagogue

« La marche c’est comme une danse, ça ouvre à l’espace, ça fend l’espace »

Arpenter par Jean-François Pirson

Jean-François Pirson se définit comme artiste-pédagogue en tant que marcheur, danseur, chorégraphe, photographe, dessinateur, écrivain. C’est de manière kinesthétique qu’il exprime et pratique son rapport à l’espace, par le toucher et le mouvement, ce qui l’emmène  à un arpentage de divers territoires. Cette méthode de marche permet, selon lui, de bouger le corps et la pensée, qu’il exprime par l’idée « d’habiter sans se sédentariser ». C’est-à-dire habiter pleinement un lieu et en prendre soin (même de très courte durée) et ne pas sédentariser sa pensée. Il marche alors avec son corps qui « contracte tout le territoire d’un bloc. Il ne s’embarrasse pas plus des détails, mais fait le choix entier d’un espace. » Il se laisse propice à la rêverie et à l’éveil d’une idée. 

« L’arpenteur marche sans raison apparente ou pour prendre, les sens ouverts, la mesure du monde dans différents champs : phénoménologique, chorographique [la description d’un paysage] ou géographique, plastique, anthropologique et politique. Cet arpenteur est aussi la personne qui parcourt, en la révélant à lui même, un petit morceau de terre connu ou négligé, tentant de faire corps avec lui, sans but précis, la personne considère cette expérience comme un simple moyen -poétique- de lier sa vie à l’étendue de notre humanité. » 

Jean-François Pirson marche généralement seul ou avec sa compagne et ils parcourent le monde à pied, Barcelone, Beyrouth, Alep, Marrakech, Bruxelles, … Et ce, parfois dans le cadre d’expositions et installations de ses photographies et dessins. Car il explique aussi qu’il fait pour chaque marche de beaux petits carnet, et que c’est une manière pour lui d’avoir un soin au territoire. En dehors de cette pratique personne il marche aussi en groupe pour des workshop et notamment de le cadre de la faculté d’architecture de Liège où il est enseignant. Il applique la transversalité des pratiques à ses étudiant.e.s et propose des marches exercices. « Les dispositifs spécifiques qui accompagnent la marche renforcent le caractère exploratoire, la force du tracé, la plasticité du mouvement, ils avivent les frottements avec l’espace traversé et ses multiples usages, stimulant les sens, remuant la pensée du dehors »

Carnet dans La danse de L’arpenteur.

Pour aller plus loin : 

. Jean-François Pirson, La danse de l’arpenteur. Editions La Lettre volée (2019)

. Jean-François Pirson, Petits écarts dans Pratiques, réflexion sur l’art n°12. (2002 )

. Jean-François Pirson, Aspérités en mouvements ? Forme, espace, corps, sculpture, pédagogie. Editions La lettre volée (2001)

. Jean-François Pirson, Pratiques de territoire – Marches et workshops. Cellule Architecture Fédération Wallonie-Bruxelles. (2020) 

. https://vimeo.com/176434228

. https://www.youtube.com/watch?v=CSMneuxQ1nQ