C.I.E.N

Le Centre d’Interprétation de l’Eau Nantaise est le fruit de plusieurs étapes de recherches et de réflexions. C’est après l’étude d’une situation d’un trouble lié aux infrastructures techniques de l’eau, puis la recherche d’un tracé d’un grand sentier métropolitain nantais qu’est née l’idée de ce projet aux abords de la Loire.

L’objectif du CIEN est de révéler pour comprendre les infrastructures invisibles liées à l’eau ainsi que leurs relations avec les espaces visibles : les chemins, les routes, les rues et les quartiers que nous appréhendons chaque jour. N’ayant pas pour seul objectif de réaliser des espaces d’expositions, le projet est mixte, il regroupe également les bureaux de la Régie de l’eau de Nantes métropole, des laboratoires de recherches, des locaux de réunions et de conférences

Un abord troublé

Le programme prend place sur la commune de Saint-Herblain sur trois parcelles de friche constructible en zone UEI – secteurs d’activités économiques industrielles, logistiques et de commerce de gros. 

Il relie un axe de circulation entre le centre-ville et l’ouest de l’agglomération, le sentier Chercher l’eau trouble et le rejet des eaux usées traitées de la station d’épuration. Ainsi, le projet se situe à la confluence artificielle et invisible du rejet des eaux usées traitées et de la Loire.

Au carrefour des circulations

En amont, se trouve la station d’épuration de Tougas, la plus grande station d’épuration du Grand Ouest qui traite un volume équivalent à 600 000 habitants. Les eaux usées traitées sont rejetées dans la Loire, elles sont sans danger pour l’environnement. Cependant, ces eaux, les EUT, peuvent être réutilisées dans le cadre de la Réutilisation des eaux usées traitées – REUT (Reuse en anglais). La REUT est une source d’opportunités non encore développée en France, car aujourd’hui moins de 1% de nos eaux usées sont recyclées contrairement à certains pays comme Israël qui en réutilise 90%. D’après l’office nationale de l’eau, un des grands enjeux de la REUT est son acceptabilité sociale, faible en France ; aller vers plus de transparence est donc une nécessité absolue.

La REUT est l’une des options à étudier localement, pour répondre à des enjeux de territoire pensés plus largement.

La REUT en France : Regard sur l’état des lieux & évolutions en cours, CEREMA.

Entre solide et liquide

Au niveau du projet, c’est donc l’occasion de révéler physiquement la confluence des eaux usées traitées avec la Loire. Les deux entités principales – les bureaux de la recherche et la régie publique – s’érigent sur l’eau, comme des îles. Ces deux volumes sont connectés entre eux par une passerelle qui relie les différents usages et circulations.

Ainsi, le projet permet de dévoiler la ressource de l’eau sous toutes ses formes d’usages : eau potable, eau grise et eau usée traitée. C’est dans cet espace au cœur du projet, mixte et littéralement sur l’eau qu’émerge le Centre d’Interprétation de l’Eau Nantaise.

Le centre d’interprétation se veut être un idéal-type qui conjugue raison et émotion, mobilisant les cinq sens et la compréhension pour conscientiser le public sur un sujet précis. La transversalité disciplinaire et la multiplicité des regards permettent au visiteur de se faire une opinion propre. Il est acteur et se positionne lui-même dans sa découverte. source :

Qu’est-ce qu’un centre d’interprétation ?

Dans la formalisation architecturale, le projet s’apparente donc au départ à deux îles. Prenant la posture de la boîte dans la boîte, avec l’une liée aux flux, aux déplacements, et l’autre liée aux usages, ces deux îles sont reliées par cette passerelle tutoyant les eaux, permettant l’unité des différentes entités, prolongeant l’enveloppe protectrice.

Les eaux peuvent alors devenir apparentes au sein du projet, sous cette couverture. L’espace central, le CIEN, est ainsi le point de tension entre les eaux du ciel et les eaux du sol.

Un programme mixte unifié
Une articulation autour des usages
Bureaux et laboratoires de recherche
L’espace d’exposition et de sensibilisation
La Régie publique de l’eau de Nantes Métropole

Flux et usages

Au niveau du projet, les différents flux liquides se croisent, se rencontrent et parfois s’entremêlent afin d’être utilisées, dévoilées ou rejetées:

  • L’eau de pluie : récupérée en toiture, elle vient alimenter les laboratoires et les espaces de végétations et est mise en scène dans le CIEN où elle vient s’écouler au milieu de la pièce.
  • L’eau potable : venant du Nord du quartier en provenance du réseau public d’eau potable, ce flux vient desservir les espaces de sanitaires, le laboratoire pour des tests et le restaurant.
  • L’eau usée traitée : provenant de la station d’épuration, elle vient se déployer aisément dans la parcelle ; en apparence elle vient encadrer le bâtiment, comme des douves d’un château de la Loire. La confluence est mise en scène par une cascade. Cette eau vient alimenter les sanitaires au niveau des chasses d’eau, ainsi que les espaces verts et les jardins publics le long des sentier(s).
  • L’eau grise : l’eau usée au sein du projet retourne directement en amont, à la station d’épuration où celle-ci est traitée. Cela permet un format de circuit court amenant l’idée d’une économie circulaire entre le CIEN et la station d’épuration de Tougas.
Une eau trouble traversante et révélée
La cascade de Tougas
Les douves du CIEN…
…liées à la station d’épuration

Le projet du CIEN n’est pas novateur en soit, puisqu’il s’appuie sur ce qui se fait déjà, notamment au niveau de la REUT et de la sensibilisation. Ce qui devient manifeste dans le projet, c’est l’articulation des différents usages liés aux différentes circulations : reliant à la fois activités de recherche, administrations et institutions, circulations et sentier métropolitain, tout en créant un lieu de sensibilisation mêlant à l’exposition, la technique et l’ingénierie avec valorisation.

De nouveaux horizons

Pour finir, nous pouvons développer l’idée de ce projet dans une temporalité plus ou moins longue. A court terme, nous pouvons imaginer que le sentier et ses grandes directives, après la révision du PLUm de Nantes Métropole, soient inscrits dans le nouveau Plan d’aménagement et de développement durable. Plus précisément dans Les orientations en matière de mobilité. Au-delà de relier la métropole de manière douce et de sensibiliser le public, le sentier devient véritablement un des leviers d’aménagement nous permettant d’amorcer enfin de nouveaux outils de réflexion entre les institutions publiques, privées et la population. Enfin, au niveau de la REUT et s’il y a une évolution européenne des réglementations sur celle-ci le bâtiment pourrait embrasser totalement son architecture et son lien avec l’eau trouble. En France, nous pouvons imaginer que c’est avec une future loi Grenelle 3 que la REUT serait réglementée et approuvée en tant que ressource potable. Le bâtiment ne s’alimenterait désormais plus avec le réseau d’eau potable de la métropole mais rentrerait dans un cercle d’économie circulaire fermée avec la station d’épuration de Tougas et ne rejetterait alors ainsi aucune eau usée. Pourrait-il devenir le premier bâtiment doté de ce système en France ?



Citer ce billet
Tom Gouy (2022, 3 juillet). C.I.E.N. Grands sentiers. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy03

Auteur/autrice : Tom Gouy

Étudiant en Master Villes et Territoires à l'ENSAN

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search