La Société des Marais

Lorsque le sujet des milieux sauvages nous est rapporté, il est rarement omis de faire mention de la destruction des forêts primaires. Mais la disparition rapide d’un autre biotope à l’échelle mondiale reste moins médiatisée : celle des zones humides.
Pourtant, ces dernières sont essentielles à la survie d’un grand nombre d’espèces et les enjeux qui les entourent trouvent un écho particulier dans notre région des Pays de la Loire, dont elles sont une composante paysagère majeure.

Le Marais Audubon, en lisière de la métropole nantaise, asséché depuis le Moyen-Âge et transformé progressivement en terres agricoles, n’échappe pas à cette réalité. Et s’il a su conserver une certaine richesse faunistique et floristique, son avenir est aujourd’hui en suspend.

Pour endiguer la disparition des zones humides, le gouvernement français va en effet renforcer le protocole Natura 2000 en créant des zones de protection forte sur 10% du territoire national d’ici 2030. Le Marais Audubon, reconnu pour son avifaune, fait partie de ces nouveaux périmètres à l’étude. Mais la création de telles réserves pourrait s’avérer moins bénéfique qu’escompté sur le long terme.
Cette vision très occidentale de la protection de la nature a en effet depuis plusieurs décennies montrée des limites. En outre, elle a l’effet néfaste de dévaloriser l’intérêt écosystémique des espaces non-labellisés, dès lors simplement considérés comme exploitables.

Il faudrait donc trouver un moyen de conforter la qualité sauvage du Marais Audubon sans pour autant le sanctuariser.

Plaidoyer pour une coexistence bénéfique

Les zones humides de Couëron et de Saint-Etienne-de-Montluc entretiennent depuis des siècles un équilibre ambigu entre leur exploitation par l’humain et les dynamiques naturelles qui leur sont propre.
En 1995, elles sont sauvés in-extremis d’un projet de décharge de boues de curage de la Loire et prennent le nom du peintre et naturaliste Jean-Jacques Audubon qui y a passé une partie de son enfance. Ce succès est dû en grande partie à l’intervention de Jean-Louis Lavigne, l’un de ses descendants.

Depuis, Jean-Louis Lavigne s’est attaché à donner davantage de visibilité à l’œuvre d’Audubon en organisant des expositions et des rencontres culturelles. En 2020, son action a pris une nouvelle dimension, scientifique cette fois : l’Institut Audubon a été créé dans l’idée de tisser des liens avec des organismes américains de protection de la nature dont le naturaliste est devenu l’emblème. Il reste cependant beaucoup à faire. En 2022, Jean-Louis Lavigne n’a pas encore arrêté le programme exact de cet institut.

L’idée d’un organisme multidisciplinaire lié au Marais Audubon m’a semblé aussi pertinente que prometteuse. J’ai décidé, dans le cadre de ce projet, de répondre à une commande hypothétique et d’en formuler une image. Je propose donc l’instauration d’un organisme à but non-lucratif au service des zones humides de Couëron et de Saint-Etienne-de-Montluc : la Société des Marais (S.D.M.).
Cette dernière se chargerait d’assurer la médiation des dynamiques contradictoires à l’œuvre dans le Marais Audubon et coordonnerait l’action de ses différents acteurs en tirant partie de leurs qualités latentes.

Organigramme de la Société des Marais.
Crédit : B. Dolivet.

Par exemple, la SDM facilite le travail des piégeurs de ragondins en leur attribuant des locaux pour le rangement de leur matériel. En contrepartie ceux-ci offrent leurs prises aux bénévoles, qui en font des terrines et autres mets. Les bénéfices tirés de la vente de ces produits permettent alors de financer l’arrachage de la jussie à grande fleurs et le réensauvagement des berges du marais (pour rappel, sur les espèces “invasives” du marais lire ici : https://gdsentiers.hypotheses.org/3814).

Le projet de la Société des Marais se déploie véritablement à l’échelle du marais. Il se compose de cinq entrées :
– un Quartier Général, où travaillent et résident les membres de la SDM
– cinq abris, à usage des biologistes et des promeneurs
– deux lisières sauvages, le long des étiers aux berges réensauvagées
– trois nouveaux cheminements, se raccordant aux tracés existants
– trois itinéraires de rondes nocturnes, proposées l’été par la SDM

Un projet à l’échelle du marais.
Crédit : B. Dolivet.
Coupe paysagère.
Crédit : B. Dolivet.
Le Q.G. de la Société des Marais

L’île de la Motte est l’un des points culminants du Marais Audubon.
Elle est aujourd’hui occupée par un centre de déminage géré par la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises (DGSCGC). Ce dernier est une source de pollution pour les eaux souterraines et bloque l’accès à la Loire pour les promeneurs venus de Saint-Etienne-de-Montluc. Des collectifs citoyens militent depuis plusieurs années pour son départ.

C’est à cet emplacement, au bord de l’étier de la Giquelais, que va être aménagé un quartier général pour les membres de la Société des Marais.
Ce choix est aussi pragmatique que symbolique. Les membres de la SDM vont immédiatement rouvrir les chemins fermés et superviseront durant les prochaines années le démantèlement du centre de déminage. Les sous-sols avoisinants pourront également être dépollués par leurs soins, selon l’avis d’un spécialiste.

Plan de situation du QG.
Crédit : B. Dolivet.

Le quartier général est un bâtiment construit tout en longueur, sur le principe d’une structure bois en “coque de bateau renversée”. Cette méthode de fabrication est relativement peu onéreuse et présente la particularité d’être aisément recyclable. Ce sont les chantiers naval bois Fouchard, de l’Arche du Dareau à l’est du marais, qui s’assureront de sa construction.

Afin d’avoir le moins d’impact possible sur la qualité de la nuit, les fenêtres du QG sont équipés d’un système de stores orientables. Le bâtiment en lui-même repose sur des micro-pieux qui le surélèvent par rapport au niveau du sol, laissant la terre respirer et les petits animaux se déplacer.

Au bord de l’étier de la Giquelais.
Crédit : B. Dolivet.

Le programme du QG comprend différents espaces adaptés aux besoins des membres de la SDM. Il accueille notamment :
– Un atelier : géré par l’Institut Audubon, qui y organise des événements culturels comme des expositions ou des conférences.
– Des bureaux et des espaces de stockages : à usage du syndicat des agriculteurs, de l’association POLLENIZ et des acteurs cynégétiques.
– Une résidence scientifique, qui héberge à l’année des biologistes chargés d’étudier l’évolution de l’écosystème du marais.
– Un restaurant communautaire pour les membres de la SDM et ouvert aux promeneurs, où l’on déguste entre autres des mets à base de ragondin.

Coupe longitudinale du QG.
Crédit : B. Dolivet.
Des abris le long de lisières sauvages

Les bénéfices que la SDM tire de ses activités permettent de financer l’entretien des canaux du marais ainsi que leur réensauvagement. Deux lisières sauvages sont créées le long des étiers parallèles à la Loire. La première, située à proximité du fleuve, est caractérisée par des milieux aquatiques salés et saumâtres. La seconde, ceinturant les basses terres, est essentiellement baignée d’eau douce.
Le long de ces lisières sauvages se trouvent des abris où promeneurs et biologistes en résidence à la SDM peuvent se cacher pour observer la faune nocturne.

Apprendre à vivre parmi les ragondins.
Crédit : B. Dolivet.

Le profil des berges réensauvagées est très différent par rapport à celles qui traversent le reste du marais. Les pentes sont plus douces, de sorte que la flore spécifique à ces milieux puisse réellement s’y développer et que la faune y trouve de nouveaux espaces de vie. En outre, les ragondins peuvent dorénavant creuser leurs galeries sans risquer d’envaser trop rapidement les canaux.

Les abris sont placés au plus proche de l’eau afin de procurer des points de vue privilégiés sur les activités des habitants des berges. Ils sont fabriqués à partir de murs en moellons sur lesquels repose une toiture simple en bois, camouflée par de la terre et des herbes.
Ces petits édifices peuvent se montrer fragiles. S’ils résistent sans problème à des intempéries normales, en évacuant l’eau par les interstices des pierres, ils restent néanmoins vulnérables aux crues de la Loire. La Société des Marais les répare donc chaque année et veille à leur bonne tenue avant chacune de leur utilisation.

Réensauvager les berges.
Crédit : B. Dolivet.

Les occupants des abris se déplacent à l’aide de bâtons lumineux de couleur orange. Cette dernière correspond en effet à la longueur d’onde la moins nocive pour les êtres vivants nyctalopes. Les bâtons peuvent être installés dans des cavités ou en dessous de banquettes pour éclairer les espaces intérieurs sans gêner la vie au dehors de l’abri.

Ronde d’une nuit d’été

La Société des Marais propose trois itinéraires de rondes dans le Marais Audubon. Ces marches sont l’occasion de faire découvrir la complexité des interrelations entre l’Homme et le reste du vivant aux habitants des communes alentours comme aux visiteurs de passage. Elles sont rendues possible par la création de nouveaux cheminements se raccordant aux sentiers existants.

Chaque ronde débute et s’achève à proximité d’une gare, celle de Couëron ou de Saint-Etienne-de-Montluc. Une halte est systématiquement prévue au quartier général de la Société des Marais et dans les abris bordants l’itinéraire emprunté. Cette activité est proposée à de petits groupes de trois personnes guidés par un bénévole de la SDM.

Les nouveaux chemins se différencient par une matérialité qui leur est propre : du bois de taille broyé. Ce revêtement doux, fabriqué à partir de chutes récupérées lors de la construction du QG, permet aux promeneurs de marcher en silence et de côtoyer la faune du marais en toute discrétion.

Une marche de groupe silencieuse.
Crédit : B. Dolivet.

Ces rondes d’été dans le marais Audubon sont l’occasion pour les marcheurs de repenser leur posture envers le sauvage. En effet, ceux-ci pénètrent dans un univers qu’ils maîtrisent mal : celui de la nuit. Ce cadre spatio-temporel spécifique participe à l’expérience de ces rondes en facilitant un décentrement et un questionnement sur ce qui semble habituellement familier ou banal. La nuit, l’humain n’est plus l’acteur principal. Il doit composer avec la présence d’autres êtres et finalement apprendre à percevoir le paysage qui l’entoure comme une entité vivante, aussi riche que complexe.

Sur le sentier de taille broyée.
Crédit : B. Dolivet.
Ronde d’une nuit d’été.
Crédit : B. Dolivet.


Citer ce billet
B. Dolivet (2022, 8 juillet). La Société des Marais. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy05

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search