L’Attiko monopati de Jordi Ballesta

Jordi Ballesta est géographe, chercheur et photographe. En novembre 2000, il s’installe à Athènes dans le but de travailler sur la part de l’espace urbain qui échappe à la main des urbanistes. Cependant, une question se pose : comment produire de la connaissance sans savoir parler un mot de la langue du pays dans lequel il se trouve ? Pour cela, il met en place une stratégie qui lui permet de contourner ses lacunes en faisant usage de la voie graphique. Et plus spécialement de la photographie.

Il part à la découverte de ce territoire urbain qui n’en finit plus et développe la notion de photo-géographie (ou encore géo-photographie). Il s’agit d’employer la photographie pour éclairer des sujets que l’écriture ne parvient pas à révéler. Et plus que l’illustration d’un propos, la photographie vient le compléter.

Au printemps 2018, Ballesta participe au mouvement des sentiers métropolitains avec la création de l’Attiko monopati, un parcours de plus de 300km de long, pensé en 8 étapes et qui permet de visiter la capitale grecque, ‘‘hors de tout véhicule motorisé’’. Le parcours traverse l’Attique d’est en ouest par un lacet qui se noue au « mont des Turcs » devenant alors à la fois un lieu de recherche, un lieu de promenade mais aussi une infrastructure de transport (24,4 km pour aller de Marathon à Nea Pendeli , 21,2 km de Nea Pendeli à Ambelokipi, 15,5 km d’Ambelokipi au Pirée, etc).

Mettant de côté les cartes, Jordi Ballesta choisit la photographie pour documenter et interroger l’itinéraire parcouru. La photographie devient vectrice de relation et de discussion avec les habitants et permet alors de s’ancrer dans le territoire et d’avoir une expérience immersive de la ville. C’est ce que le géographe, photographe et explorateur américain John Brinckerhoff Jackson appelle le “paysage vernaculaire”: celui des pratiques de tous les jours, utilitaire, et bien loin du paysage-décor, esthétique et peint.

Source :

  • Le bureau des guides (http://www.gr2013.fr/attiko-monopati/?fbclid=IwAR1zTfKoFrtR7MmnTsqq52zn2Ylh7kyTHRKG4pTNg2H0_F7JpcNdqOIMKBQ)
  • Géographie, photographie, polygraphie : retour sur
    l’établissement d’une méthode d’enquête
    ” Jordi Ballesta

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Damien (24 mars 2021). L’Attiko monopati de Jordi Ballesta. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxwx


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search