Un jardin multiculturel : étendre le cimetière de l’Orvasserie

La mort est un moment de la vie qui intéresse toutes les cultures et sociétés. Les images des danses macabres, pendant le Moyen-Age illustrent bien cette notion, elles montrent que face à la mort, nous sommes tous égaux, indépendamment de notre âge, genre, religion ou classe sociale.

De ce fait, chaque société cherche à donner à la mort un sens pour les vivants, en l’intégrant dans des pratiques, des codes socioculturels, moraux et/ou politiques. Cette codification de la mort se manifeste dans de nombreux rituels et cérémonies qui aspirent à aider les vivants à préparer leur propre mort, à faire le deuil de ceux et celles qui partent et à les remémorer. La mort sort alors de la sphère de la vie privée pour devenir un élément central de la vie de la communauté et de la vie publique. Et les pratiques qui entourent la mort ne se limitent pas au moment du décès, elles guident les individus et les communautés pendant toute leur vie.  

Dans le cadre de ce travail, je cherche à centrer mon attention sur les rituels et les fêtes qui se font au moment de la mort, et à donner un espace à chacun,  chrétien, musulman, juif, bouddhiste, laïc, athée… pour se rencontrer et pratiquer ces rituels. 

Espaces de Célébration 

Le projet se situe au cimetière de l’Orvasserie de Saint-Herblain et s’appuie sur les différentes religions et cultes qui y sont représentés aujourd’hui.

Sentier reliant les troubles, contexte des interventions à l’Orvasserie

Ce sentier relie : l’église de Saint-Hermeland du centre bourg, religion historique et ancien emplacement du cimetière ; la pagode bouddhiste tibétaine, située à quelques mètres de l’actuel cimetière, et construite au moment de l’ouverture du cimetière, vers 1958. La mosquée plus récente – le cimetière de l’Orvasserie est d’ailleurs un des premiers à avoir un carré musulman. Ainsi que l’hôpital Nord Laënnec, essentiel dans la géographie médicale métropolitaine.

Plan actuel du cimetière de l’Orvasserie

Dans ce projet, je cherche à faire se côtoyer des personnes de différentes cultures et croyances.

Je propose de commencer par la création de nouvelles entrées.  Chacune est dédiée à une religion et une déambulation est établie pour chacune d’entre elles afin de pouvoir pratiques les rituels depuis l’entrée existante jusqu’à la nouvelle.

Nouvelles entrées qui relient le cimetière et le jardin multiculturel
Chemin rituel possible pour les musulmans
Chemin rituel possible pour les chrétiens
Chemin rituel possible pour les bouddhistes
Autre exemple de chemin rituel

Augmenter les possibilités de pratiques festives et rituelles s’appuie sur une extension de l’espace du cimetière. L’intention est de poursuivre la restructuration et la végétalisation entamée en 2021 en aménageant 2000 mètres carrés supplémentaires d’espaces naturels adjacents pour créer un jardin des défunts. Chaque chemin établit dans le cimetière conduit ainsi à un pavillon, en fonction des demandes des publics.

Au cours de l’année, chaque pavillon est investi par les pratiquants pendant les célébrations et les rituels liés à la mort.  Ces célébrations et rituels ont des dates spécifiques, c’est donc un cycle saisonnier qui fait vivre l’espace du cimetière et nous rappelle la cosmologie de nos rituels.

Exemples de cérémonies :

Être écologique après la mort

Ce projet, qui souhaite concevoir à partir de la pluralité des croyances, ne peut évacuer la question écologique. L’approche écologique de la mort propose une conception de la mort comme une continuité du cycle de la vie, avec un retour à la terre qui contribue à la continuité de la vie. Or, depuis des millénaires, l’industrie de la mort a cherché à préserver le plus possible le corps des défunts. On l’observe dans le processus d’embaumement, qui cherche à maximiser la préservation des corps en réduisant au maximum les liquides et l’humidité du cadavre, ou en utilisant des produits chimiques pour garantir cette préservation, du moins dans les cultures occidentales. 

Aussi, je propose de repenser l’ossuaire du cimetière pour pouvoir, dans le futur, utiliser ces corps en décomposition dans un processus d’humification et nourrir les espaces végétalisés du cimetière et du jardin. Si aujourd’hui en France, comme dans la plupart des pays du monde, cette pratique d’humification – la création de compost ou humus en partant du corps humain – est interdite (seules l’inhumation – enterrement dans un cercueil – et la crémation – combustion des corps – sont autorisées), l’ossuaire pourrait être le point de départ d’une expérimentation (les restes des corps des défunts exhumés y sont regroupés).


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search