Marche collective avec Ariane Wilson, second jour, 12 mars 2021 : suivre les limites, de la Montagne aux îles

Deuxième marche avec Ariane Wilson, maîtresse de conférence et architecte-marcheuse, enseignante à l’école d’architecture de Strasbourg.
Suivre les limites.

Vendredi 12 mars, 8h30, arrêt  « La Montagne », ligne E8, à La Montagne.
Un premier kilomètre et un premier arrêt, il se met à pleuvoir. Nous apprenons le thème de la journée : « De la Montagne aux îles ». L’objectif est aussi énoncé : marcher « en coupe », d’abord Nord/Sud, enfin Est/Ouest.

Nous marchons vers le Nord silencieusement, en direction de la Loire, la pluie cesse. Le début du chemin est abrupt, mais bref, une descente de La Montagne (ville), à 39 mètres au dessus du niveau de la mer, par une sorte de bosquet, puis tout devient plat, une vieille route cahoteuse et rectiligne, bordée de platanes se dessine. Au bout, une vieille église et une usine, avec d’anciens logements ouvriers toujours habités. Nous virons à droite, puis arrivons face à la Loire. Le bac est en face. Attente … Il arrive, nous montons. Le bac repart. Nul bruit ne fait surface si ce n’est celui des moteurs.

 « Sur le bateau, j’ai fermé les yeux et oublié tout l’environnement autour de moi, la seule chose que j’entendais, c’était le bruit des moteurs qui me faisait vibrer. »
Chloé.

De l’autre côté, pas de descente, un trajet retour.

Puis nous repartons, toujours en silence, mais un silence perturbé par le vent. L’usine, une médiathèque, du trafic routier, des voitures, des poids lourds et même quelques joggeurs.

Nous nous arrêtons sur un pont, il se met à pleuvoir de nouveau. Nous repartons en direction de La Montagne, l’averse est passée grâce au vent omniprésent. Un virage à gauche, la pente est clairement positive, virage à droite, ça redescend, jusqu’au Bois des fous où coule un ruisseau. Deux hommes au loin discutent et nous observent curieusement, l’un sillonne le bois avec un détecteur de métaux, qu’y a-t-il d’enfoui qui mérite pareille frénésie ?

À la sortie du bois, le groupe suit la D64 vers le Sud. La route est bordée de maisons individuelles, puis des panneaux de signalisation d’entrée/sortie nous indiquent la fin des bourgs. Des bourgs ? En effet nous nous pensions à La Montagne, mais il s’avère en fait que la D64 est une limite communale entre La Montagne et Saint-Jean-de-Boiseau, ce qui signifie que nous avons longé cette limite et non traversé La Montagne comme nous pensions le faire.

Le panneau annonçant l’entrée de La Montagne à droite de l’image, et celui annonçant l’entrée de Saint-Jean-de-Boiseau un peu plus loin, à gauche de l’image, la route est une limite communale.
Au centre, Ariane Wilson qui marche vers nous.

Le groupe arrive à un carrefour, entre la D64 et le route du bois de Bougon. Une troisième averse vient nous rafraîchir, mêlée au vent qui vient du Sud-Ouest. Un calvaire est là, dans une cour, devant ce qui ressemble à une maison. Le carrefour semble en effet être le centre du pôle Sud-Ouest de la Métropole nantaise. Qu’est-ce que cela signifie alors ? Que chaque point des limites administratives est sensiblement à la même distance de ce carrefour? Chacun s’imagine ce que ce lieu qui semble chargé d’histoire a pu représenter jusqu’à aujourd’hui, et qu’incarne alors le calvaire, au delà de la représentation religieuse :

– « Un lieu de rencontre, disent certains
Un lieu de passage, ajoutent d’autres, ces maisons en bord de route ressemblent à de vieux hôtels ou de vielles auberges, on imagine les gens s’y arrêter pour la nuit. »

C’est aussi le lieu où trois frontières communales convergent : La Montagne, Saint-Jean-de-Boiseau et Brains.

Au sud, une butte obstrue la vue, mais le son qui la chevauche jusqu’à nous laisse très facilement deviner ce qui s’y trame, des ballets incessants de véhicules motorisés. De là-haut, la vue se dégage, mais le bruit est beaucoup plus gênant qu’en contrebas.

Le chemin continue le long de la RD64 en direction de Brains. Il fait beau, c’est agréable. Dommage que le vent ne nous permette pas totalement d’en profiter. Brains est un petit village avec une école qui nous semble récente avec son bardage gris. Puis le groupe s’enfonce sur un chemin de petite randonnée vers le Sud.

Là nous “jouons” en binôme. L’un ferme les yeux, et son partenaire le guide sur le sentier. Puis dix minutes plus tard, on échange les rôles. C’est assez troublant, il faut accepter de se livrer et accorder notre confiance à son guide, là commence ce qu’on pourrait appeler le “plaisir surprise” notre odorat et notre ouïe prennent le relais, notre imagination relie les odeurs aux sons pour en créer une représentation mentale de l’environnement dans lequel nous sommes, c’est vraiment surprenant. D’autant que la notion de distance est quelque peu bouleversée, un son qui provient d’un mètre ou deux nous semble être à quelques centimètres.

Nous arrivons dans le hameau du Grand Pesle (Pesle ou pêle, du latin pessulus qui signifie verrou, pourquoi ce lieu s’appelle-t-il ainsi ? ) et nous attardons quelque peu sur une borne pompier, des plaques de regard en fonte et des bouches à clé. Ces témoins d’une histoire à laquelle on ne prête que peu d’attention au quotidien, mais qui ont tant à raconter : de de son origine, de la fabrication à la méthode d’approvisionnement de l’eau, un véritable réseau souterrain mais aussi ignoré de nous.

Nous continuons sur la limite administrative entre la métropole nantaise et le Pays de Retz, les poubelles d’un côté ou l’autre de la ville n’obéissent pas à la même autorité. Nous arrivons au Port Hamoneau, face à l’Acheneau, et aux vastes étendues inondées des marais longs et fauchés, habités de grues, de cigognes et d’autres volatiles dont nous ignorons les noms. On s’y arrête pour dessiner et il se remet à pleuvoir, encore, c’est assez démoralisant, d’autant que la faim tiraille nos estomacs après ces premiers kilomètres. L’averse passe, nous terminons nos dessins et décidons de déjeuner sur un petit ponton en bois qui domine la rivière. Puis une nouvelle averse vient perturber et écourter notre pause.

Un chemin s’enfonce vers le Nord le long de l’Acheneau, nous le prenons, mais deux cents mètres plus loin, le niveau de l’eau nous contraint à rebrousser chemin. Nous essayons de couper à travers champs, sans succès. Nous revenons alors au Grand Pesle et mettons le cap vers l’écluse de la Martinière, au Pellerin, au Nord-Ouest de notre position. Nous continuons notre chemin un peu plus rapidement désormais, nous commençons à courir après le temps dans le but de réussir à atteindre notre objectif, mais les premiers signes de fatigue se font sentir dans les rangs, le prochain tronçon prend des allures d’épreuve.

Sur le chemin de L’Hermitage.
La commune du Pellerin a hérité de son nom par sa localisation : sur une route du pèlerinage vers Compostelle ?, la route de L’Hermitage tient peut-être son nom de l’accueil des pèlerins de passage.

À travers la campagne, sur des chemins de randonnée, des sentiers ou le long de la route, via des hameaux, Le Marais, Le Bignon, Le Taillis, Le Tordreau.

Nous franchissons la D723 en direction de L’Hermitage, la périphérie du Pellerin est là, nous contournons, par la Ville au Vay, Le Grand Chemin et enfin l’écluse de la Martinière.

Un long arrêt nous permet de débriefer sur la journée, puis nous repartons dans le centre du Pellerin prendre un bus pour Nantes. Un périple d’environ 26 kilomètres en dix heures environ. Une équipe fatiguée, mais fière d’avoir atteint son objectif, bravant les averses et le vent.