Le Parlement de Tougas

Le parlement de Tougas est un projet architectural de transition manifeste situé à l’ouest de la métropole nantaise. Il traverse une portion des 5 millions de tonnes de déchets enfouis dans cet ancien bras de Loire.

Cette zone faisait partie du lit majeur de la Loire, elle était donc régulièrement submergée durant les marées d’estuaire ou les crues du fleuve. Durant le 18e et 19e siècle, ces bandes de terres humides sont progressivement drainées via un système complexe d’étiers. Ces canaux permettent de gérer les écoulements d’eaux pluviales et d’empêcher les eaux salées de Loire de pénétrer trop profondément dans les terres. Les bandes de terre deviennent, par stabilisation et artificialisation des berges, des prairies de Loire exploitées par une pratique pastorale.

Cette manipulation et exploitation du paysage estuarien s’amplifie durant le 20e siècle. Les berges de Loire s’industrialisent et les infrastructures ferroviaires ou routières viennent découper les zones humides. Durant la deuxième moitié du 20e siècle, la population nantaise explose, la ville de Saint-Herblain s’agrandit jusqu’à rejoindre les côteaux de Loire.

Le site d’enfouissement de Tougas est créé en 1960 à partir d’une décharge sauvage pour faire face à la production croissante de déchets. Il est au départ géré par la Compagnie Générale des Eaux, futur Veolia. Jusqu’en 1992, année de la fermeture du site, la décharge va progressivement s’étendre sur 70 hectares pour accueillir les 5 millions de tonnes de déchets, équivalant au volume de 10 Tour Bretagne.

En 2005, le site est « réhabilité » via l’ajout d’une couche de terre végétale d’une cinquantaine de centimètres sur l’ensemble du plateau, ce qui permet de le reclasser comme espace vert par la mairie de Saint-Herblain. Le plateau de Tougas est sous surveillance post-exploitation jusqu’à, hasard du calendrier, 2022.

Les déchets en décomposition produisent des gaz de décharge qui sont collectés par une cinquantaine de puits de captage et brûlés par deux torchères. Cette production de gaz a énormément baissé ces dernières années indiquant une décomposition avancée. Au contraire, la production de lixiviats s’est intensifiée. Liquide résiduel qui provient de la percolation de l’eau à travers un matériau dont une fraction peut être soluble, les lixiviats sont hautement pollués par des produits médicamenteux, des lessives, des métaux lourds, de l’ammoniaque, de l’amiante… Ils sont pompés au niveau du drain inférieur et relevés jusqu’à atteindre le réseau urbain pour être traités avec les eaux grises urbaines à la station d’épuration de Tougas. Cette dilution dans les eaux urbaines rend la fixation et le traitement des polluants plus compliqués.

Les drains périphériques qui isolent l’ancienne décharge des eaux du territoire sont victimes, depuis 2003, d’éboulements et de ruptures régulières à cause du manque d’entretien. D’après le service de gestion des risques de Nantes Métropole, la couche d’étanchéité est sur le point de rompre définitivement d’ici à 2025. Or, on a vu que le site est implanté sur d’anciennes prairies de Loire, un fond limoneux en lien direct avec la nappe phréatique du fleuve. Les lixiviats risquent ainsi de pouvoir s’infiltrer ou ruisseler jusqu’aux eaux de surfaces et se répandre là où le fleuve dépose ses sédiments.

La Loire contaminée, la métropole nantaise ne pourra continuer à ouvrir ses espaces publics aux débords du fleuve pour éviter l’exposition des nantais aux pollutions lourdes. Le lien avec la Loire, une demande populaire des nantais, ne pourra être développé dans ces conditions. La station de pompage de Mauves-sur-Loire fera face à des pics de pollutions et devra encore réduire ses périodes de pompage déjà mises à mal par la salinité et les sécheresses.

Les enjeux sont trop importants pour laisser la discussion aux professionnels de la gestion à l’ombre des institutions. Pour obliger les collectivités et les entreprises à prendre leurs responsabilités, il faut une sensibilisation et une mobilisation des nantais.

Les solutions existent déjà. Ce serait la dépollution du site via le traitement des déchets en décomposition, ce qui a notamment été fait sur la partie la plus ancienne. Ou alors l’aménagement des prairies humides et des sites industriels laissés en jachère pour récupérer les eaux de ruissellement, les dépolluer et les infiltrer. Tout ceci, dès aujourd’hui possible, n’est pas réalisé par manque de moyens financiers, de volonté politique et de mobilisation populaire. Il faut pousser ce débat dans la chose publique pour que la mise en œuvre de solutions soit une évidence.

 « En fait, c’est une question de coût du traitement. Est-on prêt à payer plus pour traiter les eaux usées ? » réponse de Marielle Pouliquen, responsable de la station d’épuration de Nantes Métropole à des visiteurs inquiets pour l’environnement lors des Journées du Patrimoine en 2017.

C’est dans ce contexte qu’intervient le Parlement de Tougas. A court terme, il a pour objectif de sensibiliser les marcheurs et visiteurs des lieux. A long terme, il ambitionne d’ouvrir la boîte de Pandore et ainsi exposer les problématiques de la gestion des anciens sites d’enfouissement des déchets sur la métropole nantaise.

Découpé à travers le paysage, l’espace d’assemblée offre à voir 35 années d’accumulation d’objets de consommation hétéroclites en décomposition. Au point culminant, 10 mètres ou quasiment 4 étages d’immeubles surplombent le débat. Les strates de dépôts permettent, au même titre qu’une carotte de glacier, de retracer l’évolution de la consommation et du traitement poubellien. On peut observer un changement en 1975 avec le premier choc pétrolier et l’obligation du ramassage municipal et ainsi, la standardisation des déchets ménagers et les premiers tris sélectifs. Ou encore en 1988, on peut observer l’interdiction de l’amiante, produit le plus répandu dans le secteur du bâtiment et sa mise en décharge, de fait, strictement contrôlée.

Tout le long de l’espace de débat, on retrouve l’eau. Cette ressource est particulièrement malmenée sur Tougas. Drainée depuis 200 ans, détournée, stockée, polluée… La gestion des eaux est à l’image de la gestion des paysages nantais, capitaliste et productiviste. Les lixiviats sont un énième produit de cette gestion. Au lieu de les envoyer souiller des eaux jugées peu polluées dans les centres de traitement traditionnels, je propose de mettre en scène ces eaux de déchet dans le parlement. La phytoépuration est une solution déjà envisagée sur plusieurs sites à travers toute la France. Les plantes ont comme objectif de fixer les polluants afin de permettre la dépollution des eaux à qualité « baignade ». Cette exigence sanitaire est semblable aux eaux rejetées dans la Loire par la station d’épuration.

Les premières terrasses recueillent les lixiviats et filtrent les polluants les plus grossiers. Ce sont les métaux lourds ou les matières organiques. La seconde phase consiste en une réaction anaérobique, en l’absence d’oxygène. Les polluants sont captés par le système racinaire. La dernière terrasse, moins polluée, développe un biotope plus fourni notamment en bactérie moins résistante et permet de fixer les micro-polluants.

Ces eaux sont ensuite collectées dans la lagune qui fait office de miroir d’eau, au pied des massifs de déchets et du parlement. Les eaux sont traitées sur une faible profondeur en aérobie, à l’oxygène.

Les eaux partiellement dépolluées sont rejetées dans le réseau de ruissellement naturel.

Le parlement de Tougas est donc un espace de débat au cœur d’un ancien site d’enfouissement. Il a pour objectif de servir d’espace transitoire entre l’absence complète de discussion publique et la mise en œuvre de solutions nécessaires et coûteuses.

(crédit : tous les documents sont de l’auteur).