Une école mobile au gré des expulsions des bidonvilles

Une école mobile au gré des expulsions

En arpentant le quadrant  nord-ouest par les espaces délaissés de la métropole, nous arrivons vite à une constatation que le paysage urbain se compose de formes diverses, de ruptures et d’espaces indéterminés ; nous tombons abruptement face à des situations intrigantes qui nous lancent afin d’ouvrir les portes d’espaces, de faits, à enquêter.

Cartographie des délaissés de Nantes Métropole (crédit : Diane Roblot)

Par cet arpentage, je suis allée à la rencontre des lieux et des personnes en marge de la société afin de comprendre leur place au sein de la métropole, ainsi que les problématiques politiques qui s’en dégagent. Par des lieux abandonnées et indéterminés, nous trouvons des personnes : la population de Roms qui s’installe illicitement à proximité des axes urbains et commerciaux, sur des terrains d’opportunités pour tenter de s’insérer dans une société.

Sur place, nous pouvons constater, où qu’ils s’établissent, la précarité de leurs conditions de vie. Une absence signifiante d’un accès à l’eau pour se laver, cuisiner ou s’hydrater, d’un accès à l’électricité pour manger ou communiquer… Une constatation visible et connue de tous, rejetée par une société politique qui se renvoie un livre alimenté de problématiques que personne n’ose ouvrir.

En enquêtant, en s’informant et en interrogeant, nous faisons connaissance d’une facette moins perceptible, mais tout de même furieusement inéluctable : celle de la difficulté d’un parcours d’insertion dans notre société. Avoir accès à l’administration, à l’information, à la santé, à un emploi, mais aussi à l’éducation !

Chaque être humain selon le cercle de Stevenson, a un besoin psychique de réflexion qui influe sur les autres besoins et vice-versa. L’éducation est un besoin vital pour nos enfants, elle contribue à un cadre stable, améliore la santé et le bien-être social. Elle transmet des principes communs et peut être un outil de réduction de la pauvreté et des inégalités.

L’objectif a donc été d’enquêter pour comprendre ce parcours de scolarisation des enfants de bidonvilles. Car aujourd’hui, c’est environ 54 bidonvilles qui se sont installés au sein de la métropole nantaise, avec 800 enfants et seulement 120 scolarisés.

Cartographie du sentier métropolitain (des délaissés, des bidonvilles et des aires d’accueil. Credit : Diane Roblot)

Les chiffres sont marquants et le parcours tout autant. C’est une scolarisation inadaptée à de telles des conditions de vie, aux nombreuses contraintes face aux inégalités et au rejet de la part des autorités. D’autant que les multiples expulsions provoquent des ruptures d’un parcours déjà compliqué : certains enfants qui avaient pu être scolarisés se retrouvent très loin de leur école. (en complément du parcours de scolarisation ci dessous, vous pouvez retrouver une carte critique de celui-ci dans le billet Cabinet de Troublosité: Des bidonvilles vers le lien ci contre https://gdsentiers.hypotheses.org/4144 )

C’est un temps difficile pour les enfants et leurs parents, il y a une vie à reconstruire sur un nouveau terrain, avec de nouvelles contraintes, de nouvelles les démarches…. Garder le lien avec l’école est très difficile. A travers une communauté et encore plus durant les expulsions, il y a un vrai besoin de s’entraider afin de reconstruire l’avenir. 

« Le peu stabilisé se voit alors fragilisé ».

Parcours de scolarisation CC:CNDH Romeurope

J’ai alors décidé de travailler dans cette temporalité avec une école mobile. Elle permettrait durant cette période transitoire, entre l’avis d’expulsion qui entraîne la déscolarisation jusqu’au retour à une scolarité et une réinscription dans une école plus proche, de pouvoir 1/assurer une continuité scolaire 2/stabiliser les efforts qui ont été entrepris 3/ renforcer et pérenniser le lien entre les enfants et les établissements scolaires 4/faire de la médiation scolaire ainsi que 5/ d’assurer une éducation pluridisciplinaire à tout âge.

Tout cela se ferait sur la base de la mise en place d’une association éducative et avec le soutien de divers association déjà présentes sur le territoire. Ce projet pourrait s’intégrer dans des études et des décrets déjà en vigueur, tel que le projet « résorption des bidonvilles » financé par DIHAL, le Mous qui semble être en révision depuis janvier 2022 et en adoptant une éducation qui suit le dispositif UEP 2a, d’aide à l’apprentissage du français pour les élèves nouvellement arrivés en France et allophones.

Objectifs de l’école mobile (crédit : Diane Roblot).

Le dispositif d’école mobile se met donc en place suivant différentes étapes dans une période déterminée. Premièrement, dès l’avis d’expulsion, une identification du nouveau terrain d’installation se met en place. Ensuite, l’école arrive et s’agence pour assurer la continuité scolaire comme soutien dans cette temporalité difficile. 

Plan masse du dispositif sur un bidonville (crédit  : Diane Roblot)

L’école mobile se compose de 3 espaces fonctionnels: 

  • un espace apprentissage: seul espace « prêt à l’emploi » dès l’arrivée de l’école afin d’assurer la continuité scolaire dans un premier temps d’urgence. Avec une constatation de l’espace qui se fait en amont sur la base des mises en œuvre des Tiny House , elle comprend un mobilier bureau + des assises à la hauteur modulable par un guide linéaire à crans afin permettrait d’adapter la continuité scolaire à tout âge et ainsi recueillir la totalité des enfants d’un bidonville quel que soit le niveau scolaire. 
  • Le véhicule transporteur lui constituera l’espace de rangement/approvisionnement ainsi qu’un point centralisé avec des panneaux photovoltaïques qui alimentent l’éclairage, une antenne wifi pour un accès internet et les pompes à air électrique pour les structures gonflables.
  • La première structure gonflable constitue l’espace récréation : il abriterait les temps de récréation et pourrait accueillir des interventions extérieures.
  • Un espace instructif sur le même modèle gonflable que le précédent : il regrouperait un espace dédié à la lecture, un espace permettant les travaux de groupe et le regroupement pour le point médiation scolaire auprès des enfants comme auprès des parents. 
Plan coupé du dispositif (crédit : Diane Roblot)

Ces dispositifs gonflables viennent se gonfler sur place et sont disponibles peu après l’arrivée de l’école. Ils sont également accessibles en dehors des temps d’école. L’ensemble du dispositif, lui, reste disponible et opérationnel tout au long de l’intervention jusqu’à l’inscription/ la rescolarisation de l’ensemble des enfants du bidonville.

Vue d’ensemble de l’école mobile (crédit : Diane Roblot)

Enfin, l’école mobile se remettra en route vers un autre bidonville expulsé. Le parcours quotidien et annuel de cette école mobile au gré des expulsions deviendra alors sentier métropolitain pour porter la scolarisation dans les bidonvilles et faire l’inventaire des expulsions et des scolarités stabilisées.

Une école mobile au gré des expulsions (crédit : Diane Roblot)

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Diane Roblot (15 juin 2022). Une école mobile au gré des expulsions des bidonvilles. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzy


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search