La fabrique d’un commun privé

 

Mon sujet débute lors de la première marche dans le quartier du Bois Raguenet. Nous découvrons plusieurs chemins plus étroits qui permettent de traverser le quartier. Ces cheminements secondaires sont très empruntés par les habitants, surtout par les enfants et les parents pour aller à l’école. Les nourrices également s’y promènent. Lors d’un entretien avec Jacques Marrec (président de l’association syndicale du Bois d’Orvault) et Alain Moison (cotisant de l’association des résidents du Bois Raguenet) l’organisation du quartier s’éclaire. Dans la continuité de ce confort de marche, les parvis des maisons se veulent ouverts, sans barrières, afin de pouvoir longer les limites parcellaires. Dans la pratique, cela n’est visible que pour les impasses et non au niveau des axes principaux.

A l’échelle de notre quadrant, de nombreuses autres situations de lotissement peuvent être observées. Le Petit Chantilly, tout comme le Petit-Moulin ont une emprise au sol très importante et s’étendent de la Vallée du Cens jusqu’à la route de Vannes. De même pour le quartier résidentiel Nord Beauséjour mais où la circulation est principalement motorisée. Au sud du quadrant on peut nommer dans la commune de Saint-Herblain : le Tillay, Preux-Crémetterie, Bourg Solvardière, Bourg Pelousière et le Village Expo .

Carte Situation

Ces quartiers d’habitation sont des espaces joints par l’étoile verte de Nantes. Ce n’est pourtant pas pour cela qu’aujourd’hui nous pouvons observer une pratique transversale de ces espaces. Il existe certes une possibilité pour les piétons de joindre les deux branches en passant par les voiries principales. Mais il n’existe pas d’aménagements qui motivent cette pratique de l’espace. La métropole nantaise valorise ses vallées de l’étoile verte dans ses politiques d’aménagement. Mais qu’en est-il des espaces entre ces axes ?

Je définis le commun privé comme un produit d’un ensemble d’aménagements qui rassemblent les habitants de la métropole. Comment alors permettre un réseau de proximité pour les habitants de ces quartiers ou bien pour les travailleurs dans ces zones commerciales ou encore pour les différents promeneurs ?

Mon projet se situe entre deux branches de l’étoile. Un axe majeur traverse cette zone : c’est la route de Vannes. La route de Vannes concentre plus de 500 entreprises dont 285 commerces. On observe des ruptures urbaines : l‘urbanisation résidentielle été consécutive à celle de la zone commerciale, mais elle s’est faite de manière totalement autonome de part et d’autre de la route nationale. Cet espace est desservi par la ligne 3 du tram (tracé noir sur la carte). Et enfin, un élément majeur de notre espace est le cours Hermeland tracé par la ville de Saint-Herblain (en vert sur la carte). Ce tracé comporte des aménagements au sud de la ville, dans des espaces végétalisés. On observe donc une première ébauche de cette logique de transversalité à l’étoile verte de la métropole. 

Les enjeux

J’ai relevé des espaces où on observe une concentration de services ou bien où il y a plus d’espace libres ou encore des espaces desservis et reliés au centre ville. [lieux de projets]

Le projet se compose avec des interventions par le biais de typologie :Typologie de revalorisation des espaces végétalisés, typologie de cheminements secondaires au cœur de parcelles privées, typologie d’espaces de stationnement et des services et typologie des voiries.

Ces interventions amènent à dessiner deux transversales à l’étoile verte.

La première typologie concerne les voiries : en l’état actuel, les trottoirs sont étroits, il n’y a pas de pistes cyclables sécurisées et les zones de stationnement s’imposent dans la largeur et dans l’emprise au sol des voiries.

Le projet propose un redessin des voiries pour accueillir plusieurs modes de déplacements : 2 scénarios sont possibles : élargir les trottoirs, créer des pistes cyclables. L’objectif est prendre soin des usagers en assurant une sécurité de déplacement.

La deuxième typologie est celle de la revalorisation des espaces végétalisés combinée avec la typologie d’espaces de stationnement et des services.

Le projet propose de se centrer au niveau de la bibliothèque municipale, Avenue Alexandre Goupil (Mairie, La Poste, commerces …), Square de Kindia . Actuellement de nombreuses zones de stationnement sont présentent, l’accueil du marché s’effectue au niveau du parking, le square est clôturé, il n’existe pas de parvis pour les services et commerces présents.  

Il y a alors un travail de valorisation, au service des usages, des espaces de stationnement. Le projet créer une ouverture vers le square kindia afin de faire place publique et proposer des espaces de pauses (pas seulement passage) 

Les espaces de stationnement peuvent agir en réseau d’espace de rencontre pour les travailleurs de la route de vannes par exemple en proposant du mobilier urbain où prendre sa pause déjeuner. De plus,  l’ouverture sur le végétal comprend également l’accès aux interstices entre les parcelles privées.

Enfin, la typologie de cheminements secondaires au cœur de parcelles privées : cette typologie est au centre du projet, elle permet une réorganisation de l’espace et modifie la hiérarchie du privé/public.

Actuellement, il s’agit d’un maillage d’ultra privé : chacun avec son jardin privé et sa clôture. Il n’y a pas d’aération de cette densité habitante comme on pourrait le voir avec les RDC d’immeubles et de logements collectifs par exemple.

Je propose une première intervention avec l’aménagement de passages entre les parcelles privées afin d’avoir des cheminements secondaires et des espaces de rencontres. Cette proposition interviendrait sur l’existant. Une parcelle est actuellement vide et pourrait accueillir des espaces communs avec des installations de jeux pour enfants et de grandes tables de pique-nique. Un cheminement en sol stabilisé est dessiné et accessible au public. L’effet de privé serait possible grâce aux végétations floues et hautes qui serviraient de barrière naturelle. Cette proposition serait motivée par l’ajout d’arbres fruitiers et d’autres plantes où les habitants pourront ramasser les récoltes. L’objectif est d’intégrer une biodiversité qualitative entretenue par les habitants.

Première phase de transformation

J’ai souhaité pousser cette proposition jusqu’à l’intérieur des logements. Il s’agit de la même parcelle pour montrer que gabarit proposé est possible.  Le projet comprend une maison de 130m² avec un étage : schéma pour une famille ou une colocation (possible jusqu’à 4 chambres). Chaque logement comprend un patio qui peut servir de jardin d’hiver. Il peut s’ouvrir sur les jardins publics à l’aide des baies coulissantes. En périphérie de l’îlot  une maison de quartier ou des locaux associatifs de 160m² peuvent s’implanter et venir s’ouvrir sur les jardins. 

Deuxième phase de transformation

Deuxième phase d’intervention en coupe

Bien évidement ce projet pose la question de l’outil juridique : La création d’AFUL, association foncière urbaine libre, est une réponse possible. Au sein de l’AFUL, ce n’est pas le syndicat des copropriétaires qui est membre, mais bien chaque copropriétaire en son nom.

Les habitants peuvent s’organiser en AFUL et proposer de nouveaux projets et mener différentes actions comme : Remembrer des parcelles et réaliser des travaux d’aménagement / Grouper des parcelles en vue d’en conférer l’usage à un tiers, ou de les vendre à un établissement public ou une société de construction / Construire et entretenir des ouvrages d’intérêt collectif : garages, aires de jeux, espaces verts,… / Conserver et restaurer le patrimoine immobilier / Assurer le remembrement ou le groupement de parcelles avec pour objectif la restructuration urbaine (type loi Malraux) / Ainsi, l’AFUL aura comme objectif principal la gestion des parties communes et la réalisation de travaux. Les AFUL se trouvent en milieu urbain dans la plupart des cas.

Ce type d’organisation est actuellement visible avec l’AFUL de la Chantrerie à Nantes.