De l’importance des petits coins résiduels – les abeilles sauvages

La subsistance des abeilles dépend entièrement des fleurs. Le pollen des fleurs est la principale et unique source de nourriture des abeilles. La présence des abeilles est à son tour cruciale pour la reproduction des plantes. Sans pollinisateurs, la plupart des plantes disparaîtraient. Il est donc dans notre meilleur intérêt que les deux restent en bonne santé.


Le sentier des abeilles traverse aussi bien des sols agricoles que des sols bétonnés dans des zones industrielles, jusqu’à des utilisations mixtes dans les zones urbaines. Dans ces différentes zones, les abeilles sont confrontées à des défis différents. Sur les surfaces agricoles, les déserts verts de cultures et de plantes utiles (des kilomètres de champs de colza ne fleurissent que trois à cinq semaines par an environ, selon les conditions météorologiques) leurs posent un problème. En raison des monocultures, elles ne trouvent de la nourriture que pendant une période limitée de l’année et sont intoxiquées par l’utilisation importante de pesticides. Une utilisation massive de lisier comme engrais entraîne également une flore pauvre en espèces. Un manque de nourriture et trop peu de possibilités de nidification ont un impact négatif sur le développement des larves d’abeilles (sauvages), ainsi que sur les insectes complets formés.

En milieu urbain, les insectes sont stressés et désorientés par le trafic bruyant, ainsi que par les vibrations dans le sol dues à une forte circulation. De plus en plus de surfaces sont construites et le sol est scellé par du béton, ce qui entraîne la disparition des friches et, de manière générale, des surfaces résiduelles, c’est-à-dire des petits coins inutilisés, des talus ou des bandes étroites qui ne sont ni labourés, ni fauchés, ni entretenus régulièrement. Pourtant, ces espaces pourraient abriter une grande variété de plantes à fleurs et fournir du pollen et du nectar aux abeilles mellifères et sauvages. Dans les jardins privés, on trouve souvent des surfaces pavées ou des pelouses décoratives vertes qui demandent beaucoup d’entretien et n’offrent rien d’autre qu’un désert gris / vert aux abeilles. L’utilisation de poisons agricoles est également plus élevée dans les petits jardins et les jardins de balcon, que ce qui est bon pour les insectes.

Tant sur les terres agricoles que dans les villes, les éléments “perturbateurs”, tels que les petites rivières, les haies, les friches où poussent les plantes sauvages et où se reproduisent les insectes, sont éliminés afin de pouvoir exploiter davantage de surface et utiliser de grosses machines. Néanmoins, la biodiversité est plus diversifiée en ville, car les espaces verts ne sont pas axés sur le rendement. Une étude publiée en 2018 par la Royal Society B a montré que les abeilles vivant dans les zones urbaines ont une vie plus saine que leurs congénères vivant dans les zones rurales. Ses colonies sont plus grandes, mieux nourries et moins sujettes aux maladies. Les colonies urbaines survivent également à leurs cousines des campagnes. Par exemple, à Paris, on a pu détecter plus de 200 pollens différents, alors que dans la région rurale environnante, on ne trouvait que 15 à 20 espèces de pollens.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lara Fügenschuh (25 mai 2022). De l’importance des petits coins résiduels – les abeilles sauvages. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzu


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search