La Loire, territoires liquides

Tout au long de la Loire, nous sommes confrontés à une zone de territoires liquides qui changent de forme et d’essence indépendamment de l’homme. Les territoires atteints par le sentier ont radicalement changé au cours des siècles et continuent de se modifier aujourd’hui. Ce sont des espaces naturels de grande valeur écologique tout autant que fabriqués par une histoire qui risque de tomber dans l’oubli.

Ile la Motte, Indre

L’histoire de cet estuaire nous apprend que la Loire était autrefois couverte de petites îles vertes ; aujourd’hui incorporées aux rives du fleuve, elles sont des prairies ou des marais. Dans de nombreux cas, ils ne sont pas accessibles ni même visibles de loin. Elles perdent leur importance dans la ville qui grandit et englobe la nature. Cela n’est pas seulement dû aux événements comme les marées hautes ou la végétation envahissante, mais aussi à la façon dont l’homme modifie la zone. Pourrions-nous imaginer visiter ces zones comme s’il s’agissait encore d’îles ? En suivant les voies d’eau, la rivière et les canaux qui les entourent ? Les îles ne sont pas seulement des espaces physiques, géographiquement localisées et délimitées, elles sont aussi des entités mentales, des lieux imaginaires, des modèles intellectuels, des motifs pour la création littéraire et artistique.

D’où l’idée d’une île utopique, un lieu idéal qui n’existe pas. La tentative sera de rendre cette utopie aussi réelle que possible, un lieu où le promeneur peut s’arrêter et apprécier la nature environnante, au sein d’un village insulaire, pour un tourisme attentif et sensible aux questions de nature et d’écologie.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ludovicafunari (25 mai 2022). La Loire, territoires liquides. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzt


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search