Nous avons cessé d’écouter

Le paysage sonore influence nos vies de manière radicale. Nous sommes constamment soumis.es à des sons qui ne sont pas toujours agréables, dans les espaces urbains extérieurs, comme dans les espaces domestiques. Le bruit de la circulation est par exemple devenu la bande sonore de nos vies, sans vraiment que nous nous en rendions compte. Cette marche dans le quadrant nord-ouest m’a frappé pour ces variations sonores. Si nous nous arrêtons pour écouter, il y a des bruits qui nous sont agréables, d’autres insupportables, en nous prenons conscience de ce que nous aimons vraiment, de ce qui nous fait du bien.

Mais dans quelle mesure voulons-nous réellement échapper à cette réalité oppressante ? Il est également vrai que certains citadins se sentent étouffés lorsqu’ils passent du temps dans la nature. Peut-être en avons-nous vraiment besoin, de l’odeur de la ville, du bruit des tramways et de la circulation ? Et que sans eux, nous nous sentons perdus. Sans arrêt de bus ou de tram, nous ne savons pas comment nous déplacer. Nous voulons des indications, des points de repère et savoir exactement dans combien de minutes le bus va passer.

En représentant les sons, nous représentons également ce qu’ils nous font ressentir. Nous devons les analyser et comprendre combien de temps d’exposition nous pouvons prendre. Nous devons nous arrêter, écouter et évaluer.

Paysages sonores pour la santé a pour but d’amener le marcheur dans une situation parallèle, une oasis à quelques kilomètres de la ville. Mais en fait, combien d’oasis avons-nous à proximité sans nous rendre compte de leurs valeurs ? Créer une oasis c’est l’idée de mettre en valeur cette partie du territoire et de permettre une évasion de tous les bruits artificiels qui affectent négativement nos vies.

Représenter le son