Hendrik Sturm, le sculpteur en chaussures Salomon.

Hendrik Sturm est artiste marcheur, ou plutôt comme il aime se nommer «sculpteur-marcheur».
Ses études aux Beaux-Arts et sa thèse en neurobiologie lui donne une vision et une lecture très spécifique de la marche.
Aujourd’hui professeur aux Beaux-Arts de Toulon, et guide au Bureau des Guides du GR2013, il sculpte tous les paysages français périurbains, ruraux ou urbains.

Organisées sur plusieurs temps, les marches d’Hendrik Sturm s’appuie sur une lecture assidue des cartes, de repérages de terrain, de recherches en archive pour finalement s’offrir en marches collectives.

Mouans-Sartoux, vers 1960. Collection Ville de Mouans-Sartoux, service de l’urbanisme.

Cette photo est habituellement accrochée dans le bureau du service d’urbanisme de la ville. Elle a déjà été prêtée à l’eac. en 2011 et a été le point de départ de mes deux promenades publiques.
Nous avons regardé le paysage de la photo de 1960 en le comparant avec la vue actuelle à travers la fenêtre de la Donation Albers-Honegger. Puis nous nous sommes mis en marche, nous sommes descendus dans le vallon au pied du château pour ensuite monter sur le coteau de la colline de Castellaras. Du point le plus bas, l’ancien dépôt-vente de charbon où un nouvel immeuble d’habitat social était en construction, au point le plus haut les « maisons de charme » avec vue sur mer, nous avons suivi un gradient de valeur.
Est-ce que ce cheminement est encore possible en 2019 ?

Hendrik Sturm
lors du travail présenté dans le cadre de l’exposition Bis repetita placent à l’Eac.

Porte d’entrée du paysage, la carte est son outils de prédilection, étudiée dans ses moindres détails avant et pendant le voyage. Véritable outils de comparaison entre ce qui est dessiné et ce qui peut être observé, sa lecture de la carte nous invite à éprouver l’espace du papier et du dessin.
Ses yeux sont à la recherche d’intervalles et d’écarts entre la carte et l’espace, de toutes ces choses qui attirent l’attention de celui qui sait les voir.

Certains lieux et paysages portent encore la trace de leur passé sans que celui-ci ne puisse être lu. Mais ni le sol, ni le paysage n’oublient : à l’endroit d’une ancienne usine de céramique, le sol, jonché de débris d’assiettes, nous livre ce témoignage que le cartographe IGN ne serait dessiner ou représenter.
Les paysage, les villes, les chemins sont des supports sur lequel les hommes écrivent en continu. Hendrik Sturm cherche, marche sur les pas de ceux qui ont fait, ont habité ou continu d’habiter les lieux traversés.
Sa marche propose de rétablir les strates du passé et ses mouvements (arrêts, retours, accélérations…) sculptent ce qu’il traverse.

Références et pour en savoir plus :
Hendrik Sturm, l’infatigable marcheur-sculpteur d’espace – (strabic.fr)
https://www.espacedelartconcret.fr/fr/evenement/marche