La privatisation de la gestion de nos eaux, apparition d’un trouble

Lors de nos marches dans le quadrant nord-ouest nous avons  traversé de nombreuses formes d’espaces hydrographiques sans pour autant les identifier. Des prairies sous l’eau, des canaux envasés, des marais enherbés. Notre méconnaissance s’est cristallisée sur une remarque : « je pense que le marais Audubon est un paysage façonné par l’Homme, enfin je ne suis pas sûr. »

Cette intervention m’a fait bondir. Comment un paysage autant drainé, canalisé, exploité quotidiennement peut-il être considéré comme « naturel » ? Sommes-nous à ce point déconnectés de notre gestion spatiale ?

Pourtant, la question de la gestion des eaux est de plus en plus devenue une question publique. Oubliée durant les grandes périodes d’aménagement du territoire français, les eaux ont été drainées, conduites et déviées pour permettre l’artificialisation, l’extension des espaces de production et l’endiguement du territoire. Cet excès d’imperméabilisation du territoire est sur le point de nous exploser au visage. Plaques d’égouts débordantes, déversoirs pleins, avals inondés, sécheresses « exceptionnelles » suivies de pluies intenses… Les inondations de plus en plus régulières dans les zones urbaines sont là pour nous rappeler la force des éléments qu’aucun drain ne pourra canaliser. Pour autant, les politiques de gestion de l’eau sont peu connues des publics souvent concernés et laissées aux professionnels.

Axonométrie d’enquête

Cette privatisation du débat public s’inscrit dans un éloignement généralisé et une fragmentation des populations des principales décisions politiques, pour notamment réduire les possibilités de mobilisations et ainsi faciliter l’aménagement du territoire. Malgré tout, des points de cristallisation se forment, se mobilisent parfois spontanément autour des questions de gestion du territoire hydraulique, comme au Jardin de la Coutelière que l’on a traversé, ou encore à la ZAD de Notre-Dame des Landes. Ces événements sont les tensions les plus médiatiques et un point d’entrée sur d’autres problèmes. Par exemple, le déclassement des cours d’eau. En effet, les exploitants agricoles cherchent à déclasser un maximum de ruisseau en fossé, pour éviter les contrôles de pollution des eaux par la police de l’eau.

Pourquoi, collectivement, avons-nous accepté de perdre le savoir de gestion des eaux et de le laisser à des professionnels ? Comment peut-on soumettre la préservation du ruisseau communal au bon vouloir des individus ? Comment peut-on privatiser la gestion de notre territoire et de nos eaux ?

Photographie lors de la randonnée hivernale programmée par l’association Interstices, “Lisières”, 2022.

Il faut permettre la relocalisation des enjeux via un bio-communalisme. Là où l’idée bio-régionaliste a réussi à pérenniser l’idée d’un redécoupage territorial large en fonction d’entités non-humaines, le bio-communalisme cherche à rendre local ces enjeux en décentralisant. Cette nouvelle organisation nécessite une nouvelle écriture administrative reconsidérant les limites multiples. Redessiner les communes, les territoires. Mais elle nécessite aussi une manière d’exister physiquement. Il faut rendre visible cette organisation sociale, lui permettre de s’inscrire dans ces espaces et d’en discuter collectivement la gestion via un parlement du bio-commun.