Des bidonvilles

 

Tout commence par une rencontre. Au détour d’une zone d’activité, entre silos à grain et chemin urbain, à travers une végétation foisonnante et une atmosphère polluante: ici se loge le trouble. En ce lieu, une vie s’est installée, un quartier s’est élevé, abritant des hommes, des femmes et des enfants. Sur un vaste terrain qui semble être délaissé s’est auto-construit une “ville”, une enfilade de caravanes où les palettes nous montrent le chemin. Les vêtements qui sèchent, les déchets à l’entrée, nul doute qu’ici on habite.

C’est quand nous parcourons nos paysages quotidiens avec une foulée et un regard différents que ces rencontres surviennent abruptement face à nous. Un paysage inconnu se dessine alors, composé d’une succession d’espaces divers, de situations variables : ici des aires marginales sont sources de conflits et d’inégalités, porteuses d’une réalité de plus en plus dure dans les grandes métropoles. Les bidonvilles sont des objets mal identifié et mal identifiable. Ils se sont formés au fil des décennies, en raison des migrations économiques,  pour trouver des conditions de vie meilleure, pour donner une scolarisation pour les enfants. 

Etonnés par notre passage, une dizaine d’enfants font irruption sur le chemin qui borde leur terrain de vie et de jeu. Ils viennent nous saluer, mains tendues, le sourire aux lèvres et les yeux pétillants.

En effet, ici sur les rives du quai Emile Cormerais, une vingtaines d’enfants grandissent dans des conditions précaires. Absence d’un accès à l’eau pour se laver ou s’hydrater, absence d’un accès à l’électricité pour manger ou communiquer. Cette précarité, immédiatement visible, se double d’une facette moins perceptible, celle de la difficulté d’un parcours d’insertion, pour avoir  accès à l’administration, à la santé, au logement, à un emploi, mais aussi à l’éducation. L’éducation est un besoin vital pour nos enfants, elle contribue à un cadre stable, améliore la santé et le bien-être social. Elle transmet des principes communs et peut être un outil de réduction de la pauvreté et des inégalités.

Ce jour là, ils n’étaient plus là. Mais pourquoi ? La balade est devenue habituelle, le paysage attachant. Mais aujourd’hui plus rien, la vie qui s’était établie s’est enfuie, laissant un terrain vague, un terrain de déchets, clôturé par une montagne de cailloux. Où sont-ils partis ? Ce jour là, j’ai compris. Que la vie s’établit mais qu’elle n’y est pas conviée.

La vie s’est établie puis enfuie au quai Emile Cormerais
                                                                           (CC.GoogleMap)

Les expulsions déstabilisent les parcours déjà chaotiques des habitants des bidonvilles. Environ 35 expulsions par an sont conduites au sein de la métropole nantaise. Expulser ces populations sans solution d’hébergement ou de logement provoque une rupture dans leurs parcours d’insertion et annule les efforts fournis par les associations. Au sein des 54 bidonvilles, ce sont 120 enfants scolarisés contre 800 vivant dans la métropole nantaise: des chiffres qui évoquent la grande précarité d’insertion scolaire. En raison des expulsions de leur bidonville, certains enfants qui avaient pu être scolarisés se retrouvent très loin de leur école. Il arrive aussi que leurs papiers d’identité et carnets de vaccination soient perdus lors de l’expulsion ce qui complique les démarches à venir. C’est un temps difficile pour les enfants et leurs parents, il y a une vie à reconstruire sur un nouveau terrain à 20 kilomètre de là.

Ces expulsions constituent également des situation troublantes au regard de l’histoire d’un espace. Des espaces ponctués de situations mouvantes, éphémères, d’incertitudes: un changement permanent de notre paysage caché par la dynamique quotidienne.

 

Carte critique
L’éducation des enfants de bidonvilles dans  l’espace Nantais

L’éducation pour ces enfants est une véritable nécessité, enquêtons pour établir des actions !



Citer ce billet
Diane Roblot (2022, 30 mai). Des bidonvilles. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzv

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search