Les bassins d’Orv(eau)lt

                Au nord de Nantes et au sud d’Orvault, entre l’écoulement du ruisseau et le ronronnement des véhicules, se trouve un espace étonnamment paisible. Le chemin est large, ses abords disposent d’assises pour se poser et il est praticable à pied ou à vélo. Les abords du Cens restent sauvages et l’autoroute est mise à distance par une butte, mais aussi par un espace clôturé interdit au public : des bassins d’orages.

La vallée du Cens, une promenade urbaine du nord-est au nord-ouest de la métropole nantaise.

Traversant le ruisseau du Cens et longeant l’A844, nous avons appréhendé cet endroit lors de la première randonnée collective. La première observation fut que le Cens semblait disparaître au profit des constructions humaines, l’autoroute construite par-dessus le ruisseau et les bassins entourés de buttes qui obstruent le paysage. Au premier regard, c’est comme si des infrastructures artificielles étaient posées au-dessus d’un environnement naturel, sans le prendre en compte. On suit alors simplement le chemin sans comprendre les origines et les enjeux de l’espace clôturé que nous longeons.

Mélangeant végétation sauvage, mobilités douces, infrastructures sécuritaires et autoroute, se situant en limite de métropole et mêlant différents usages dont il est difficile de comprendre les tenants et les aboutissants, cet endroit serait le parfait exemple pour définir le trouble ; il fut le point de départ d’un travail d’enquête.

Troublé ?

Le trouble est une notion avancée par Donna Haraway. Pour elle, une situation de trouble est un espace – physique ou immatériel – où intervient plusieurs facteurs, avant toute chose l’idée d’héritage, mais aussi différents acteurs, en conflit ou non, qu’ils soient humains ou non-humains et même non-vivants. Il y rentre en jeu cette question de partage, de faire parents avec les différents aspects au sens large, mais définis d’un lieu. En résumé, un trouble serait un enchevêtrement de facteurs différents, qu’ils soient matériels ou immatériels, concrets ou conceptuels, et ayant en commun une perspective de problématiser, de chercher et d’enquêter pour en comprendre son fonctionnement multi-temporel. Cette notion de trouble est un des piliers de son raisonnement sur le terme Chthulucène, dans son ouvrage de 2016 Staying with the Trouble : Making Kin in the Chthulucène.

Les eaux(tres)

Suivant ce premier questionnement et pour éclaircir les recherches, mon enquête définit l’eau en deux catégories : l’eau visible ou apparente et l’eau invisible ou sous-jacente. Une seconde marche a permis de chercher et différencier ces eaux dans le quadrant nord-ouest.

Référencement des eaux lors de la deuxième marche, dans le quadrant nord-ouest.

Pourtant, l’eau visible physiquement peut tout autant être invisible aux yeux des passants, et les bassins de rétentions des eaux de l’A844 peuvent servir d’exemple. C’est-à-dire que pour des personnes non érudites, la non compréhension de ces lieux amène alors une invisibilisation de ces eaux. Cette situation des bassins d’orage cristallise l’idée et la notion d’invisibilisation : le Cens est physiquement invisible puisque l’autoroute passe par-dessus et les bassins d’orages sont métaphoriquement invisibles aux yeux des marcheurs.

Planche d’analyse géographique réalisée au cours de l’enquête.

Il faut alors s’y intéresser et chercher les informations. Ces bassins étant trop récents, ils ne sont pas encore référencés par les outils de cartographie disponibles sur Internet. Au nombre de trois, ils ont été réalisés lors du projet d’utilité publique : Aménagement du périphérique nord de l’agglomération nantaise A 844.

Ces bassins ont deux objectifs :

  • Ils assurent le traitement de la pollution accidentelle et chronique et respectent un débit de fuite de (3litres/s/ha).
  • Ils permettent de collecter les eaux pluviales pour une pluie de période de retour décennale.

D’après l’étude d’impact environnemental, le projet des bassins à un impact faible sur son environnement et il y a eu une compensation des zones humides (0.7 ha) plus au nord. Les eaux sont ensuite rejetées dans le milieu naturel, le Cens et la Jallière par canalisations enterrées.

Axonométrie schématique réalisée au cours de l’enquête.

La place des eaux dans la métropole ?

À la suite de cette étude de cas, nous pouvons alors nous poser plusieurs questions sur la place de l’eau dans la métropole, qu’elle soit publique et privée, mais aussi apparente ou sous-jacente à nos paysages, ainsi que l’idée de son invisibilisation.

Cette situation de trouble peut finalement se retrouver dans la métropole et au-delà, mêlant domaine public et privé mais aussi l’aspect technique des ouvrages de l’aménagement urbain.

Les eaux troublées du nord-ouest de la Métropole ?

Plonger en eaux troubles

Parfois, les bassins d’orages sont reliés au réseau d’assainissement unitaire métropolitain, comme toutes les eaux usées des habitants. Ces eaux littéralement troubles et sous-jacentes au maillage naturel des ruisseaux et des fleuves, se rencontrent un en point, un endroit où elles sont traitées : les stations d’épurations. Comme située sur la carte précédente, dans le quadrant nord-ouest, se trouve la station d’épuration de Tougas, le point de regroupement et de traitement de ces eaux.

Cette station d’épuration est une propriété de Nantes Métropole et est investie par SUEZ Epuréo. En outre, elle est avant tout, un des points essentiels du projet du grand sentier Chercher l’eau trouble, mais aussi l’occasion du projet d’un centre d’interprétation (lien prochainement du Futur aux abords.)


Auteur/autrice : Tom Gouy

Étudiant en Master Villes et Territoires à l'ENSAN