Trouble au Bois Raguenet. Le commun privé : un sentiment d’intimité publique ?

Chemins piétons du Bois Raguenet Photographie personnelle

Arpenter la métropole nantaise à pied confronte à différents niveaux de publicité de l’espace.

C’est au Bois Raguenet dans la commune d’Orvault que nous nous sommes autorisés à quitter la voie principale dominée par la voiture. Le chemin des Matines offre un large passage uniquement piéton et entouré de végétation. Le contraste est énorme entre la voie bitumée très large où les voitures nous frôlent et ce chemin calme où nous pouvons marcher les uns à côté des autres. C’est dans ce lieu, couvert par les arbres, que nous aurions pu nous arrêter pour nous réfugier des grands axes de circulation.

Organisation du Bois Raguenet : En orange les cheminements secondaires, en bleu les voiries principales.

Nous découvrons plusieurs chemins plus étroits qui permettent de traverser le quartier. Ces cheminements secondaires sont très empruntés par les habitants, surtout par les enfants et les parents pour aller à l’école. Les nourrices également s’y promènent. Lors d’un entretien avec Jacques Marrec (président de l’association syndicale du Bois d’Orvault) et Alain Moison (cotisant de l’association des résidents du Bois Raguenet) l’organisation du quartier s’éclaire. Dans la continuité de ce confort de marche, les parvis des maisons se veulent ouverts, sans barrières, afin de pouvoir longer les limites parcellaires. Dans la pratique, cela n’est visible que pour les impasses et non au droit des axes principaux.

Le lotissement du Bois Raguenet, par ses espaces communs, chercher à activer une entente collective et les liens sociaux au sein du quartier. En fait les 600 habitants s’organisent en copropriété autour du parc situé au sud du quartier. Un jardin de 4 hectares qui accueille des jeux pour enfants, souvent utilisés lors des sorties d’école. Il s’agit donc d’un quartier où les parcelles privées sont parcourues par des voies pédestres publiques. 

A l’échelle de notre quadrant, de nombreuses autres situations de lotissement peuvent être observées. Le Petit Chantilly, tout comme le Petit-Moulin ont une emprise au sol très importante et s’étendent de la Vallée du Cens jusqu’à la route de Vannes. De même pour le quartier résidentiel Nord Beauséjour mais où la circulation est principalement motorisée. 

Exemple d’organisation de fond de parcelle en espace public Photographie personnelle

Au sud du quadrant on peut nommer dans la commune de Saint-Herblain : le Tillay, Preux-Crémetterie, Bourg Solvardière, Bourg Pelousière et le Village Expo .

Ces quartiers d’habitation sont des espaces joints par l’étoile verte de Nantes. Ce n’est pas pour cela qu’aujourd’hui nous pouvons observer une pratique transversale de ces espaces. Il existe certes une possibilité pour les piétons de joindre les deux branches en passant par les voiries principales. Mais il n’existe pas d’aménagements qui motivent cette pratique de l’espace.  

Quartiers résidentiels : espaces transversaux de l’étoile verte

Nous pouvons nous interroger sur la valeur de la ville passante, ville où chaque environnement qu’il soit résidentiel, commercial, agricole ou public serait possiblement traversé.  David Mangin dans La ville franchisée (2004) définit le sens de la ville passante :  

 «Une juxtaposition d’environnements sécurisés ou la ville passante ? La ville passante permet d’avoir accès aux services de proximité (écoles, commerces, transports en commun) et une offre foncière diversifiée.» 

A l’échelle d’un quartier résidentiel qu’est-ce que cela signifie ? Quels sont ces espaces intermédiaires entre le privé et le public, ressentis comme un refuge de tranquillité pour nous, marcheurs au Bois Raguenet ? Ces cheminements secondaires longent la plupart du temps les jardins privés riches en biodiversité mais fragmentés de part et d’autre par des espaces publics de circulation le plus souvent minéralisé.

Bien que les espaces privés sont sources de biodiversité, certains habitants peuvent avoir des comportements nuisibles avec par exemple l’utilisation de pesticides ou encore une forte consommation d’eau. 

Les espaces publics “verts” sont eux facteur de liens sociaux et apportent un confort et un cadre de vie en plus de permettre une unité végétale. Il ne faut pas s’arrêter à l’image des grands jardins publics très aménagés au centre des métropoles, mais plutôt pousser cette réflexion en proposant des nouveaux modes d’habiter en péri-urbain qui impliquent les habitants à une logique de proximité. 

Pour Xavier Desjardins et Antoine Fleury, “L’enjeu est de mieux prendre en compte – voire de promouvoir – des pratiques de proximité généralisées entre les logements, les commerces, les équipements publics, les gares et les espaces « naturels ».”

Le commun privé serait donc produit par un ensemble d’aménagements qui rassemblent les habitants de la métropole. Comment alors permettre un réseau de proximité pour les habitants de ces quartiers ou bien pour les travailleurs dans ces zones commerciales ou encore pour les différents promeneurs ?  

Une revalorisation des espaces publics permettrait de favoriser des modes de déplacement comme le vélo, la marche ou encore les transports en commun. Les usagers seraient amenés à orienter leurs pratiques vers le partage et le bien-être commun.



Citer ce billet
emmablain (2022, 2 juin). Trouble au Bois Raguenet. Le commun privé : un sentiment d’intimité publique ? Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzw

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search