Richard Long

Richard Long est un artiste britannique né à Bristol en 1945, il y vit et y travaille toujours aujourd’hui. Il s’exprime par le biais de dessins, sculptures, textes et photographies de ses installations. A la suite de ses études à la fin des années 1960, il fait partie de cette génération d’artistes qui crée le mouvement du Land Art.

Les œuvres de Richard Long sont issues de marches solitaires qu’il pratique dans le monde entier, au plus proche de chez lui mais aussi dans les régions les plus reculées du globe comme l’Antarctique. Ses marches sont soigneusement préparées, s’imposant des contraintes comme celle de relier les côtes est et ouest de la Grande Bretagne ou de la péninsule ibérique, s’imposer des haltes en prenant pour intervalles les décimales du nombre pi, etc. Au cours de ces marches, il concevra des sculptures aux dimensions souvent importantes (plusieurs dizaines de mètres) à partir d’un matériau unique – “matières premières du monde, ce qui n’est pas fabriqué” – qu’il trouvera à sa disposition sur place et qui sera organisé en figures géométriques simples : lignes, cercles, croix, étoiles.

Les textes qui découlent de ces marches sont très courts, comme des haïkus, emprunts de poésie, mais aussi teintés d’un peu d’humour comme celui intitulé “WET AND DRY” qui retrace deux marches effectuées au Portugal, l’une en 2001 où il plut pendant dix-sept jours, et l’autre en 2014 où ce furent dix-huit jours de soleil ininterrompus.

Lorsque ces installations sont réalisées dans des galeries, c’est un aussi moyen de montrer d’une manière simple de quoi est constitué le paysage qu’il aura traversé, comme par exemple ces grandes fresques réalisées avec de la boue de rivières anglaises, et dont les projections sur les cimaises m’ont évoqué les roseraies qui pourraient en border les rives. Ce que ces installations et sculptures n’évoquent cependant pas au premier abord, c’est la dimension physique d’un tel travail (plusieurs tonnes de pierres déplacées à la main), reflet de l’effort physique de la marche (180km de marche en deux jours).

Richard Long conjure peut-être à travers ses œuvres l’éphémère des traces qu’il aura laissées dans le paysage, comme autant de témoignages avant que l’Homme n’y imprime un peu plus encore sa marque.

Références

http://www.richardlong.org/

” WET AND DRY ” http://www.richardlong.org/Textworks/2015textworks/wet_and_dry.html

Vidéo de l’installation de l’exposition à la galerie Arnolfini à Bristol en 2015 https://www.youtube.com/watch?v=OK7wp44_jXQ

Conversation avec Stephen Snoddy, Directeur de la New Art Gallery Walsall, le 15 avril 2014 pour une rétrospective de ses travaux entre 1970 et 2013 https://www.youtube.com/watch?v=XVCEku5SAWo