Exotisme en-terrinée

En cheminant le long des canaux du Marais Audubon, on ne met pas longtemps à apercevoir des monticules de pierres.
Ces derniers, plus ou moins ordonnés sous les arbres qui ponctuent la ligne d’eau, sont parfois si endommagés qu’on les retrouve éboulés.
Mais à quoi peuvent-ils bien servir ? Et qui les a installés ?

– Bonjour ! Vous êtes du coin ?
J’ai remarqué qu’il y a des tas de pierres au bord de l’eau. C’est bizarre, non ? Vous savez à quoi ça sert ?

– Ah ça, c’est pour éviter que les ragondins abiment les berges.
Si on ne le fait pas, ils détruisent tout.

Le ragondin.
Un rongeur devenu indissociable de nos zones humides… et souvent affublé d’une réputation peu flatteuse.
On l’accuse de nombreux maux : détruire les cultures, propager des maladies, détruire les écosystèmes, etc. Mais qu’en est-il vraiment ?

Myocastor coypus

Pour mieux comprendre cet animal intriguant, il faut remonter au début de son histoire, ou en tout cas jusqu’à son arrivée sur le territoire français.

Originaire des contrées marécageuses d’Amérique du sud, qu’il partage avec pumas et caïmans, le ragondin a été importé en Europe au tout début du XXe siècle. Pendant les décennies qui suivirent, il y a été élevé pour sa fourrure, utilisée comme matériau bon marché dans la confection de vêtements. Mais l’engouement autour de cette matière première finira par retomber dans les années 1980, et les fermiers laisseront s’échapper dans la nature les individus dont ils avaient la charge.

On peut dire que l’avenir de l’espèce sur le territoire français a été scellé à ce moment-là, car un couple de ragondins donne en moyenne naissance à une vingtaine de petits par an. Leur population s’est donc développée à une vitesse fulgurante, et aujourd’hui il est vain d’espérer éradiquer complétement le ragondin.
En Europe, seuls nos voisins de Grande Bretagne sont parvenus à s’en débarrasser. Mais ce succès est dû à une combinaison de facteurs difficilement réitérable : l’extermination des ragondins de l’île, depuis longtemps planifiée, a uniquement été possible à la suite d’un hiver rigoureux ayant déjà largement amoindri leur population.

Le ragondin vit dans les mares d’eau douce et d’eau saumâtre. Il est par contre assez rare de le rencontrer dans les zones où l’eau est salée.
Là où l’espèce a élu domicile en grand nombre, comme dans le marais Audubon, on trouve des terriers quasiment tous les cinquante mètres. Une telle concentration de ragondins a un impact non négligeable sur la tenue des berges, qui doivent être régulièrement consolidées pour ne pas s’écrouler, ainsi que sur l’état des canaux, qui risquent à terme d’être obstrués par envasement.

Coupe d’un trou de ragondin dans une berge.
Image : B. Dolivet.

À la nuit tombée le rongeur sort pour se nourrir, mais il ne s’éloigne jamais beaucoup de son trou. Son territoire est en moyenne circonscrit à un cercle de 180 mètres de rayon. Cependant, il est capable de parcourir de grandes distances à la recherche d’un nouvel habitat si la concurrence de ses congénères devient trop rude : parfois jusqu’à 50 kilomètres.
En 2020, quelques individus ont ainsi été observés jusqu’au parc de Procé, dans le centre-ville de Nantes (à une vingtaine de kilomètres du Marais Audubon).


Aire d’activité moyenne et zone de migration potentielle d’un ragondin.
Dessins : B. Dolivet.

Le ragondin ne représente pas un danger direct pour l’Homme. C’est un être inoffensif qui se nourrit principalement d’herbe et de racines. Mais il aime également beaucoup les céréales, ce qui lui attire fréquemment les foudres des agriculteurs (on estime qu’un ragondin coûte 30€ en végétaux par an).
De plus, le ragondin est susceptible de transmettre certaines maladies à l’Homme ainsi qu’au bétail, les plus communes étant la leptospirose et la grande douve du foie.

Dépourvu de prédateurs naturels à partir de l’âge adulte, le ragondin a rapidement été classé sur la liste des espèces exotiques nuisibles par le gouvernement français. L’appellation “espèce nuisible” a aujourd’hui été remplacée par celle d’Espèce Susceptible d’Occasionner des Dégâts (ESOD), mais la politique à leur égard reste la même : leur population doit constamment être régulée par des chasseurs.
Des primes sont distribuées par le réseau POLLENIZ (anciennement FREDON-FDGDON) pour encourager les bonnes volontés.

Dans le marais Audubon, la capture et l’élimination des ragondins est assurée par des piégeurs indépendants (formés gratuitement) et par les membres du Syndicat Intercommunal de Chasse au Gibier d’Eau de la Basse Loire Nord (SICGEBLN).
Auparavant il était courant de les empoisonner à la bromadiolone. Mais l’utilisation de ce produit a eu des répercussions néfastes sur l’environnement en plus d’entrainer une agonie effroyable pour l’animal. Aujourd’hui il est donc interdit d’en faire usage et la méthode plébiscitée est le piégeage.

Le piégeur a un métier pénible et chronophage. Il doit déplacer et relever les cages qui lui sont affectées tous les jours, les nettoyer pour prévenir tout risque d’infection et relâcher les animaux pour qui le piège n’est pas destiné. Quand il attrape un ragondin, il doit l’abattre et lui couper la queue en guise de preuve. Enfin, il obtient sa récompense lors des opérations départementales de collecte organisées par POLLENIZ. Chaque individu tué rapporte 7€32.
Certains chasseurs sont devenus des spécialistes de cette activité peu commune. Entre 2005 et 2015, un piégeur vendéen nommé Gilles Besseau a ainsi capturé près de 10 000 ragondins.

Une fois tué, il est tout à fait envisageable de consommer le ragondin.
Sa viande est très appréciée dans les régions du monde où on le trouve à l’état sauvage… et en France elle a eu beaucoup de succès pendant la Première et la Seconde Guerre Mondiale.
C’est sous l’appellation de “lièvre des marais” qu’il est le plus souvent cuisiné. On le retrouver dans plusieurs mets : notamment terrine, civet et ragout.
En 1994, La Cuisine des Mousquetaires lui a même dédié un épisode : le ragondin par Maïté.