Un pigeonnier à la Pâtissière

Pigeonnier du Château de la Pâtissière, photo personnelle

À la limite ouest de la commune de Saint-Herblain se dresse une vieille tour de pierre, assaillie par la végétation, qui semble être laissée à l’abandon. Il s’agit du pigeonnier associé au Château de la Pâtissière, situé juste à côté. Au-delà de la qualité architecturale du monument, le pigeonnier est porteur d’une symbolique forte au cours de l’histoire et témoigne de la grandeur de l’ancien domaine du Château. L’ensemble culmine à une douzaine de mètres de hauteur, avec une coupole et une lucarne d’envol; il est aujourd’hui un repère visuel dans le paysage.

Schéma du pigeonnier, chronologie et usages du pigeonnier, mur d’enquête, travail personnel

Grâce à son architecture, nous pouvons dater la construction du pigeonnier aux alentours du XVe siècle. Il s’agit d’un pigeonnier cylindrique sur pied en moëllons. Il comportait probablement une échelle tournante qui néanmoins ne se trouve plus à l’intérieur. De même, la girouette, qui aurait pu nous donner des informations sur le rang de noblesse du seigneur, a elle aussi disparue. Nous pouvons toutefois affirmer de par la taille de l’édifice qu’il s’agissait d’un grand domaine. Les boulins, qui sont les cavités servant de nid à l’intérieur du pigeonnier, permettent d’établir une estimation de la superficie du domaine, un boulin représentant un demi hectare.

La ZAC de la Pâtissière, quel impact?

Le pigeonnier aura bientôt de nombreux voisins. En effet, de l’autre côté de la départementale va bientôt s’implanter une ZAC de 200 logements et une école de 15 classes, sur un terrain de 10 hectares. Aujourd’hui, les parcelles sont occupées par la faune et la flore sauvage, qui risque d’être fortement impactée par les nouvelles constructions. Je me suis alors intéressé à la place des oiseaux en milieu urbain et périurbain et aux dangers auxquels ils font face. Les oiseaux sont les témoins de la santé de la biodiversité. Lorsque les oiseaux sont en danger, c’est généralement l’écosystème dans son ensemble qui est menacé. La France a perdu trente pour cent de sa population d’oiseaux ces trente dernières années. En milieu urbain, les dangers sont multiples, à commencer par l’étalement urbain et la bétonisation de la terre dans laquelle les oiseaux trouvent leur nourriture. La fragmentation des milieux naturels pose aussi un gros problème en tant qu’elle empêche la continuité entre les différents biotopes. Ensuite, les nuisances sonores et lumineuses liées à l’activité humaine ont aussi un impact sur le rythme de vie et de reproduction des oiseaux, en éclipsant le cycle jour/nuit par exemple. Enfin, la nourriture se faisant rare, les oiseaux s’adaptent et cherchent dans nos déchets de quoi survivre. Il s’agit pour eux de nourriture inadaptée, souvent trop grasse.

Futur site de la ZAC, photos personnelles

Comment agir ?

Il y a donc plusieurs enjeux qui ressortent de ces recherches. Le premier est la protection du pigeonnier en tant que patrimoine bâti, le second, la protection de la faune et de la flore sauvage au sein de la future ZAC de la Pâtissière. Mon travail consistera alors à fournir un protocole d’aménagement permettant la cohabitation de la faune sauvage et des humains au sein de la ZAC et concevoir un centre de soins pour oiseaux sauvages en réhabilitant le pigeonnier de la Pâtissière.



Citer ce billet
Florian Durand (2022, 4 mai). Un pigeonnier à la Pâtissière. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzn

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search