A la rencontre des lieux et des personnes en marge de la société

C E S P E R S O N N E S:

population de Roms

Bidonvilles et urbanités (Réalisation personnelle Diane ROBLOT)

Dans le contexte actuel, près d’une cinquantaine de bidonvilles se sont instaurés dans la métropole nantaise. 

On constate un manque d’espaces d’accueil pour les populations précaires (une vingtaine d’espaces d’accueil contre une quarantaine de bidonvilles dans l’agglomération nantaise), comme une exclusion de ces populations ; on ne les voit pas, on les cache dans les zones les moins fréquentées de notre paysage. 

Ces bidonvilles sont le plus souvent situés, si ce n’est systématiquement,  sur des friches urbaines ou des espaces délaissés à proximité des grands axes urbains et commerciaux. Des lieux et une installation illégale qui se poursuit par des expulsions pour reprendre possession des droits de propriété de la métropole.
Les camps sont des espaces surpeuplés, délabrés et restreints dans lesquels vivent parfois des centaines de familles et où s’entassent les ordures et les objets encombrants.

C E S E N T I E R propose de « mettre un pied » dans notre paysage urbain, de se rendre compte de la diversité que composent nos territoires, une diversité qui créer des ruptures sociales que l’on cache, mais qui forme une pièce parmi un « patchwork » urbain.
Il est également une expérience à travers nos espaces permanents et nos espaces temporaires qui créent un passage d’incertitude. Des espaces qui peuvent changer d’usages, de paysages et d’acteurs… Une dimension temporelle du changement qui proposera un arpentage différent d’années en années, de mois en mois ou de jours en jours et parfois même d’heures en heures. Il est intéressant également de pouvoir commencer et terminer le sentier par deux espaces anciennement abandonnés, délaissés qui aujourd’hui retrouvent une vie: Transfert à Rezé et la caserne militaire Mellinet.

Cartographie du sentier métropolitain (des délaissés, des bidonvilles et des aires d’accueil)

C E S L I E U X:

les délaissés

Les délaissés  sont des aires interstitielles ou marginales, des espaces abandonnés, des espaces de conflit, des paysages indéterminés, des lieux de déprises dont l’origine vient de l’activité agricole, industrielle, touristique, militaire, urbaine… Les choix d’urbanisations extensives ont favorisé ces vides.

Par les délaissés, ce sentier serait un support d’actions qui permettrait dans un premier temps de pouvoir identifier des espaces propices à l’insertion de nouveaux quartiers pour accueillir ces populations et ainsi repérer les plus intéressants pour pouvoir pour développer un projet. 

Cartographie des délaissés de Nantes Métropole

Un support de marche « diagnostic » pour les collectivités qui par la trace des délaissés ferait ressortir les qualités urbaines de ces espaces et a contrario se rendre compte que la diversité urbaine créée des ruptures spatiales et sociales.



Citer ce billet
Diane Roblot (2022, 13 avril). A la rencontre des lieux et des personnes en marge de la société. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzl

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search