L’homme et l’abeille

Sans leur intervention, la plus belle des fleurs serait finalement inutile. Et le miel ne serait pas le seul à manquer à notre menu sans les abeilles affairées: les concombres, les pommes ou même le coton n’existeraient plus. 80% de toutes les plantes utiles et sauvages sont pollinisées par l’abeille mellifère occidentale.

Chaque année, les apiculteurs doivent faire face à la perte de colonies entières. Une grande partie est victime de l’acarien Varroa, mais d’autres circonstances mettent également les abeilles à rude épreuve. L’offre de nourriture se raréfie car il y a de moins en moins de plantes, de haies et d’arbres qui fleurissent à différentes périodes. Quiconque parcourt la campagne les yeux ouverts peut s’en rendre compte : dès que le colza est récolté, il n’y a plus grand chose qui offre suffisamment de nourriture aux abeilles – et il y en a de moins en moins. A cela, s’ajoute bien sûr l’utilisation accrue de pesticides. Ces substances ne sont pas directement mortelles, mais elles affectent notamment le cerveau et l’intestin des abeilles. Certaines ne retrouvent plus le chemin de la ruche, d’autres sont tellement endommagées qu’elles meurent peu de temps après avoir été en contact avec les substances. De nombreuses colonies sont tellement affaiblies qu’elles ne survivent pas à l’hiver.

La raison de la mort des abeilles est en fin de compte le succès de la civilisation. Ils meurent à cause de l’homme qui a transformé les abeilles sauvages en animaux domestiques dociles.

Le monde de l’abeille se concentre dans un périmètre de forêts, de prairies ou d’une quarantaine de pâtés de maisons, dans un rayon de 5 km maximum. Elle choisit son chemin uniquement en fonction de la qualité du sol et de ce qui y pousse. Le chemin des abeilles part symboliquement des ruches du Lycée général & technique agricole Jules Rieffel et se déplace dans un rayon de 5 km. Accompagné par les histoires d’une abeille d’hiver et d’une abeille d’été illustrées dans un leporello qui relie les différentes étapes de la vie de l’animal, le promeneur part sur les traces de l’abeille. Il perçoit son environnement à travers les yeux de ces petites bêtes et est confronté aux effets négatifs que les activités humaines ont sur le quotidien des abeilles. Cela peut être un premier pas pour intégrer les besoins des abeilles dans la planification et l’aménagement des espaces libres urbains et ainsi réorienter le processus de planification.

Le promeneur sur le sentier des abeilles se met à la hauteur des animaux, leur accorde plus d’attention ainsi qu’à leurs besoins et prend au sérieux le danger qu’ils courent. Si 10 à 20% de tous les bovins et porcs mouraient chaque hiver, la tolérance ne serait sans doute pas aussi grande.

L’homme et l’abeille se créent tous deux des niches largement indépendantes de l’environnement imprévisible, dont ils adaptent les conditions internes de manière idéale. Ils sont tributaires d’un paysage vert et diversifié qui leur offre une source de nourriture et d’eau et leur permet de mener une vie saine.

L’abeille mellifère vit en harmonie avec son environnement naturel depuis 23 millions d’années. En revanche, l’homo sapiens a radicalement perturbé l’équilibre de nombreux biotopes terrestres et marins, et plus récemment celui de l’atmosphère terrestre, avant même de se sédentariser il y a environ 10.000 ans. Il met ainsi en danger non seulement sa propre existence, mais aussi celle d’un nombre incalculable de formes de vie.

Dans ce contexte, la question se pose de savoir ce que nous pouvons apprendre de la colonie d’abeilles et de ses concepts de réussite biologique et sociale.

Grâce à l’abeille mellifère, nous pouvons comprendre à quel point la cohabitation des espèces animales et végétales dans les systèmes écologiques est interconnectée et à quel point la préservation de chaque espèce est importante pour le maintien de la biodiversité mondiale.

 

 


Citer ce billet
Lara Fügenschuh (2022, 13 avril). L’homme et l’abeille. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzk

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search