Le sentier In Situ/Online

En 2016, Yona Friedman confronte ses utopies de la ville spatiale et l’architecture mobile aux réalités de la ville contemporaine (Cités virtuelles – It is not only the city-scape that changes, 2016). L’individu s’affranchit aujourd’hui des réseaux et du besoin de proximité. Hyper-connectés, nous sommes plus que jamais dépendants de nos téléphones portables, de nos batteries et de ces flux invisibles qui nous connectent. (Télé)travail, (télé)études, achats sur internet,  l’immobilité et l’isolement imposés dans le contexte actuel soulèvent la dissolution de l’architecture telle qu’annoncée par Yona Friedman (The Dilution of Architecture avec Manuel Orazi, édité par Nader Seraj, Park Books, 2015).

Google Maps, outil par excellence de l’ère dématérialisée et virtuelle que nous traversons, nous ramène paradoxalement à notre territoire. Le géopositionnement pas satellite (GPS) et les services de cartographie en ligne deviennent des éléments charnières entre ce monde représenté, virtuel et la réalité matérielle et humaine. 

Google ubiquiste se plonge dans les réseaux de la ville pour dévoiler tout ce qui se trouve à sa portée. Si la démarche a d’abord été réservée à la voiture, Venice ou des centres commerciaux tel Atlantis à Saint-Herblain (44) sont aujourd’hui répertoriés par un Google-piéton. Les capacités de cette caméra qui voit tout évoluent, et les limites se dessinent là où Google décide de s’arrêter. Si nous déclenchons l’observation Street View sans positionner le bonhomme jaune, le territoire se recouvre d’une trame bleu ciel, sauf dans les zones non répertoriées. Aller à la rencontre de ces frontières peut être révélateur de certaines réalités urbaines. 

Le sentier in situ/online (1) vise à aller à la rencontre de ces limites et des terrains non répertoriés.

D’une façon rapide et potentiellement erronée, on peut penser que la surface Google maps tendrait à se limiter aux surfaces urbanisées. Le bonhomme jaune butte d’avantage dans les territoires périurbains, dans les limites avec les champs et les zones industrielles, mais pas uniquement, voies privées, Grands ensembles sont également exclus de ce repérage. Qu’est ce que cela nous dit du territoire vécu ? D’autres interruptions sont les barrières, les clôtures, des témoins de la fragmentation du territoire. Quand Google Maps automobile doit faire demi-tour, nous marcheurs, arpenteurs, pourrons peut-être tenter d’aller au delà… 

Vues aériennes du territoire de la Métropole Nantaise avec l’outil Google Earth
Captures d’écran réalisées sur le territoire de la Métropole Nantaise avec l’outil Street View de Google

Pour cette première hypothèse de sentier, non marché, une série de photographies tirées de Google Street View font échos au travail du photographe Pascal Anders (Raymond La France, 2008-2013). Elles vont à la rencontre de certaines limites, qui peuvent être le début du parcours pour ceux et celles qui voudraient aller au delà du répertoire virtuel. 

Ce sentier deviendrait une manière de renouer des liens avec le territoire qui est le notre. Physiquement, matériellement et sur place. En marchant, l’espace n’est plus ce que nous voyons, mais ce que touchons (Jean Lévêque, « La déduction hégélienne de l’espace », in Paquot, Younes, Géométrie. Mesure du monde, 2005). C’est le rapport direct et mécanique entre nos pas et la résistance et l’épaisseur du sol qui nous libèrent des aplatissement virtuels. Le sol et l’eau seront toujours essentiels à la survie des êtres humains, au-delà de toute dissolution spatiale (Friedman, 2016). 

Par ailleurs, les antennes relais qui se multiplient aujourd’hui sont la matérialisation des services dont nous dépendons quotidiennement. Le sentier pourrait suivre la verticalité de ces éléments implantés dans le territoire ou contraire tenter d’y échapper ; un sentier basse fréquence ?…

1 Le sentier In Situ/Online, Le tracé. Le nom de ce sentier fait référence au projet vidéo In situ / On line – Des cartes à l’épreuve de l’expérience  réalisé  par Anne Jarrigeon, Lucinda Groueff, et Hortense Soichet et Viviane Perelmuter en 2016 (Paris, Hambourg).