4 mars 2022 : deuxième randonnée, de Couëron au Marais Audubon

Pour cette deuxième journée de marche et après avoir pris le train à la gare de Nantes, nous nous sommes retrouvés vers 8h30 devant la gare de Couëron. Nous avons présenté nos objets ramassés la veille à Pétra Marguc qui accompagne la marche aujourd’hui, et grâce à eux nous lui résumons cette précédente journée d’arpentage. Anne Bossé nous explique que lors de cette journée nous allons essayer de chercher la pente, la topographie. Nous entamons à 9h10 une première heure de marche silencieuse, comme hier, en sortant par le nord de Couëron.

Arrivés devant un chemin boueux impraticable, nous décidons de le longer et de traverser par des champs privés.

Une limite naturelle, Benjamin Caramatie

À 10h15, nous nous arrêtons pour le premier exercice proposé par Pétra. Il s’agit de citer un par un “Qu’est-ce qui a disparu ?”  Relevé des réponses :

  • Les chemins de terre
  • Le sauvage
  • Les habitants
  • Le calme
  • Les chênes têtards
  • La place du piéton
  • L’ancien bassin d’eau géologique
  • Les barrières naturelles matérielles
  • La végétation spontanée
  • La densité urbaine
  • Les abribus
  • L’écoulement naturel des eaux
L’impact de l’humain dans les paysages, Florian Durand

Pui la deuxième question “Qu’est-ce qui est apparu ?” Relevé des réponses :

  • Le drainage des eaux
  • Le silence
  • Le bruit de la nationale
  • De nouvelles espèces végétales (spéculation)
  • La distinction des limites parcellaires
  • Le vent
  • Une chapelle (question du culte qui s’inscrit dans le territoire)
  • Une carrière
  • Les odeurs
  • La signalisation routière
  • Les chevaux
  • Les nuages
  • Le développement urbain
  • Les routes (les axes de mobilités)

Ces deux simples questions nous ont permis d’appréhender les problématiques de la temporalité et de la mutation paysagère de ces territoires que nous connaissons, pour certains, ou que nous ne connaissons pas, pour d’autres. Suivent les consignes pour la prochaine séquence de marche : elle se fera avec une contrainte, inspirée de l’ouvrage “Exercices de style” de Raymond Queneau. L’idée est de nous forcer à voir différemment, autrement les paysages que nous traversons constamment.

La liste des mots : Noms propres / géométriques / Interjections / Paysan / Modern Style / Inattendu / Précieux / Hésitations / Surprises / Interrogatoire / Vulgaire / Exclamations / Maladroit / Tactile / Olfactif / Philosophique / Botanique.

Peu avant midi, nous marquons un nouvel arrêt au bord de la route pour le troisième exercice. Il faut établir rapidement une “taxonomie transcalaire”, soit une liste d’objets de la plus petite échelle à la plus grande (ou inversement). – “De quoi veut-on parler et sur quelle échelle ?” ; “Qu’est-ce que l’on capte comme échelles ?”.

Représenter le réel, Benjamin Caramatie

À 12h50, nous nous arrêtons pour pique-niquer au lieu-dit de l’étang Bernard.

Vers 14h, après quelques discussions sur le semestre à venir, Petra nous demande de trouver 2 ou 3 indices sur les usages (passés, présents ou futurs) du paysage que nous allons traverser. Nous entrons dans les marais situés à l’ouest de Couëron. Bien que la nature semble nous entourer lors de la marche, nous avons vite remarqué que ces espaces ont largement été façonnés par l’homme : de nombreux canaux enjambés par des ponts indiquent une trame de façon plus ou moins régulière de ce paysage de prairie humide. Dans cette zone principalement plate, nous croisons une athlète s’entraînant à la course en fauteuil roulant, une femme faisant de la marche nordique, ainsi que plusieurs voitures.

Le Marais Jean-Jacques Audubon, Diane Roblot

Après la traversée des marais et la restitution des observations effectuées, nous arrivons à l’embarcadère du bac au sud de Couëron permettant la traversée vers Le Pellerin, rive gauche de la Loire. Au bac de Couëron, peu après 16h, nous rentrons à Nantes par le bus 71, certains reprennent le train.



Citer ce billet
Tom Gouy (2022, 12 avril). 4 mars 2022 : deuxième randonnée, de Couëron au Marais Audubon. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzh

Auteur/autrice : Tom Gouy

Étudiant en Master Villes et Territoires à l'ENSAN

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search