Ronde d’une nuit d’été

Aller chercher le sauvage… ou plutôt apprendre à déceler sa présence un peu partout autour de soi.
Voilà l’expérience que propose ce sentier tout en déambulant aux abords d’une lisière imaginaire entre le monde de l’Homme et le reste du vivant : la trame noire.

La marche a lieu systématiquement au moment du crépuscule, de préférence en été. Elle se pratique lentement et silencieusement.
La nuit nous fait entrer dans un monde où nous n’avons plus forcément notre place. Elle brouille les certitudes et remet en question le statut des territoires que nous pensons maitriser.
Certains de ces lieux traversés par le sentier restent faciles à appréhender tandis que d’autres deviennent plus secrets et nécessitent d’aiguiser son regard.

Dans le quadrant nord-ouest le sentier passe par le Marais Audubon, un important réservoir de biodiversité pour la métropole nantaise.

Quatre rondes dans le Marais Audubon

Le Marais Audubon est un milieu profondément marqué par l’activité de l’Homme. Malgré tout, il continue d’héberger une faune et une flore exceptionnelle.
Certaines espèces exotiques, comme le ragondin, y ont élu domicile depuis si longtemps qu’elles font dorénavant partie de l’écosystème local.
Cette intégration, irréversible, n’est pas sans conséquences et pose de nombreuses questions. Pourtant ces espèces mal aimées n’ont jamais eu droit à des études scientifiques approfondies, et l’étendue réelle de leur impact nuisible reste encore aujourd’hui mal connu.

En mettant en place un système de rondes dans le Marais Audubon, toute personne devient susceptible de surveiller l’évolution des populations faunistiques et floristiques de la zone humide.

Quatre rondes dans le Marais Audubon.
Crédit image : B. Dolivet.

RONDE DU COULEUVROU

Cette première ronde dans le Marais Audubon commence à la tombée de la nuit gare de Cordemais. Progressant vers le sud, le marcheur quitte les rues du bourg pour entrer discrètement dans une vaste zone humide, grouillante de vie. Un point d’écoute aveugle se trouve à sa disposition au bord de la Loire : le Sémaphore de l’Angle.

Ronde du Couleuvrou.
Crédit image : B. Dolivet.

RONDE DE LA VALLEE DE LA BAIE

Après être descendu du train à la gare de Saint-Etienne-de-Montluc, le marcheur prend la direction de la Vallée de la Baie. Deux chemins s’offrent à lui, qui lui permettent de s’aventurer jusqu’au plus profond du marais.

Ronde de la Vallée de la Baie.
Crédit image : B. Dolivet.

RONDE DU POIRIER ROUX

De retour à Saint-Etienne-de-Montluc, le marcheur effectue la ronde du Poirier Roux. Si les conditions sont réunies, il peut cheminer très au sud jusqu’à rejoindre les rives de la Loire et poser le pied sur l’île Demangeat.

Ronde du Poirier Roux.
Crédit image : B. Dolivet.

RONDE DE LA MUSSE

Cette ultime ronde explore les environs de la commune de Couëron.
Entre prairies asséchées destinées à l’élevage des bovins et bocages foisonnants, le marcheur suit les bords du Grand Canal jusqu’à arriver à proximité de la Loire, où une vanne imposante l’attend.

Ronde de la Musse.
Crédit image : B. Dolivet.


Citer ce billet
B. Dolivet (2022, 14 avril). Ronde d’une nuit d’été. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzm

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search