Sur la piste des oiseaux

Cette proposition de tracé amène le randonneur à travers des zones à forte probabilité d’observation d’oiseaux et relie des postes propices à l’installation d’espèces. Du lac de Grand-lieu à l’Erdre, en passant par le PEAN des Trois Vallées (Périmètre de Protection des Espaces Agricoles Naturels), Il s’agit de faire l’état des lieux de la protection de la biodiversité, dont les oiseaux sont le parfait indicateur de sa santé.

Proposition de tracé sur le territoire métropolitain

La population d’oiseaux en France a chutée de 30% en trente ans. En ville comme à la campagne, les oiseaux sont victimes de l’artificialisation des terres, de la fragmentation des espaces naturels, de la disparition de leur nourriture et de leurs habitats naturels. Certaines espèces s’adaptent à l’anthropisation, d’autres disparaissent purement et simplement. Le sentier propose de partir sur les traces de la lutte aviaire, de découvrir les dispositifs mis en place par les associations, les communes, la métropole, pour protéger les oiseaux et leurs milieux. C’est aussi l’occasion de développer de nouveaux systèmes, savoir-faire, savoir-cohabiter, qui permettront de redonner à la nature une place de premier plan dans la fabrique de la ville et du périurbain.

Cohabiter avec les oiseaux, dessin personnel

En traversant aussi bien des réserves, des marais, des zones agricoles ou encore des bourgs de banlieue, le sentier permet l’observation d’une grande diversité d’espèces. En milieu urbain, le randonneur prêtera attention aux pigeons de ville, aux corneilles ou aux moineaux. Sous les lignes haute tension et aux abords des friches industrielles, il y trouvera des fauvettes à tête noire. Dans les moulins en ruines, il aura peut-être la chance d’apercevoir une colonie de Choucas. Dans les marais des hérons cendrés, dans les prairies pâturées des hérons garde-bœuf.

Lors d’un entretien avec Jean-Pierre Laffont, administrateur de la Ligue de Protection des Oiseaux 44 (Loire-Atlantique), une phrase m’a marqué. “La végétation profite de la moindre faille dans le béton pour réapparaître, et bien les oiseaux c’est pareil”. La nature est opportuniste. Il serait alors possible de renverser la situation en créant ces failles, ces opportunités.

Détail du quadrant Nord Ouest

Le sentier relie également plusieurs tours isolées. Des pigeonniers, des moulins désaffectés, des tours de pierre en ruine – des éléments que j’ai repéré comme failles potentielles. On a observé à plusieurs reprises des choucas s’installer dans des anciens moulins, comme à Blain ou à Nozay et des pigeons peuplent encore l’ancien pigeonnier du château des Dervallières. Ces tours pourraient devenir des refuges pour les oiseaux, où ils seraient à l’abri des nuisances sonores et lumineuses liées aux activités humaines.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Florian Durand (6 avril 2022). Sur la piste des oiseaux. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzf


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search