Au travers l’intimité territoriale

Le sentier propose le questionnement suivant : comment les espaces publics disponibles deviennent-ils intimes et permettent-ils une identification personnelle ? L’objectif est de mettre le marcheur aux frontières de l’espace public, de se confronter aux rapports de cohabitation et aux conflits d’usages de certains espaces. 

L’intimité territoriale durant les échanges : “l’intimité territoriale n’est pas celle de la sphère privée, domestique ; elle se constitue aux frontières de l’espace public, dans les zones grises ou délaissées du territoire homologué. Cette dimension semble liée à des situations de marginalité ou d’exclusion.” Jean-François Chevrier

Traverser l’intimité territoriale, c’est habiter l’espace public, laisser possible l’usage, l’appropriation et l’interprétation. Il faudra chercher l’intime en relevant les moteurs de cette sensation de confort. Au travers ce tracé, il pourra être possible d’expérimenter des situations de marche en limite de certains espaces. Il y faudra alors remarquer les différentes ruptures entre quartiers d’habitation, zones commerciales ou encore zones naturelles et agricoles. Il s’agit d’un entier d’expérimentation. 

Cartographie : Au travers l’intimité territoriale

Le sentier propose une expérience d’une journée. Le parcours est d’environ 21 km. Les points de départ et d’arrivée correspondent à des terminus d’arrêt de tram afin de pouvoir pratiquer cette marche sans autres moyens de locomotion.

Le parcours commence avec le Bois Raguenet , quartier résidentiel composé d’un réseau de chemins piétons entre les parcelles et d’espaces naturels. C’est dans ce premier lieu que plusieurs arrêts pourront être réalisés afin d’expérimenter l’étroitesse des chemins, le calme des impasses, la limite entre le résidentiel et les terres agricoles, et l’îlot de nature avec le parc et son étang. La suite du sentier se poursuit avec la traversée du quartier résidentiel le Petit-Moulin. C’est ici qu’il faudra relever la succession de parcelles individuelles avec le recul de la maison et la clôture pour fermer le tout à toutes visions ou cohabitations possibles. L’entrée dans la zone commerciale de la route de Vannes se fera brutalement. L’exercice propose de marquer un temps d’observation pour percevoir la rupture d’usages et d’ambiances. Le quartier Beauséjour Nord annonce l’approche du Parc de la Chézine et du Parc de la Bégraisière avec quelques espaces végétalisés publics mais coupés par des voies de circulation majeures. Le sentier propose alors de suivre le projet du “Cours Hermeland” tracé par la ville de Saint-Herblain et d’expérimenter le lien avec le Bourg-Solvardière et le Bois Jo qui permettent de traverser le parc de la Carrière pour arriver sur le Village Expo. Dans cet espace, le marcheur est invité à s’y perdre et emprunter les différents cheminements piétons qui sont d’un autre ordre que ceux du Bois Raguenet. Ce sentier s’achève à l’arrêt de tram Jamet et clôture cette expérience. 

Cartographie métropolitaine

Il est évident que l’intimité territoriale peut être expérimentée à différentes échelles et sur de nombreuses zones. Ce tracé à l’échelle de la métropole Nantaise propose les mêmes principes qu’énoncés précédemment et permet d’éprouver un éventail d’illustrations de ce thème.  



Citer ce billet
emmablain (2022, 12 avril). Au travers l’intimité territoriale. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzj

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search