Right to no stress city – a new way of experiencing the city and the territory

 

La santé est un état de complet bien-être à la fois physique, mental et social et pas seulement l’absence de maladie ou d’infirmité. Pouvoir bénéficier du niveau de santé le plus élevé possible est l’un des droits fondamentaux de tout être humain, sans distinction de race, de religion, de conviction politique ou de conditions économiques et sociales. ( OMS 1946 )

La politique d’urbanisme influence de manière significative la santé à travers les personnes. L’état de santé de la population ne dépend pas seulement de la qualité du système de santé qui lui est proposé, mais aussi de ses conditions de vie, de déterminants sociaux, environnementaux et économiques. L’aménagement du territoire et particulièrement la qualité de l’environnement urbain dans lequel cette population évolue influent sur sa santé et son bien être.

Un urbanisme pour la santé, c’est un urbanisme pour les habitants. Il met en valeur l’idée que la ville, c’est autre chose que des constructions, des rues et des espaces publics, c’est un organisme qui vit, qui respire ; son état de santé est étroitement lié à celui de ses habitants.

Le parcours a été vécu dans une condition de silence et d’écoute aussi bien dans la nature que dans la ville, car même le bruit de la ville peut être agréable et procurer du bien-être. Marcher en silence conduit à un dialogue silencieux avec l’espace.  Il est certain que l’absence de bruit artificiel entraîne un état de bien-être dans la nature ou même en ville.

“Nous le remarquons à peine, mais dans cet environnement, nous sommes constamment stressés”

Yoshifumi Miyazaki, professeur d’architecture paysagère à l’université de Chiba, au Japon.

Les villes d’aujourd’hui sont conçues pour être des lieux agréables à vivre, sans ressentir le besoin constant de s’échapper. Pourtant dans les villes, nous sommes entourés d’un paysage construit, où tout demande de l’attention, des choix, des décisions : les lumières, les foules, les écrans, les publicités, le trafic, le bruit…

carte de l’auteure

Le parcours vise alors à unir le territoire de la métropole de Nantes à la ville dans une “liaison de bien-être” qui vise à connaître une condition de bien-être, où il faut qu’il n’y ait pas de bruit artificiel, pas d’odeur industrielle, pas de trafic et pas de publicité. La ville de Nantes offre ce type d’espaces, il existe des zones où le bruit artificiel est faible.

Photographie et maquette de l’auteure



Citer ce billet
Eleonora Dragano (2022, 6 avril). Right to no stress city – a new way of experiencing the city and the territory. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzd

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search