Le ruissellement métropolitain

Redécouvrir les sous-bassins hydriques nantais

Jardins, pâturages, marais, marécages, prairies, drainage, méandres, lacs, étiers, tampon hydraulique, refuges de biodiversité, inaccessibles, délaissés, Tiers paysage … Toutes ces notions sont autant de manières de décrire, d’appréhender les zones humides. Ces espaces s’inscrivent en grande partie dans le cycle de l’eau, récupèrent et accumulent les eaux de ruissellement, régulent les crues et les inondations, échangent avec les nappes phréatiques, à tel point qu’ils peuvent recouvrir la quasi-totalité des sous-bassins versants. Extrêmement intégrées au paysage anthropisé, ces zones deviennent quasiment illisibles tant dans leurs rôles que dans leurs limites géologiques.

Au cœur de la métropole nantaise, les zones humides et leurs cours d’eau sont mis en valeur comme écrin de verdure au cœur de l’urbain, accentuant ainsi leurs limites par une artificialisation des sols importante. On pense alors à la Chézine, la Sèvre Nantaise, l’Erdre ou encore le Cens, corsetés par la spéculation qui pousse à urbaniser des terrains jusqu’ici évités.

Pourtant, de manière contre-intuitive, la sortie des espaces les plus densément peuplés et urbanisés n’empêche pas la transformation profonde des sous-bassins versants. Mais celle-ci est plus difficile à voir. Les cours d’eau des sous-bassins versants sont souvent invisibles par leur drainage, leur artificialisation et leur détournement. De même, bien qu’un changement paysager est en train de s’effectuer, les zones humides adjacentes sont rarement aménagées pour permettre leur découverte.

Mon sentier métropolitain est composé de 3 sentiers manifestes situés à l’Ouest de la métropole nantaise :

Tracé des sentiers sur fond de bassins versants secondaires et tertiaires

1. L’évolution de l’aménagement

Il revient sur l’évolution de notre rapport aux zones humides et de leur intégration dans le paysage urbain et péri-urbain. Il débute au lac de la zone commerciale Atlantis, infrastructure utilitaire à laquelle un traitement paysager a été contraint. On suit ensuite le « sentier d’Hermeland », faisant partie du cours Hermeland imaginé en 1990 comme une « traversée naturelle dans l’urbain ». Le chemin qui suit le ruisseau Pont-Pierre y serpente comme pour évoquer la balade aménagée. Le ruisseau aboutit sur la Carrière Pont-Pierre témoin, à la fois de la réhabilitation d’espaces industriels marquants, mais aussi de la volonté de « singer » la nature via le jardin méditerranéen. Le sentier s’achève au marais de la Pelousière, parfait témoin d’un changement du rapport au paysage des zones humides qui devient un marais d’observation du tiers paysage. La notion de parc s’est progressivement ensauvagée pour aboutir à un aménagement de cheminements dans des espaces de délaissés. Quel impact cela peut avoir sur notre vision de la « Nature » ?

2. Les obstacles au bassin versant

Le second sentier débute sur l’ancienne décharge de Tougas. En aval de tout le sous-bassin traversé, ce site contamine largement les eaux de ruissellement. On traverse ensuite d’importantes infrastructures routières et ferroviaires reliant Nantes à St-Nazaire. Celles-ci viennent endiguer l’ancien lit majeur de la Loire et ainsi contraindre la régulation hydraulique de l’ensemble. En remontant le bassin versant de la Pâtissière, le sentier devient « théorique ». Il est censé passer le long des zones humides qui sont aujourd’hui la propriété du jardin de la Pâtissière. Une importante partie du versant est donc ici privatisée. Lors de la remontée du coteau, le sentier croise les lignes à haute tension qui ont découpé les boisements qui ralentissaient les ruissellements. Enfin, ce second sentier abouti sur le Jardin de la Coutellière, formé collectivement autour du ruisseau protégé de la Coutellière. La gestion communautaire des espaces hydrauliques serait-elle une option ?

3. Le cycle de l’exploitation

Tout commence avec le recueil des ruissellements des versants. En suivant le cours du ruisseau de la Carterie, on traverse des espaces agricoles majoritairement céréaliers. Le ruisseau se déverse dans le lac de Beaulieu. Créé ex-nihilo en 1991, il sert à réguler l’hydrographie de l’aval modifié par les grandes infrastructures mais aussi pour la pêche et la préservation de grands oiseaux. En longeant le marécage puis le marais de Beaulieu, on aperçoit l’aménagement des coteaux de Couëron. Ces espaces humides sont utilisés pour le pâturage en été. Après avoir retraversé la ligne de chemin de fer et les espaces urbains, on découvre les prairies de la Vallée de la Pâtissière. Ces prairies sont dites permanentes. Par le biais d’importants ouvrages hydrauliques, le paysage de marécages a progressivement été drainé pour permettre la pâture toute l’année. Ce paysage particulier de l’estuaire de la Loire est aujourd’hui sous tension. Entre les exploitants, qui ne peuvent en obtenir une assez grande production, et les habitants pour qui l’entretien des étiers est un coût important, les prairies permanentes sont un enjeu important, au regard également de l’importance culturel de ce paysage historique. L’étier de la Vallée de la Pâtissière se déverse dans la Loire par un goulot étranglé par l’artificialisation des berges. Cela entraîne l’accélération de l’envasement des prairies mais aussi des inondations plus violentes. Enfin, le troisième sentier se finit par l’Île de la Liberté en face du port de Couëron. Cet ancien banc de sable de Loire s’est progressivement consolidé en île via la progression du bouchon vaseux. Autrefois pâturé, l’abandon par l’agriculture et l’absence de marnage a permis aux forêts de Loire de se développer et d’envahir progressivement l’île. Serait-ce le sort qui attend l’ensemble des prairies permanentes ?

Les zones humides sont donc des “espaces parapluie”. Leur compréhension et leur entretien consciencieux permet de prendre soin d’un grand nombre de sous espaces et de pratiques. Activités agricoles, gestion de la ressource en eau, inondations, aménités, diversités biologiques sont autant de sujets qui sont abordés par la gestion (ou non) des zones humides. L’ambition de ces sentiers est non pas exhaustive mais une invitation à découvrir nos espaces péri-urbains via les sous-bassins versants et plus particulièrement l’impact des zones humides sur ceux-ci.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Oskar Rischewski (12 avril 2022). Le ruissellement métropolitain. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzi


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search