Chercher l’eau trouble

Lorsque l’on parle de cours d’eau dans une métropole, on a tous un certain imaginaire vis-à-vis de ceux-ci ; des chemins le long de ces ruisseaux riches en biodiversité, mais aussi des espaces publics mêlant l’urbain et la nature, l’humain et le non-humain. Cependant, dans d’autres situations, cet imaginaire vole en éclat lorsque l’on réalise le fonctionnalisme des infrastructures qui ne prennent pas en compte l’existant, ce (et ceux) qui existe(nt).

L’hypothèse

« Au XXe siècle ce qui a été dominant dans la gestion de l’eau, c’est la présence de l’ingénieur et la formalisation d’une ingénierie de l’eau qui a sa propre performance, sa propre cohérence, qui est fondée essentiellement sur des règles de dimensionnement, on se rend compte du fait que dès que l’on pense l’eau autrement, on a aussi besoin de beaucoup d’autres choses pour imaginer quelle est la place de l’eau dans la ville. » Pour une approche interdisciplinaire de la gestion de l’eau en ville, 10e édition de Novatech, Sabines Barles, 2019.

Nous pouvons alors nous poser la question de savoir ce qu’il en est des infrastructures invisibles liées à l’eau ainsi que sa relation avec les espaces visibles ; les chemins, les routes, les rues et les quartiers que nous appréhendons chaque jour. Nous pouvons alors parler de l’eau trouble. L’eau potable coule automatiquement lorsque l’on ouvre le robinet et s’évacue dans nos canalisations. Cependant, à part les spécialistes, nous ne voyons qu’un fragment de la place de l’eau dans une métropole et nous n’en comprenons pas les dynamiques et les enjeux qui se déroulent derrière les cartes urbaines du paysage visible. La qualité de l’eau et l’assainissement sont des enjeux principaux d’une métropole comme Nantes, nous pouvons penser que d’apparence, tout coule de source dans l’organisation de cette ressource. Pourtant « les grands travaux d’assainissement ont été réalisés dans les années 80, aujourd’hui les réseaux structurants sont au bout du rouleau et il est nécessaire d’investir lourdement pour les 50 prochaines années. » Intervention à l’ENSA Nantes pour Grands Sentiers, Hervé Perronneau, responsable de la Cellule opérationnelle de prévention des risques (COPR) à Nantes-Métropole, 1er avril 2022.

De sa fonction première de relier par les mobilités douces le sud au nord-ouest de la métropole nantaise, l’intention du sentier est d’aller chercher puis découvrir les formes et les usages de l’eau. Traversant les paysages de l’eau et ses usages, le sentier proposerait une sorte d’Atlas de l’eau aux marcheurs et marcheuses :

  • La réserve naturelle du Lac de Grand-Lieu, une histoire géo-hydrologique qui a façonnée le territoire de la Loire-Atlantique
  • Les cours d’eau tel que la Sèvre, la Loire, l’Erdre, le Cens et la Chézine
  • Les usages que l’on en fait comme le Navibus et les bacs sur la Loire, mais aussi les quais de l’Erdre et les parcs de la Vallée du Cens
  • Les ruisseaux multiples et leur place dans le paysage qu’il soit urbain ou rural
  • Le miroir d’eau, les douves du Château des Ducs de Bretagne en relation avec la place de l’eau dans les loisirs et les besoins de rafraichir les espaces de chaleurs en centre-ville
  • Les châteaux d’eau comme témoignage du passé
  • Les zones de rétentions techniques et les opportunités qu’elles représenteraient
  • Les stations de pompage en lien avec les réseaux d’infrastructures souterrains
  • Les stations d’épuration invisibilisées, en dehors du paysage urbain quotidien

Voir les usages et les questionner c’est en comprendre les enjeux, présents et futurs de cette ressource. Cette prise de conscience ne se fait que si on a envie de fouiller, traquer et relier les informations ; cela nous amènerait alors aux eaux troubles, les eaux oubliées ou cachées, là où on traite les eaux usées. Se déployant sur 85 km réparti en 5 parcours distincts, Chercher l’eau trouble pour comprendre l’eau claire, serait la (dé)marche de ce grand sentier métropolitain nantais.

5 (dé)marches

Ces 5 parcours permettent de se plonger dans le territoire à travers une thématique précise :

  • Un territoire façonné par l’eau, au niveau du sud de la métropole reliant le lac de Grand-Lieu, en passant par Vertou et la Sèvre Nantaise jusqu’à Rezé. Ce segment permet des réflexions à propos de l’histoire géologique et hydrologique des paysages qui sont parcourus.
  • Les comblements : un sacrifice à la modernité, permet de questionner en centre-ville la place de l’eau et de ses usages, ainsi que les différentes actions de l’homme qui ont permis de créer la ville telle qu’on la connait aujourd’hui.
  • L’Hydromonde, ce segment s’intéresse à la place des réseaux hydrographiques dans les territoires d’aujourd’hui – en lien avec l’article de François Guerroué, Mathias Rollot et Martin Schaffner ; Pour une intermondiale des bassins-versants ; « Un ensemble de continuités écologiques, toujours plus qu’humaines, à l’intérieur desquelles nous sommes pris et prises, que nous faisons et qui nous font à chaque instant, partout sur la planète ». Ce segment est en lien avec nos infrastructures de transports, nos besoins de déplacements et d’habitations. Cette partie viendrait aborder la question de nos infrastructures liées à un paysage existant mais aussi de leurs réflexions. C’est-à-dire que nos planifications actuelles sont toutes délimitées par des zonages, alors que ces réseaux hydrographiques transcendent nos frontières.
  • De l’eau trouble à l’eau claire, est le segment qui aborde la question de l’eau en tant que ressource et comment nous l’utilisons, carrière – extraction, plan d’eau au milieu d’un centre commercial, station d’épuration « cachée » de la ville. L’eau est un bien commun, cependant nous n’en comprenons pas les infrastructures sous nos pieds nous permettant d’avoir de l’eau potable partout et tout le temps. Ce segment permet alors de révéler les enjeux invisibilisés par les politiques de la ville et de requestionner sa place dans notre paysage urbain. Si ces infrastructures souterraines ont créé la ville, pourquoi nous n’en voyons pas de traces ? Si pour les politiques publiques l’eau est un bien commun, pourquoi les aménagements techniques n’en seraient pas eux aussi ?
  • Vers une éthique aquatique ? Cette dernière partie propose de traverser Couëron et d’aborder la relation de « voisinage » que l’on entretient avec l’eau et ses territoires, ici marécageux. Il s’agit de nous faire réfléchir sur nos politiques actuelles – au sens propre – de cette ressource qu’il est nécessaire de protéger, puisque toutes les espèces vivantes terrestres en découlent.

“Il est temps de réfléchir sérieusement aux usages que nous faisons de l’eau et de cesser la désinvolture des gosses gâtés que nous avons tous été, parce que nous avons la chance de vivre dans un pays tempéré.”

Pour l’État, contre la corruption – Meeting de Toulouse, Jean-Luc Mélenchon, 3 avril 2022

La mise en œuvre

Le projet de ce grand sentier serait porté par Nantes-Métropole au bureau du préfet de la Loire-Atlantique. Ce projet, en lien avec l’étude de Gilles Clément et Matthieu Picot de l’Étoile verte nantaise, serait soutenu par Baptiste Lanaspèze, le fondateur des éditions Wildproject et éditeur de « Sentiers métropolitains ». Les pistes du sentier mobiliseraient au maximum les infrastructures et tracés existants, les nouveaux balisages créés seraient alors établis après réflexion de Nantes-Métropole ainsi que des concertations publiques. Prenant comme modèle le GR2013, la mise en place et le balisage des parcours se feraient en collaboration avec la Fédération française de randonnée pédestre. Le sentier serait donc appuyé par une communication des associations locales touchées par cette thématique, mais aussi par l’Office international de l’eau, de ses colloques et séminaires organisés comme le séminaire La biodiversité alluviale du bassin versant de la Loire – fonctionnement, dynamiques et suivis du 7 et 8 avril 2022 (notamment en lien avec les évènements internationaux comme la Journée mondiale des zones humides planifiée chaque année le 2 février). De plus, traversant les infrastructures techniques de la métropole comme les stations d’épurations, il en serait un des points majeurs de sortie lors des Journées européennes du patrimoine, lorsque la station d’épuration de Tougas ouvre ses portes au grand public. Le tracé de ce sentier pourrait par la suite être pris en compte dans le PADD associé au PLUM de Nantes-métropole dans Les orientations en matière de mobilité, p.48 du PADD actuellement en vigueur et approuvé le 5 avril 2019.

Enfin, le sentier serait accompagné d’un guide téléchargeable en ligne, visionnable sur smartphone ou imprimable en livret à la maison. Les 5 thématiques abordées par le grand sentier, se verront dans ce petit guide, détaillées et approfondies pour permettre au marcheur d’avoir un arpentage actif des paysages qu’il va parcourir. À une visée plus éducative que touristique, le livret permettrait de guider le regard lors de la marche, d’expliquer ce qui est visible pour comprendre ce qu’il ne l’est pas.

Un thème, cinq approches

Ainsi, le sentier aborderait le passé et ses traces dans le paysage actuel pour sensibiliser à un nécessaire décentrement vis-à-vis de cette ressource. Mais aussi, en délivrer des lignes de fuites et des scénarios prospectifs, proposants de nouvelles réflexions d’aménagements à propos de cette matière qui nomme notre astre « Planète bleue », et dont tous les êtres vivants sont dépendants.

« Le prochain grand défi qui s’avance c’est la question de l’eau, il faut plus que jamais planifier, organiser. L’ONU nous a dit en 2021, la prochaine pandémie, ce sera la sècheresse. D’ici à 2030, 3 ans après la fin du prochain quinquennat, la moitié de l’humanité vivra en stress hydrique, lorsqu’il n’y a plus d’eau, il n’y a plus de lois. L’Europe est entrée dans une crise de sécheresse progressive, qui peut durer de 8 à 25 ans, la panne d’eau et la première des formes qui résultent de l’irréversibilité de la crise climatique qui a commencé, il faut donc s’organiser pour y faire face. À ce mois d’avril, nous avons déjà 100 communes en état d’alerte sécheresse, ce qui d’habitude n’intervient pas avant le mois de juillet, il est temps de réfléchir sérieusement aux usages que nous faisons de l’eau et de cesser la désinvolture des gosses gâtés que nous avons tous été, parce que nous avons la chance de vivre dans un pays tempéré. » Pour l’État, contre la corruption – Meeting de Toulouse, Jean-Luc Mélenchon, 3 avril 2022.



Citer ce billet
Tom Gouy (2022, 5 avril). Chercher l’eau trouble. Grands sentiers. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxzb

Auteur/autrice : Tom Gouy

Étudiant en Master Villes et Territoires à l'ENSAN

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search