Le Sentier des Communs Périphériques

Le Sentier des Communs Périphériques - Lettre

Madame, Monsieur,

Faisant suite aux derniers éléments de mon enquête consacrée au Périphérique de Nantes que je vous ai présentés ce jeudi 31 mars, je vous adresse en ce jour ma déclaration officielle d’ouverture de sentier d’enquête.


42 km de long. 23 portes autoroutières. 30 ans de construction. L’équivalent de 432 millions d’euros investis. Et aujourd’hui, jusqu’à 110 000 véhicules par jour.

Ça, ce sont les chiffres du Périphérique de Nantes. Mais cela ne suffit pas à le connaître.

Car le Périphérique ce sont aussi et surtout des abords à desservir : d’immenses zones commerciales et industrielles, d’innombrables lotissements pavillonnaires ; et plus généralement une métropole, celle de Nantes, qui, bien que pestant à longueur de temps contre un périph’ toujours trop embouteillé, trop bruyant, est bien forcée d’admettre qu’elle ne peut plus se passer de cette ceinture de bitume.

Mais à quelques foulées des bandes d’arrêt d’urgence il y a aussi ça : des jardins partagés, des terrains de gens du voyage, des casses sauvages, des ruines perdues dans les ronces, d’immenses champs de prunelliers et ajoncs en fleur.

Une richesse difficile à voir depuis la voiture, mais qui se laisse découvrir rapidement dès qu’on fait un pas sur le bas-côté. Des espaces partagés ou délaissés, occupés de façon plus ou moins officielle par l’Homme ou réappropriés par la nature.

Quels sont donc ces impensés du projet autoroutier, ces délaissés du monde bitumé ? Pouvons-nous faire le pari que certains de ces lieux parfois maltraités, souvent oubliés, sont peut-être encore inimaginés ?

Ceci est une invitation à explorer
Les Périphéries du Périphérique

Ceci est une invitation à parcourir
Le Sentier des Communs Périphériques


Le Sentier des Communs Périphériques - Concept

Modalités du sentier

Le Sentier des Communs Périphériques mesure environ 66 km de long. Il est composé de 4 tronçons, suivant les 4 points cardinaux qui furent choisis par le Ministère pour diviser la métropole de Nantes. Chacun de ces tronçons peut être arpenté en une journée de marche, mais il est possible de davantage fractionner le parcours.

Le Sentier des Communs Périphériques - Carte métropolitaine
Carte métropolitaine du Sentier des Communs Périphériques – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Le sentier dessert l’ensemble des portes autoroutières du Périphérique, à l’exception de la Porte n°38 [dite Porte de Gesvres], pour laquelle une liaison à pied commode n’a pu être déterminée. Pour chacun de ces points d’étape, le tableau ci-dessous répertorie les accès possibles en transports en commun et les parkings relais (« P+R »).

Le Sentier des Communs Périphériques - Détail des étapes
Détail des différentes étapes composant Le Sentier des Communs Périphériques

Dans ce tracé d’enquête, le Périphérique de Nantes est à voir comme une boussole. Le sentier s’en éloigne pour des raisons parfois pratiques – pour assurer des passages à pied sécurisés notamment – mais avant tout pour servir l’enquête – dans le but de mettre au jour un abord à investiguer. Parmi ces abords, que nous appelons Les Périphéries du Périphérique, certains sont dits « imaginés », car faisant l’objet d’appropriations nombreuses ou marquées, et d’autres sont « inimaginés ». Ce sont ces abords « délaissés » qui nous intéressent tout particulièrement pour l’enquête en cours. Enfin, on trouve des abords « troublés » : ce sont les espaces où des appropriations souvent illégales génèrent des conflits d’usages ou tout du moins des situations inhabituelles.

Le Sentier des Communs Périphériques - Tronçon Nord-Ouest
Le tronçon Nord-Ouest du Sentier des Communs Périphériques – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers
Le Sentier des Communs Périphériques - Délaissés bucoliques
Un délaissé bucolique près de la Porte de l’Estuaire (Saint-Herblain) – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Nota bene

Le Sentier des Communs Périphériques est classé par le Ministère des Grands Sentiers comme étant un SEVI [Sentier Expérimental à Visée d’Investigation]. Dans le cadre de l’enquête, le sentier est accessible à tout·e citoyen·ne disposant d’un permis piéton.

Cependant, seul le tronçon NO (Nord-Ouest) a fait l’objet d’un travail de repérage in situ. Le reste du tracé du sentier – uniquement réalisé à partir de vues aériennes et de cartes – reste de fait entièrement hypothétique. Le sentier longeant ou traversant parfois des axes routiers ou des voies ferrées, la prudence est par ailleurs de mise lors de son arpentage.

L’Enquêteur en charge du sentier, le Bureau des Enquêtes et le Ministère déclinent toute responsabilité en cas de dommages corporels, psychologiques ou matériels liés à la pratique de ce sentier.


Vous souhaitant bonne réception de ces éléments, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mon invitation à la marche la plus sincère.

Benjamin Caramatie

Enquêteur n°17228


Auteur/autrice : Benjamin Caramatie

Étudiant en Master à l'école nationale supérieure d'architecture de Nantes.