Introspection

« Car l’Homme, j’en suis convaincu, est un chercheur, de lui-même, des autres, du monde. »

Mike HORN, Vouloir toucher les étoiles.

Il y a une forme de dilettante dans la marche, on aime marcher ou on n’aime pas. Mais pourquoi marche-t-on ? Cherche-t-on à satisfaire un besoin, une envie? Certains marchent pour vivre, s’occuper, entretenir des liens sociaux, ou encore leur santé. Ceux là suivent un chemin rectiligne, un aller-retour, comme une parenthèse.
D’autres marchent pour fuir, s’en aller. Ils fuient parce qu’ils sont confronté à des situations auxquelles la réponse est complexe. La marche est alors un seuil. Un seuil où les corps s’égarent, où le psychisme s’alerte, où la réflexion s’éveille. Là, les chemins se dispersent. Des variables, une multitude de possibles qui rendent chaque trajectoire unique, un départ rempli de questions, une arrivée chargée de réponses. Ce chemin est une étape vers un nouveau développement, une boucle bouclée, mais qui reste ouverte.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Léo L. (16 mars 2021). Introspection. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxwn


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search