Henrik Schultz: “Aller au fond des paysages”

Les paysages sont en constante évolution. Nous les percevons, nous en parlons, nous les utilisons et contribuons ainsi à leurs transformations. Comment organiser cette transformation ? Pour comprendre un paysage, pour s’en réjouir, pour s’y enraciner, pour le remettre en question, pour le dessiner – pour tout cela, il faut l’explorer. De préférence à pied ! Dans son livre Landschaften auf den Grund gehen [Aller au fond des paysages], Henrik Schultz explique comment la randonnée peut servir d’instrument pour concevoir des paysages à grande échelle. 

Selon Schultz, la recherche d’idées lors d’une randonnée se caractérise par le fait qu’elle est le résultat d’un processus déterminé par l’alternance entre l’exploration intensive de l’espace, l’action irréfléchie et la réflexion. Il détermine trois modes qui se succèdent dans l’acte de la randonnée : flow, action et réflexion. 

La condition préalable à l’expérience du flow est la participation aux “événements spatiaux”, Schultz décrivant ainsi le fait que le randonneur se trouve dans un paysage en mouvement dans lequel il se déplace également. Avec le rythme de ses pas et en reliant des éléments spatiaux (plantes, animaux, hommes, eau, nuages, etc.), il contribue à la chorégraphie de l’espace. Stimulé par le mouvement rythmique de la marche, l’action et la conscience se confondent dans l’expérience du flow, le marcheur se fond totalement dans l’activité sans la remettre en question. Dans ces moments-là, la séparation sujet-objet est abolie. Le randonneur fait partie de l’espace et ne peut plus le considérer à distance comme un objet. Ce mode est la condition centrale de l’émergence des idées (Il se réfère pour cela aux recherches du psychologue Mihaly Csikszentmihalyi).

Dans le mode découverte, le randonneur se concentre sur l’espace qu’il traverse et le perçoit consciemment. Ce faisant, il se laisse enthousiasmer par la richesse des expériences et devient une partie active des événements spatiaux. Par leur mouvement et leur perception intensifiée, les randonneurs modifient le paysage.

Le mode réflexion offre la possibilité de réfléchir aux expériences du mode flow et du mode découverte à partir d’une certaine distance (intérieure), c’est-à-dire de “faire un pas en arrière” et de prendre du recul. Dans ce mode, la séparation sujet-objet est rétablie. Ici, les connaissances empiriques peuvent être structurées, échangées et mises en relation avec les connaissances techniques existantes. 

C’est ainsi que l’architecte paysagiste décrit la recherche d’idées et le processus de connaissance lors de la randonnée, qu’il utilise depuis 15 ans comme instrument de son activité de planification. 

Source: Schultz, Henrik. Landschaften Auf Den Grund Gehen Wandern Als Erkenntnismethode Beim Großräumigen Landschaftsentwerfen. Jovis, 2014.

 



Citer ce billet
Lara Fügenschuh (2022, 26 mars). Henrik Schultz: “Aller au fond des paysages” Grands sentiers. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxz6

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search