Boris Sieverts et l’apprentissage de la poésie urbaine

Boris Sieverts fait des visites guidées de la ville. Mais il ne montre pas à son public les endroits les plus brillants. Il les guide à travers les zones de notre paysage urbain qui se trouvent loin du centre-ville brillant. Il les conduit à travers les espaces intermédiaires des limites extérieures et intérieures de la métropole, qui révèlent, comme il le dit, ce que signifie la ville dans son ensemble, la diversité et l’étendue qu’elle y montre. 
Il les conduit vers des parkings, des scénarios de démolition, des lacs de dragage. Vers des forêts, des prairies et des jardins. Des autoroutes, des écoles, des ports, des foyers de demandeurs d’asile.  

source: https://www.bpb.de/veranstaltungen/reihen/politik-im-freien-theater/140639/boris-sieverts-buero-fuer-staedtereisen-der-koelner-norden-reise-in-die-raue-stadt/

 

“Il n’y a que là que l’on peut découvrir ce qu’est vraiment une ville. Le centre n’est que le bon salon où la ville montre ce qu’elle aimerait être”.

Boris Sieverts

Boris Sieverts est un artiste formé à l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf. Après ses études, il a travaillé dans plusieurs bureaux d’architectes à Cologne et dans les environs, et a également gardé des moutons en France en tant que berger.  Depuis 1997, il fait visiter différentes villes aux habitants et aux touristes avec son agence “Büro für Städtereisen”. Il se définit lui-même comme un “médiateur de la perception alternative de la beauté”, l’objectif étant d’observer de plus près, de comprendre les particularités et de percevoir ainsi l’esthétique propre d’une ville. Cela doit servir de base aux mesures d’urbanisme. Mais parfois aussi, à des non-mesures ou à des contre-mesures.

Il conduit ses groupes de voyageurs vers les espaces intermédiaires. Le champ, en tant que paysage agricole vide, marque la fin de l’expérience spatiale, car il n’y a plus que des surfaces homogènes. Pour créer un espace ici, il faudrait percevoir le ciel comme une frontière. Cela conduit à une menace, car il n’y aurait plus d’issue.

Il décrit la périphérie comme un arrière-plan dense. Ici, les événements, tant géographiques qu’humains, sont plus éloignés les uns des autres que dans le centre-ville. Ainsi, l’espace entre les deux gagne en importance. La mémoire et la surface de projection sont activées par la faible densité d’événements. et cela modifie notre vision et notre pensée.
C’est un élément clé de ses randonnées. Le retour de ces “espaces absents” après un séjour prolongé a un effet clarifiant, car on ne comprendrait que la condition de la culture.
Selon lui, il n’y a pas de densification sur les grands axes routiers. Ici, les séquences sont identiques et ne peuvent pas être distinguées. La structure ne serait pas perçue comme suffisamment complexe. Les structures complexes ont plus de valeur en tant qu’environnement de vie que les structures construites, car il ne propose pas d’interprétation, ni même n’en impose.
Ce n’est qu’à travers des expériences, des associations et des histoires que se créent des espaces significatifs.

Pour comprendre un lieu, il s’y attarde, étudie son histoire, cherche à discuter avec les habitants et utilise la carte pour continuer à explorer la région. Pour créer une promenade, il relie les différents points de repère. L’autoroute, la gravière et la sablière sont des équivalents des rues latérales, des bâtiments et des tours, qui sont plus facilement perceptibles dans l’environnement urbain. Ce caractère sauvage des composants est la plus grande force. C’est tellement complexe et inextricable qu’il essaie, à travers la promenade, de donner une densité poétique au territoire, de composer un poème, peut-être aussi de faire advenir quelque chose à partir du grand vide. 

Son objectif est de faire se succéder des espaces afin qu’ils révèlent un caractère. Ils ne doivent pas définir mais mettre en lumière des relations. Si l’on montrait un autre endroit, ce serait une autre séquence et donc une nouvelle connaissance sous une autre facette. 

Boris Sieverts fait des visites guidées de la ville. Il emmène le public sur les voies ferrées, les terrains de manœuvre, les zones industrielles ; dans des aéroports, des tunnels, des parkings souterrains, des impasses, des chemins de traverse, des zones alluviales, des décharges. Il fait découvrir des séquences spatiales allant de la beauté à la crudité.

 



Citer ce billet
maschawolber (2022, 24 mars). Boris Sieverts et l’apprentissage de la poésie urbaine. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxz4

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search