Marche pèlerine – Quête solitaire ou collective

Les exemples de Shikoku et Kumbh Mela

 

Pèlerinage – nom masculin

Voyage d’un ou plusieurs fidèles d’une religion vers un lieu consacré ; Lieu où se rend un pèlerin par piété.

Dictionnaire Larousse

Pèlerin – nom masculin

« Arrivant au sanctuaire après une longue route, une pénible marche, le croyant s’offre à l’Évangélisation. Il est sorti de chez lui, il a supporté la fatigue et accueille désormais un message qui ne va pas toujours dans le sens de ses idées préconçues, il doit accepter l’aventure de sa conversion. » […] « Le pèlerinage est l’occasion de remettre tout en ordre. Au prix d’un effort constant, un certain chaos, celui du monde contemporain, cesse de régner. Tout reprend sa place, l’important l’emporte sur l’urgent. »

Monseigneur Paul GIRES, Président de l’association nationale des pèlerins français

Pèlerin – nom masculin

« Le pèlerin voyage à pied, dans l’austérité et l’effort, vers un lieu de dévotion. Un endroit tenu pour sacré selon sa religion. Sur sa route, il rencontre d’autres pèlerins, est accueilli par des institutions qui le logent, le nourrissent, l’informent et renforcent sa foi, avant d’atteindre un but souvent lointain. »

Introduction de ce qu’est un pèlerin, selon Antoine DE BEACQUE. France-Culture.

 

D’après ces définitions, on comprend que le terme « pèlerin » désigne un marcheur, qui reconnecte son corps à son esprit au travers d’un voyage. Ce voyage, cette marche, est tout aussi importante que le but à atteindre, le point d’arrivée.

Historiquement, on observe que le pèlerinage est universel. Ce déplacement rituel à pied, en hommage au divin, apparaît dans de très nombreuses civilisations, depuis le IIIe millénaire av. J-C jusqu’à nos jours. Cette tradition traverse toutes les communautés et l’existence du pèlerin n’est pas lié à un territoire ou à une religion. Néanmoins, chaque pèlerinage a ses récits, ses itinéraires, ses rites et ses coutumes, suivant son emplacement.

« Dès qu’il a placé le premier pas sur la route, le pèlerin sait qu’il se perd dans le monde, et qu’à mesure qu’il avancera il se perdra de mieux en mieux. »

DHÔTEL André, Rhétorique fabuleuse, Cahiers du Sud

La recherche d’une communion entre notre âme et notre chaire par le biais de la marche, se réalise seul, comme lors du pèlerinage des 88 temples de Shikoku, au sud du Japon, ou en communauté, durant le pèlerinage hindou de la Kumbh Mela par exemple, que l’on qualifie souvent de « plus grand pèlerinage du monde » avec des dizaines de millions de pèlerins se réunissant à la confluence des fleuves Gange et Yamuna.

Ce premier type de marche, en solitaire, l’historienne et architecte Ariane Wilson l’a expérimenté en 2004, en faisant le tour de l’île de Shikoku. Il s’agit d’un pèlerinage millénaire, où le pèlerin marche dans les pas de Kûkai, personnage saint ayant introduit le bouddhisme au Japon. Le tracé de 1 400 km relie 88 temples à visiter pour accomplir le rite. « Le pèlerin se vêt de blanc, symbole de la mort au Japon : il est mort au monde, le blanc traduisant l’état liminal, en particulier du pèlerin à pied », ce code vestimentaire symbolise le dévouement d’une âme en quête de réponse intérieure, que les habitants respectent et encouragent en aidant les marcheurs durant leurs efforts.

La route des 88 temples – Ariane Wilson

Ce respect mutuel entre pèlerin et locaux, l’architecte a souhaité le retrouver dans sa manière d’habiter le paysage. Planter sa tente pour bivouaquer peut sembler être un acte anodin, mais sur le chemin traversant une terre sacrée, minimiser son impact sur le paysage va de paire avec le respect que le pèlerin a pour l’héritage de ce rite millénaire.

« La sensation prédominante, pendant le pèlerinage, est celle de participer à une communauté d’expérience. Les pas foulent une géographie sacrée. Aux carrefours entre les chemins, des mains sculptées dans des bornes en pierre tendent les doigts vers la direction à prendre. Elles sont la présence fantomatique des pèlerins d’antan ; les amulettes accrochées aux arbres rappellent également leur passage. »

WILSON Ariane. “L’héritage anthropologique de la marche” CHARDONNET Sabine. Le Génie de la Marche, Hermann, 2017.

Le respect de cette tradition s’est traduit par une petite architecture, légère et portative, que l’architecte a cousu à la main avec sa compagnon de route, avant d’entamer le voyage. Un grand tissu blanc, avec une fine maille structurante sur le pourtour, leur a servi d’abri pendant les nuits du pèlerinage. A chaque installation, la forme de l’abri s’adaptait au sol qui la portait, laissant le terrain dessiné sa silhouette pour se glisser harmonieusement dans le paysage. En plus d’une protection, d’un abri pour la nuit, le tissu s’est imprégné des expériences et accidents du voyage, devenant le carnet de bord du pèlerinage. Cette architecture nomade est marquée, au même titre que les marcheuses, par les stigmates du voyage. L’objet devient une ressource, comme une aide à la mémoire pour les pèlerines, permettant de se remémorer la quête spirituelle que chacune à vécu personnellement.

« De soir en soir, l’abri s’est ainsi reformé, et de jour en jour, sa surface aussi s’est transformée. À chaque temple, nous présentions notre abri en guise de carnet de pèlerin, pour y recevoir une calligraphie. Alors que nous avancions, des signes étranges, stigmates de notre voyage, imprimaient sur sa peau un parcours circulaire. Cet abri que nous avions imaginé toit et territoire, protection et champs d’inscription, est devenu un mandala symbole de notre progression, un chemin de plus superposé à ceux du pèlerinage. »

WILSON Ariane. “L’héritage anthropologique de la marche” CHARDONNET Sabine. Le Génie de la Marche, Hermann, 2017.

A l’inverse de pèlerinage seul ou en petit groupe, certaines pratiques tendent à l’épanouissement personnel via une communion collective. Au nord de l’Inde, dans les villes saintes de Prayagraj, Haridwar, Ujjain et Nashik, se déroulent tous les 12 ans le pèlerinage de la Kumbh Mela. La légende raconte que dans des temps très anciens, dieux et démons se sont battus dans le ciel pendant 12 jours, 12 années pour les humains, afin de posséder la cruche, la kumbh, contenant le nectar d’immortalité. Pendant la bataille, 4 gouttes seraient tombées sur la Terre, à l’emplacement des villes citées précédemment.

Crédit photo : Pascal Mannearts

Le pèlerinage respecte donc ce cycle temporel divin, qui a lieu tous les 12 ans, mais également un cycle spatial, puisque le festival se déroule à tour de rôle, dans les 4 villes saintes. Du fait de sa rareté, à l’échelle d’une durée de vie humaine, les festivités de la Kumbh Mela attirent des dizaines de millions de croyants pendant 2 mois sur les berges du Gange et du Yamuna, environ 100 millions de personnes ont foulé le sol de la dernière édition en 2013. Si cette marche vers le fleuve sacré est incontournable dans la culture indienne, c’est qu’elle offre la possibilité d’une vie après la mort. A l’issue du pèlerinage, le fidèle exténué se baigne dans les eaux du Gange, bien que très pollué, pour s’asperger du nectar d’immortalité, jadis égaré par les dieux.

“La chose la plus incroyable, c’est la foule. Sa démesure, sa ferveur. La volonté inébranlable de ces millions de gens d’atteindre le Gange coûte que coûte, notamment le 10 février, jour du bain sacré. D’autre part, nous avons goûté à la gentillesse, l’accueil des Indiens, la tolérance et la bonne ambiance de ce pèlerinage. Ici se rassemblent des millions de gens des quatre coins du monde, de toutes les couleurs, hindous ou d’autres religions, dans la plus parfaite harmonie et ouverture, au-delà des différences.”

Pascal Mannaerts, photographe bruxellois pendant la dernière édition, qui s’est tenue de janvier à mars 2013. Article « Inde : au cœur du pèlerinage de la Kumbh Mela ». GEO.
Crédit photo : Pascal Mannearts

La pratique de la marche se fait ici souvent en famille, avec toutes les générations capables de voyager. Au fur et à mesure que les fidèles se rapprochent du lieu saint, ils rencontrent d’autres pèlerins et marchent ensemble vers leur destination commune. Le pèlerinage est propice à la rencontre, chacun s’accomplit personnellement au travers de l’effort collectif qu’est la marche.

Cette marche a également un rôle pédagogique, les sâdhus, religieux hindis, affluent de tout le pays pour prêcher les valeurs hindouistes et prouver leur propre dévouement. Souvent nus, les sâdhus marchent sur des kilomètres sans chaussure, en exhibant à la foule leur renoncement au plaisir de la chaire, symbole de leur plein dévouement. Ce pèlerinage, cette marche, c’est une mise à l’épreuve, parfois violente, pour chaque fidèle. Une grande majorité de la population ne possède pas de téléphones portables ou quelconque moyen de communication, les pertes d’individus sont très fréquentes. Noyés parmi des millions, certains membres de la famille sont perdus jusqu’au retour à la maison, plusieurs semaines plus tard.

SOURCES :

  • WILSON, Ariane. “L’héritage anthropologique de la marche” in CHARDONNET, Sabine et al (eds. ) Le Génie de la Marche, Hermann, 2017.
  • HARVARD University. Kumbh Mela, Hatje Cantz, 2013.
  • MANNERTS, Pascal. “GEO”, 2017.
  • NALIN, Pan. Kumbh Mela, sur les rives du fleuve sacré, Virginie Films, 2014.

 



Citer ce billet
Jonas_Delapierre (2022, 30 mars). Marche pèlerine – Quête solitaire ou collective. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxz9

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search