Baptiste Morizot : changer son regard sur le vivant en pistant les grands prédateurs

Baptiste Morizot est enseignant-chercheur et maître de conférence en philosophie à l’Université d’Aix-Marseille. Lauréat du prix Jacques-Lacroix en 2019, il a acquis en France une certaine renommée pour ses travaux sur la relation qu’entretient l’homme avec le reste du vivant.

Loin de se contenter d’aborder cette question sous un angle théorique, ses écrits sont basés sur une démarche de terrain aussi forte qu’inhabituelle : la pratique du pistage.

Piège photographique d’un loup dans la Vallée de l’Athabasca (Canada).
Crédit image : Raoul Kluivers. MORIZOT Baptiste, Rencontres animales : voir un loup d’Homme à Homme.

Un art ancestral

Selon Baptiste Morizot, le pistage a joué un rôle crucial dans le développement des facultés cognitives particulières qui différencient Homo sapiens des autres animaux.

Il y a plusieurs millions d’années, lorsque notre lignée s’est séparée de celle des chimpanzés, nos ancêtres ont progressivement changé de régime alimentaire.
Passant de frugivores à carnivores, ils ont dû pratiquer un art de la chasse bien particulier, composer avec des manques physionomiques dont n’ont pas à se soucier les prédateurs habituels.
Ainsi, dépourvu d’un odorat suffisamment fin, l’homme préhistorique a été contraint de développer une méthode basée sur ses seules facultés d’observation et de déduction.

Il est improbable qu’Homo, au regard de la vigilance de ses proies, ait pu approcher d’assez près les grands ongulés pour les tuer.
C’est ce qui amène à postuler que la technique de chasse qui a été omniprésente pendant la plus longue partie de l’histoire du genre Homo est la chasse à l’endurance (persistence hunting).

MORIZOT Baptiste, Sur la piste animale, page 164.

Cette chasse à l’endurance consiste à suivre une proie pendant de longues heures afin de l’épuiser et pouvoir la tuer plus aisément.
Cela exige évidemment de ne jamais perdre sa trace, une tâche qui semble impossible au premier abord pour un prédateur ne pouvant compter que sur sa vue. Mais nos ancêtres y sont malgré tout parvenus. Car ils ont appris à lire leur environnement avec ce que Baptiste Morizot appelle “l’œil de l’esprit”.

Un bon pisteur est avant tout un remarquable enquêteur. Il ne se contente pas de repérer une empreinte isolée, il l’analyse et la replace systématiquement dans un ensemble plus vaste d’indices, de connaissances et d’expériences. C’est ce qui lui permet de “voir l’invisible” et de déduire le comportement d’un animal avec une grande précision.

Des réserves naturelles jusqu’à son arrière-jardin

Pendant des années, Baptiste Morizot a parcouru le monde sur les traces de grands prédateurs : le loup dans le Var, l’ours au parc de Yellowstone ou encore la panthère des neiges au Kirghizistan.
Mais dans cette pratique actuelle du pistage, l’acte en lui-même compte plus que le fait de rattraper l’animal. Et il s’agit surtout de vivre pleinement l’instant présent, les yeux grands ouverts.

Le pistage c’est avant tout savoir adopter une posture contemplative.
Crédit image : B. Dolivet.

En prêtant davantage attention à notre environnement immédiat, on se rend vite compte qu’il y a toujours quelque chose à voir. Ces détails en apparence anodins ont leur importance et livrent des indices sur le fonctionnement secret des écosystèmes. Déceler leurs présences, nous oblige à les nommer, et ainsi à les faire exister.
En cela, l’écriture est pour Baptiste Morizot le prolongement évident de ses expériences in situ.

Dans une clairière, une flaque sombre stagne au milieu du sentier. A peine distinguable, au fond de l’eau, je devine l’empreinte d’un ours. Les griffes sont bien visibles, les risées du vent sur l’eau la rendent presque irréelle. Dans la terre humide, une trace colossale s’est imprimée.

MORIZOT Baptiste, Sur la piste animale, page 53.

Déployer autant d’attention pour scruter le paysage vivant qui nous entoure peut sembler plus simple quand on traverse des régions spécifiques, encore sauvages. Mais Baptiste Morizot s’est toujours employé à prouver qu’on peut adopter la même posture contemplative partout ailleurs dans le monde.
Ainsi, quand il ne voyage pas, il étudie la vie de son lombricomposteur, sans doute moins palpitante mais tout aussi riche en enseignements.

Chaque milieu offre des occasions uniques d’y projeter sa curiosité, pourvu qu’on y soit réceptif.

La crise de la sensibilité

C’est par le prisme de ce travail de terrain, aussi méthodique que poétique, que Baptiste Morizot questionne la crise écologique globale actuelle. Pour lui, il s’agit avant tout d’un problème de sensibilité.

La flore comme la faune est trop souvent perçue comme un simple décor greffé à l’arrière-plan des activités humaines. Et le terme même de “nature” tend à ne plus signifier quoi que ce soit de tangible, en particulier auprès des populations citadines.
En outre, le paysage, en tant qu’entité vivante, n’est pas un concept avec lequel nous sommes familiers. Nous ne sommes pas capables de décrypter sa richesse foisonnante, de sorte que nous le croyons vide.

Le mal est ancré bien plus profondément qu’il ne semble déjà l’être. Pour le traiter efficacement il faudrait aller plus loin que ce que nous faisons et parvenir à instaurer une “culture du vivant”.

La pratique du pistage apparaît comme une réponse intéressante à cette crise de la sensibilité.
Pister c’est se placer dans un état d’esprit différent, adopter une attitude respectueuse envers ce qui nous semble banal au premier abord.
Pister c’est apprendre à regarder la biodiversité qui nous entoure avec plus de justesse, et finalement la voir sous un angle incroyablement plus nuancé et captivant.

 

SOURCES :

(1) MORIZOT Baptiste, Sur la piste animale, Actes Sud, 2018, 208 pages.
(2) MORIZOT Baptiste, “Rencontres animales : voir un loup d’Homme à Homme”. Vacarme. 2015. Numéro 70. Pages 204 à 227.
(3) MORIZOT Baptiste et ZHONG MENGUAL Estelle, “L’illisibilité du paysage : enquête sur la crise écologique comme crise de la sensibilité”. Nouvelle revue d’esthétique. 2018. Numéro 22. Pages 87 à 96.
(4) La Grande Table Idées, Comment vivre parmi les autres ? Diffusé le 4 février 2020. France Culture (https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/comment-vivre-parmi-les-autres).



Citer ce billet
B. Dolivet (2022, 22 mars). Baptiste Morizot : changer son regard sur le vivant en pistant les grands prédateurs. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxz2

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search