François Maspero et son voyage

 

François Maspero (Paris, 19 janvier 1932 – Paris, 12 avril 2015) est un écrivain et traducteur français. Il a écrit Les Passagers du Roissy-Express (Seuil, 1990), un journal de bord illustré de photographies réalisées par Anaïk Frantz.  

Un jour de printemps, au temps des cerises, François et Anaïk embarquent à Roissy, tête de la ligne B du RER, pour une excursion d’un mois de gare en gare. Direction : la station terminus, Saint-Rémy-les-Chevreuse. Trente-huit gares, cinquante kilomètres de rail, de la plaine de France aux vallées du Hurepoix.  

Elle prendra des photos. 

Il écrira. 

 

Les Passagers du Roissy-Express – Distributeurs de billets RER à Paris 

Paris était devenue une grande surface du commerce et un Disneyland de la culture. Où était passée la vie ? En banlieue. Le ”tout-autour” ne pouvait donc pas être un terrain vague, mais un terrain plein : plein de monde et de vie. Le vrai monde et la vraie vie. (François Maspero)

 

Les Passagers du Roissy-Express – Saint-Just dans les bras d’un échangeur 

Le projet : dépasser le chaos de la banlieue, de la ville, redécouvrir la géographie du territoire et son histoire. 

À travers son histoire, les pages de Maspero parlent de lieux et de situations sociales dramatiques. L’ensemble de ces fragments d’histoires sont encore lisibles parmi l’architecture de la banlieue parisienne, comme les graffitis laissés par les prisonniers avant de monter dans les trains pour l’Allemagne ou la Pologne pendant la guerre. 

 

Les Passagers du Roissy-Express – Saint-Denis  

Maspero voyage et écrit à cause de la guerre, pour raconter les blessures qu’elle a laissées. Dans une interview accordée en 1990 à Miguel Benasayag, il dit être devenu écrivain à cause du “caractère insoutenable des guerres coloniales” et à cause de sa “désillusion vis-à-vis du communisme soviétique”. 

A la fin de son livre François Maspero citait sa compagne d’aventure : “Après tout, comme dit Anaïk, les voyages ne sont pas faits seulement pour se donner des souvenirs. Ils sont faits pour se donner l’envie de revenir.” Il faudra y retourner. 

Alice Diop retrace le parcours de Maspero en 2020 pour réaliser un long métrage documentaire Nous. Tirer le fil d’une nouvelle histoire pour aborder la question de la vision de la banlieue, le territoire et l’histoire de la France.

L’occasion de questionner le “Nous” revendiqué lors de la marche du 11 janvier 2015, suite aux attentats contre Charlie Hebdo. Comme François Maspero, elle part à la recherche de ce “nous”, observe les habitants le long de cette ligne symbolique qu’est le RER B. Entre ces mondes périphériques et séparés, elle créé des ponts. Chacun est la pièce d’un ensemble qui compose un tout. Un possible “nous”.

Je me suis débarrassée de la figure tutélaire de Maspero pour accepter de faire mon propre film (Alice Diop)

 

Francois Maspero, Les passagers du Roissy Express, Seuil, 2006

Nous de Alice Diop, 2020

https://www.franceculture.fr/emissions/par-les-temps-qui-courent/alice-diop-realisatrice


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eleonora Dragano (22 mars 2022). François Maspero et son voyage. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxyy


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search