Francis Alÿs: marcher dans la “Polis”

L’artiste belge Francis Alÿs a étudié l’architecture dans son pays et à Venise avant de s’installer à Mexico en 1987, où il vit et travaille actuellement. Sa production est vaste et son choix de médias est toujours différent. Il utilise la vidéo, le film, la peinture, la photographie, la performance et l’installation pour créer des œuvres d’art humoristiques et subtilement ironiques, avec un aspect social lié à l’environnement dans lequel il vit.

Francis Alÿs, The Modern Procession, 2002

L’artiste s’intéresse aux humbles, aux “rebuts” de la société, à ses composantes les moins nobles et les moins recherchées, qu’il s’agisse d’êtres humains (sans-abri, chiens errants) ou de déchets.

Parcourir la ville et se mêler à la communauté humaine est le point de départ à partir duquel Francis Alÿs peut lancer des coups de projecteurs sur nos conditions collectives modernes d’existence. À l’origine de la plupart de ses projets, de longues déambulations dans la ville au cours desquelles il produit, dans un premier temps, notes et dessins, voire collages et peintures. Ces derniers sont suivis de projets de performances, elles-mêmes donnant parfois lieu à des vidéos.

If you are a typical spectator, what you are really doing is waiting for the accident to happen
Mexico City, Mexico, 1996; 10:05 min

La subtilité et la qualité du travail de Francis Alÿs résident dans le fait qu’il fonde ses réflexions sur des concepts forts tels que les «politiques», au sens de ce qui concerne la polis, la ville.

Pour l’action The Collector (1991), l’artiste a circulé dans les rues de Mexico en tirant derrière lui une sorte de petit chien sur roues en métal aimanté qui attirait tous les résidus et objets métalliques présents au sol faisant de cette performance un outil d’exploration du monde social. L’artiste a ensuite créé l’installation Collectors, qui comprend trente-six petites sculptures de chiens en forme de jouets, réalisées en fer-blanc, et un collage fixé au mur. Chaque chien est décoré d’aimants, monté sur des roues et se tire par un fil de nylon.

Colector (The Collector)
Mexico City, Mexico, 1990-1992; 8:56 min

Sometimes making something leads to nothing est une autre vidéo de cinq minutes dans laquelle Francis Alÿs pousse un bloc de glace dans la ville pendant neuf heures jusqu’à ce qu’il fonde : un effort futile car le bloc aurait fondu tout seul. Le but de l’artiste est de réfléchir à la réalité du Mexique : il s’approprie souvent le travail des éboueurs, des vendeurs de glace et des peintres de rue qui passent leurs journées à pousser des marchandises, toujours avec le même résultat, c’est-à-dire presque rien pour tant d’efforts.

Paradox of Praxis 1 (Sometimes making something leads to nothing)
Mexico City, Mexico, 1997; 5:00 min

Une action de Francis Alÿs menée à Jérusalem, connu sous le titre The Green Line et est peut-être l’une des ses promenades les plus connues. Pour cette œuvre, l’artiste marche du Sud au Nord de la ville en suivant la ligne qui sépare les côtés palestinien et israélien, en suivant la frontière qui avait été de facto reconnue après l’armistice de 1949 entre Israël et les États Arabes. Frontière aujourd’hui gommée, abolie par la colonisation, absente des cartes officielles israéliennes. Il marche pendant deux jours, sur 24 kilomètres, utilisant 58 litres de peinture qu’il laisse négligemment couler d’un pot tenu au bout de son bras, inscrivant la carte même sur la terre. Il passe devant les soldats qui n’y voient rien, devant des enfants qui rient, devant des adultes qui ne comprennent pas. Ce faisant, il a physiquement tracé la ligne de démarcation, dessinée en 1949 avec un feutre vert, qui n’est concrètement visible que sur les cartes. Sans prendre position pour l’un ou l’autre camp, l’artiste rend visible à travers cette œuvre une ligne qui est certainement ressentie mais pas explicitement vue.

The Green Line
Jerusalem, Israel, 2004; 17:41 min

Sources:
  1. https://francisalys.com/
  2. https://www.moma.org/artists/8383
  3. http://i-ac.eu/fr/artistes/296_francis-alys
  4. http://www.maxxi.art/wp-content/uploads/2011/03/A-G.pdf
  5. https://www.centrepompidou.fr/fr/ressources/personne/cynj7re
  6. http://www.dreamideamachine.com/?p=68346


Citer ce billet
ludovicafunari (2022, 22 mars). Francis Alÿs: marcher dans la “Polis” Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxz0

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search