Corps à corps avec la ville : étude de la dimension expérientielle de la marche à travers la fiction

Nombreuses sont les enquêtes qui révèlent les discriminations et sentiments de discrimination vécus par les personnes issues des quartiers prioritaires. Certain.e.s chercheur.euse.s s’intéressent alors aux questions liées à l’accès au travail, au logement ou à la santé. D‘autres développent des arguments concernant la gestion urbaine et politique de ces quartiers (Epstein, 2013, Kipfer, 2019). Les auteurs et autrices décrivent alors souvent ces inégalités par le prisme des usages différenciés de la ville et des inégalités dans la distribution socio-spatiale. Certains travaux, moins nombreux, accordent un intérêt particulier à l’expérience subjective des discriminations (Alessandrin et Dagorn, 2016).  

Pour ce travail, nous partons des récentes recherches menées par Martinez Rodriguez et Avilès Arias (2019, Micropolitiques de la marche et inégalités urbaines : une exploration à partir de l’expérience vécue. Espaces et sociétés, 4(4), 111 127) qui, sur le terrain Argentin, constatent que les discriminations vécues (socio-économiques, de genre, de race…) agissent dans l’expérience pédestre, entraînant « des capacités inégales d’action des marcheurs sur leur pratique ». En d’autres termes, nous nous intéressons à l’idée selon laquelle le sentiment d’altérité et les multiples blessures dans la citoyenneté (notamment spatiale) qu’il provoque, suscite un malaise tel qu’il s’exprime dans la pratique de la marche (rythme, attention, réponse aux circonstances,…). La marche devient alors le support d’une expérience discriminatoire corporelle.  

Cette démarche s’accompagne de difficultés comme celles de percevoir l’ampleur de ce sentiment ou encore la nécessité d’aborder la question à travers les récits biographiques. Pourtant, nous sommes convaincus de l’importance de considérer la dimensions corporelle et expérientielle des discriminations. Nous pensons également qu’aborder la pratique de la marche sous cet angle peut constituer une entrée propice à la déconstruction des identités des personnes issues des quartier prioritaires.

Détour par la fiction, une démarche expérimentale

Afin de mettre à l’épreuve ces premières pistes de réflexion. Nous proposons d’utiliser la fiction comme outil d’exploration géographique. L’œuvre choisie à cette occasion est une bande dessinée de Clément Charbonnier Bouet parue en 2019, elle est intitulée « Monde parallèle ». Une œuvre dans laquelle l’unique personnage est un homme qui a grandi dans un quartier périphérique et renoncé à l’idée de le quitter. Ce dernier arpente quotidiennement son quartier d’un œil avisé. Au  travers de sa marche, il commente les sentiments qui le traverse et le paysage qui l’entoure. Il dira notamment « la rue par le corps. Le corps par la rue. Tout est un. Tout est fini. Je tourne en rond. » ou encore « J’ai marché pour trouver du travail, j’ai marché pour travailler, j’ai marché pour gagner de l’argent, j’ai marché pour ne pas en perdre. Maintenant je marche pour rien. »

« Monde parallèle » présente l’intérêt de produire un discours sur le territoire périphérique ainsi que sur l’expérience intime que suscite sa traversée. Une expérience qui d’ailleurs peut-être vécue de façon relativement similaire par d’autres habitant.e.s des quartiers prioritaires.

Nous avons alors dans un premier temps identifié sur l’ensemble de la métropole Nantaise les quartiers dans lequel un chemin similaire a celui du protagoniste pourrait être réalisé (typologie du quartier, …). Nous avons ensuite tracé dans ces quartiers de multiples micros-sentiers d’environ 10 km de long chacun. L’ensemble de ces sentiers prennent vie dans des « quartiers prioritaire des politiques de la ville », « zones urbaines sensibles » ou encore « zones de sécurité prioritaire ». Des lieux ignorés de la plupart, inaperçus car mouvants, ignorés car non vécus. Ces micros-sentiers, micros-iles , entre fiction et réalité, pourraient presque être explorés uniquement par le biais de la carte et la bande dessinée.

Nous nous sommes ensuite prêtés à l’exercice. Nous nous sommes rendus dans les quartiers Nords (La Boissière, Chêne des Anglais, le long du périphérique attenant,…) avec à l’esprit, l’idée de reproduire et d’expérimenter le trajet parcouru par notre protagoniste. Ainsi, le livre en main, notre chemin était guidé par les illustrations en quête de paysage similaire à celui dessiné sous nos yeux. Durant une après-midi, nous avons traversé les quartiers périphériques reproduisant une boucle similaire à celle du protagoniste dans un territoire pourtant tout autre. Par ailleurs, la facilité que nous avons eu à réaliser cet exercice dit également beaucoup du caractère générique et répétitif de ces territoires périphériques.

Cette expérimentation et la production graphique qui l’accompagne révèlent un territoire où fiction et réalité s’entremêlent et dialoguent créant un nouvel espace. Un espace sur lequel des mots sont plaqués sur les images, leur donnant tout à coup une dimension humaine forte.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
sabryndaiki (15 mars 2021). Corps à corps avec la ville : étude de la dimension expérientielle de la marche à travers la fiction. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxwh


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search