Marche dans les angles morts adolescents

Tracé du sentier de 210 km

« L’adolescence est l’épreuve de l’autonomie par la capacité, acquise ou conquise, d’élaborer individuellement et collectivement un monde à soi hors des lieux imposés de l’enfance. La ville permet de franchir cette épreuve. »

(Joël Zaffran. 2016. La ville des enfants et des adolescents. Les Annales de la recherche urbaine. n°111.)

Imaginer le sentier d’un adolescent c’est tenter d’arpenter ses premiers pas autonomes liés à son émancipation. La mobilité et l’espace où celle-ci est mise en place devient primordial dans la construction de soi. Les adolescents s’aventurent alors dans la ville et en dehors, dans l’objectif d’échapper au contrôle parental ou institutionnel. Tentant d’apprendre par eux-mêmes, ce sont des nomades qui pratiquent la ville à la recherche d’angles morts urbains, là où ils peuvent se réapproprier des espaces pour qu’ils deviennent « à nous ». Cette démarche est celle d’un groupe, à l’épreuve d’une sociabilité qui prime dans ces espaces appropriés « avec ». Se laissant porter par le groupe, l’improvisation est souvent de mise, donnant lieu au plaisir de la découverte et à la construction de leurs propres expériences.

Il s’agit souvent pour les adolescents d’occuper l’espace en mouvement. Les différentes activités sportives et de loisirs deviennent les instruments de la mise en place de leur présence en ville. Jouant constamment avec l’architecture qui l’entoure (le dessous, le caché, le dessus, le plus haut, le dedans, le couvert), les adolescents sont des explorateurs curieux, obstinés, sans limite.

A cette image, il s’agit d’arpenter la ville dans ses recoins, ses détours, ses retours, ses espaces cachés, ses « espaces à nous », où les adolescents construisent ensemble leur propre marquage dans la ville et la société.

Allégorie du sentier adolescent

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Ilona Touchard (15 mars 2021). Marche dans les angles morts adolescents. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxwf


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search