La Ville Poreuse ou Le Grand Pari(s) par le Studio 09

En 2008, pendant le mandat du Président de la République Française de l’époque Nicolas Sarkozy, et, sous la direction du ministère de la Culture, la consultation du « Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne » a été lancée. Cette consultation a trouvé une conclusion en mars 2009 par la présentation des travaux des 10 équipes sélectionnées, dont le cabinet Studio 09. Paola Vigano et Bernardo Secchi sont les fondateurs du cabinet Studio 09 créé en 1990 et basé à Milan. Tous deux architecte et urbaniste, ils sont à l’origine du concept de La Ville Poreuse et écrivains de leur ouvrage éponyme « La Ville Poreuse : Un projet pour le Grand Paris et la métropole de l’après-Kyoto » à la suite de cette consultation.

© équipe Studio 09, Secchi-Vigano
© équipe Studio 09, Secchi-Vigano

Selon Bernardo Secchi, l’urbanisme est une œuvre collective et c’est donc tout naturellement que son cabinet a été sélectionné pour travailler lors de la consultation du « Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne » puisque ce fût la première fois que les mondes de l’urbain et de l’architecture, toutes disciplines confondues, ont été obligé de travailler ensemble. « Du bureau d’études transport au labo de recherche en sciences humaines, passant par les paysagistes, les écologues, les architectes et les économistes, de France et d’ailleurs, c’est en quelque sorte dix mini ateliers d’urbanisme pluridisciplinaire qui ont produit une vision, un avenir pour le Grand Paris. » Une petite synthèse du Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne – Paris Projet n°39, Apur.

N’ayant pas vécu à Paris et ne connaissant que très peu de la capitale française, la démarche du Studio 09 a d’abord été de se déplacer et de s’installer sur Paris le temps des réflexions. Pour Bernardo Secchi, le projet urbain commence par « les pieds », c’est-à-dire que son amorce de réflexion commence par un arpentage physique du territoire du projet pour en comprendre ses enjeux, avoir son propre point de vue avant d’aborder les cartes, les plans et d’autres approches, comme l’approche historique d’un lieu par exemple. « Au fond, je me définis plutôt comme un lecteur – et je ne parle pas seulement de livres, mais aussi de villes ou de paysages qu’il s’agit d’arpenter, d’observer, de dessiner. Ça n’est pas pour moi une manière de m’opposer à une approche strictement historienne de l’urbanisme, mais plutôt d’assumer son ambiguïté constitutive sans pour autant ériger celle-ci en principe. » Bernardo Secchi, propos recueillis et transcris par Luc Baboulet, L’urbanisme est un travail de synthèse, Le Moniteur, publié le 1er juin 2006.

Considérant que le projet urbain se fait avec les pieds, l’équipe élabore des workshop – des ateliers de travail, afin d’appréhender méthodiquement le territoire et d’en tirer des diagnostics, qui sont de plus, étayés par les discussions recueillis avec les habitants au fils des marches. C’est par exemple avec un travail de transect tous les 50 km, à l’instar de la méthode de Patrick Geddes du territoire, qui permet à l’équipe d’appréhender le lien entre le sol et la société qui l’habite.

Transects de la métropole parisienne, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano
Transects de la métropole parisienne, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano

Dans les grandes lignes de sa réflexion, le Studio 09 s’attarde sur les problématiques de nos métropoles du 21e siècle et l’idée d’une nouvelle question urbaine. Pour eux, les villes et les territoires de notre siècle se verront confrontés à trois principaux enjeux définissant cette nouvelle question urbaine : l’environnement, la mobilité et les inégalités sociales. Toujours dans un paradigme d’attractivité et de pouvoir, l’équipe théorise que seules les métropoles qui auront réussies à trouver des solutions à ces enjeux seront les gagnantes dans la compétition internationale.

Pour Bernardo Secchi et Paola Vigano, le territoire du Grand Paris n’est pas poreux, leur but a alors été d’utiliser leur concept de “ville poreuse” pour réfléchir sur la création d’une ville différente de celles que l’on connait aujourd’hui. De leur point de vue, il faut rendre le Grand Paris perméable et poreux en termes de déplacement et de mobilités, il faut avoir une « accessibilité généralisée et avoir les mêmes conditions dans toute cette région, donc une ville isotrope. Une ville isotrope c’est donc une ville où l’on trouve les mêmes conditions partout. » Le Grand Paris par Studio 09, Paola Vigano pour la Cité de l’architecture et du patrimoine.

La Ville Poreuse, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano
La Ville Poreuse, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano

« Si la hiérarchie est la figure du pouvoir central, l’isotropie est la figure du pouvoir démocratique. »

Première leçon d’urbanisme, Bernardo Secchi, 2006.

Le Grand Paris par Studio 09, Interview de Bernardo Secchi et Paola Vigano, vidéo publiée sur YouTube le 18 juin 2018 par la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Dressant le portrait d’une ville imperméable et inaccessible du fait d’une considération historique dans l’imaginaire collectif d’une ville radioconcentrique et de ses couronnes, les constructions se sont alors érigées dans cet état de fait. Le territoire s’est alors enclavé par des voies d’eau, des infrastructures ferroviaires et autoroutières, ne permettant pas une libre circulation. En outre, Paris n’est pas une ville très dense – comparée à d’autres métropoles européennes – elle est composée en grande partie par du pavillonnaire. Enfin, Paris est « située dans un territoire construit par les eaux, de plateaux, coteaux et vallées, riche de forêts et de vastes zones agricoles parmi les plus productives en Europe, irrigué par un dense réseau de rivières et ruisseau, s’appuyant sur une longue histoire qui est en grande partie l’histoire même de la France et de l’Europe, le Grand Paris a des ressources énormes. » Plaquette du Studio 09, Apur.

© équipe Studio 09, Secchi-Vigano
© équipe Studio 09, Secchi-Vigano

Avoir une vision de Paris par la spécificité de son centre-ville haussmannien est donc erroné et ne prend pas pleinement en compte les potentialités de ce grand territoire.

Après cet énoncé de la spécificité du Grand Paris, l’équipe propose une vision d’une ville poreuse et de sa mise en œuvre à travers cinq stratégies : l’eau, l’énergie, les espaces verts et la biodiversité, la mobilité et l’isotropie, ainsi qu’une dernière abordant le maillage des lieux significatifs.

Ndlr. Ces stratégies peuvent être consultées plus en détails sur la plaquette de l’Apur disponible à la fin de cet article.

Une stratégie pour l’eau – Cette première stratégie élabore une démarche pour vivre avec l’eau, que ce soient les risques (inondations, crues), les rapports marchands liés à l’eau, mais aussi aborder la qualité de vie que l’on peut apporter dans l’espace urbain grâce à la considération des cours d’eau. Cette réflexion peut se traduire par exemple dans la mise en œuvre d’une traversée verte le long de la Seine d’Evry à Ivry jusqu’au Nord du territoire. Ce projet ne serait pas considéré comme une continuité écologique mais comme une continuité d’espaces publics permettant de traverser le Grand Paris du Nord au Sud, à l’image d’un Grand Sentier Métropolitain, rendant alors perméable les communes et arrondissement avoisinants.

La traversée verte métropolitaine, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano
La traversée verte métropolitaine, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano

Une stratégie énergétique – Impliquant le défi énergétique contemporain en lien avec le constat d’une ville pavillonnaire, la notion de ville poreuse accueille l’idée de bâtir la ville sur la ville. Cette stratégie propose la construction et l’élaboration d’habitat collectif, qui est certes moins malléable que le pavillonnaire, mais offre de meilleures opportunités en termes de performances énergétiques comme en termes d’accessibilité pour tous. « Les grands ensembles nécessitent une stratification et non une modification radicale, une adéquation et une réappropriation de leur territoire par leurs habitants. Les enjeux énergétiques sont l’occasion d’une adaptation en relation avec la nouvelle accessibilité. » Paris Métropole 2021, la construction d’une stratégie – équipe Studio 09, Plaquette du Studio 09, Apur.

Une stratégie pour la biodiversité – Ne restant pas dans l’idée d’un clivage entre urbain et espaces verts (agricoles et les parcs), l’idée actuelle de la ceinture verte métropolitaine ne permet pas de répondre aux enjeux réels de la mise en relation des différents espaces et participe aux enclavements de certaines parties du Grand Paris. L’idée est ici de trouver et d’accentuer les possibilités de percolation au travers les éléments naturels – non urbanisés – existants, plutôt que de ré-imaginer de grands couloirs. Le Studio 09 trouve ici la notion « d’anti-parc ». Actuellement les espaces de verdures publics dans la ville sert avant tout de distanciation entre les espaces urbains et non de connexion, l’idée est donc de créer des anti-parcs, ce qui précèdent les parcs.

Transects et Spécificités, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano
Transects et Spécificités, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano

Une stratégie pour la mobilité – L’isotropie est un concept extrême s’opposant à la hiérarchie, elle se définie par l’absence d’une direction privilégiée. L’idée est ici de ne pas avoir une conception des espaces de mobilités à plusieurs échelles, traités différemment, mais plutôt de trouver une solution avec la mise en place d’infrastructures de mobilités permettant aux usagers d’avoir le choix du comportement à adopter.

Une stratégie de lieux significatifs – Les infrastructures de transports actuels doivent relier et aider à articuler les lieux significatifs d’ores et déjà existants de la métropole. Ce maillage du RER et francilien, des gares TGV et des stations de métro est aujourd’hui isotopique ; les stations de mobilités sont reliées – dans la signification des habitants, dans l’imaginaire collectif – à des lieux significatifs de la capitale. Le Grand Paris n’est donc pas un territoire polarisé, mais un espace où regorge une multitude de spécificités qui peuvent être valorisées. L’équipe élabore alors une vision en prenant comme réflexion principale la temporalité, « Il ne s’agit pas de construire un plan. Au contraire il faut abandonner une grande partie de l’outillage d’un vieil urbanisme qui n’est pas à l’échelle des nouvelles dimensions métropolitaines et des défis avec lesquels il faut se confronter. Il faut construire une stratégie et des tactiques et il ne faut pas les construire seulement verbalement, mais les spatialiser et temporaliser. » Paris Métropole 2021, la construction d’une stratégie – équipe Studio 09, Plaquette du Studio 09, Apur.

Les lieux significatifs, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano
Les lieux significatifs, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano

Enfin, au-delà d’une simple réflexion recherche puis mise en œuvre venant ainsi figer les projets sur des cartes et des plans, représentant les infrastructures futures comme acquises et où les projets urbains sembles peu malléables. Le Studio 09 amorce l’idée qu’« Au-delà de la production de nouvelles images architecturales, aujourd’hui c’est le temps d’imaginer le support de la grande métropole du futur, sa structure et son image. La même opération qu’a fait Haussmann pour la ville bourgeoise et Bienvenue pour la métropole du XXe. Aujourd’hui il s’agit de construire les conditions dans lesquelles on puisse développer demain des projets significatifs par lesquels s’exprime la culture du XXe siècle après Kyoto. » Paris Métropole 2021, la construction d’une stratégie – équipe Studio 09, Plaquette du Studio 09, Apur.

Les espaces stratégiques du Grand Paris, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano
Les espaces stratégiques du Grand Paris, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano

Cette consultation autour du « Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne » s’en est suivi en 2012 par « Grand Paris : pour une métropole durable ». Cependant ,il n’y a pas seulement la capitale française qui s’est emparé de cette dynamique d’une certaine transition de nos espaces urbains, de la manière de les apercevoir et de les concevoir. Le Studio 09 s’est aussi penché sur d’autres métropoles et leurs objectifs divers et variés, comme Montpellier 2040 sur l’aspect d’une ville comme une ressource renouvelable, Lille 2030 dans l’élaboration de leur Projet d’aménagement et de développement durable – PADD, ou Bruxelles 2040 pour accompagner son explosion démographique annoncé dans l’horizon 2040.

Lille métropole, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano
Lille métropole, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano

Décédé le 16 septembre 2014, Bernardo Secchi laisse derrière lui « un réseau de concepts, une série d’instruments pour se construire notre propre perspective sur le monde. Il ne nous a pas donné des solutions, il n’a pas construit des théories fermées. Il nous a laissé des doutes et a ouvert de nouvelles perspectives sur le monde. C’est le cadeau le plus grand qu’il pouvait nous faire. » Au revoir à Bernardo Secchi, par l’architecte Stefano Boeri.

Traverser le Grand Paris d'Est en Ouest - Orly, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano
Traverser le Grand Paris d’Est en Ouest – Orly, © équipe Studio 09, Secchi-Vigano

La plaquette de l’Apur à propos de la stratégie du Paris Métropole 2021 par l’équipe Studio 09 est disponible en suivant ce lien : https://www.apur.org/sites/default/files/documents/06_plaquette_Studio_09.pdf


Une petite synthèse du Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne – Paris Projet n°39, Apur, consulté le 21 mars 2022. https://50ans.apur.org/fr/home/2008-2017/une-petite-synthese-du-grand-paris-de-lagglomeration-parisienne-paris-projet-n39-1341.html

Bernardo Secchi, propos recueillis et transcris par Luc Baboulet, L’urbanisme est un travail de synthèse, Le Moniteur, publié le 1er juin 2006, consulté le 21 mars 2022. https://www.lemoniteur.fr/article/l-urbanisme-est-un-travail-de-synthese.998554

Le Grand Paris par Studio 09, Interview de Paola Vigano, vidéo publiée sur YouTube le 18 juin 2018 par la Cité de l’architecture et du patrimoine. https://www.youtube.com/watch?v=ljhY22zmm6s

Bernardo Secchi – l’urbanisme avec les pieds, consulté le 22 mars 2022. https://gdsentiers.hypotheses.org/558

Archives des ateliers, Bernardo Secchi et Paola Vigano. http://www.secchi-vigano.eu/index.html



Citer ce billet
Tom Gouy (2022, 22 mars). La Ville Poreuse ou Le Grand Pari(s) par le Studio 09. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxz1

Auteur/autrice : Tom Gouy

Étudiant en Master Villes et Territoires à l'ENSAN

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search