Révéler le grand à travers le petit

Carte du grand sentier métropolitain (Matthieu Boisseau)

 

Détail singulier au travers d’un paysage où bizarrerie familière, le « petit » ou les « petits » comme je les nomme vulgairement ont énormément d’histoires à raconter ou d’expériences à faire vivre. Dans ce sentier, j’entends par les « petits » des éléments ayant la faculté de créer un volume spatial, et de taille résolument plus petite que l’ordinaire du territoire dans lequel le « petit » co-existe. Entre micro-curiosités urbaines, cabanes perchées privées, pêcheries abandonnées, abris agricoles oubliés ou bien encore arbre emblématique disparu, le grand sentier métropolitain de 51,8 km vient révéler le territoire d’un œil nouveau où la quête, voire l’enquête de ces petites folies est de mise. Existant ou disparu, lieu ou non-lieu, nom ou sans nom…comme le dit si bien l’architecte Pascal Amphoux dans L’utopie contemporaine des marches collectives, le sentier est « un moyen quasi littéraire de faire co-exister dans une même marche ce qu’il y a lieu, ce qui a eu lieu ou ce qui n’a pas encore de lieu ».

De ce fait, trois tronçons aux caractéristiques bien différentes ont déjà été établis… À savoir : Le défilé des mini-curiosités ; La rive aux cabanes errantes ; Les annexes à travers champs.

Le défilé des mini-curiosités est localisé sur le secteur Ile-de-Nantes, en pleine centralité urbaine. Depuis plusieurs années déjà, on remarque une recrudescence des curiosités : micro-architectures ou bien installations artistiques au sein des parcs. À Nantes, cette curieuse production est encouragée par La ligne verte du Voyage à Nantes et s’implante, sur l’île de Nantes, le long d’un grand parc linéaire. L’idée serait alors de débuter le sentier sur cet axe et de le prolonger prospectivement et fictivement au sein de la ZAC Sud-Ouest Ile de Nantes, du Talus Voyageur Benoni-Goullin, de l’usine Beghin-Say jusqu’aux nouvelles berges du CHU. Cette stratégie d’étranges objets sur une ligne verte s’inscrit avec un scénario dystopique que j’imagine sur l’Ile de Nantes selon lequel la densification et les enjeux fonciers seraient tellement forts que le vide pourrait se présenter comme quelque chose de rare.

La rive au cabane errantes vient au contraire révéler des « petits » ordinairement historiques ou banalement utilisés aujourd’hui, qui sont ou semblent être en état d’errance et d’abandon. Ce segment de sentier se localise dans les marais et prairies humides de Bouguenais jusqu’à Le Pellerin. Dans une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique encore peu explorée, ce tronçon fait appel à l’esprit d’aventure et à l’observation tant il y a de « cabanes » cachées à découvrir là-bas : le long de l’eau, sur l’eau, dans l’eau ou sous l’eau…

Pour finir, le segment nommé Les annexes à travers champs vient mettre en lumière des volumes implantés dans des bois ou des domaines agricoles/viticoles/etc. Le long du sentier, en plein milieu d’un champ ou dans les arbres, les « petits », en pleine immersion forment le plus souvent des liens intimes avec de multiples professions contemporaines, ainsi qu’avec des professions et des usages aux pratiques également plus anciennes.

L’intérêt est bel et bien de repérer dans ce grand sentier des petites choses intrigantes qui, par le biais d’une quête ludique, exprime des pratiques et des usages ; instruit et révèle des histoires oubliées ; et qui possiblement fleure à de drôles expériences urbaines et architecturales.

Matthieu BOISSEAU

Extrait de 3 tronçons de sentier (Matthieu Boisseau)


Citer ce billet
matthieuboisseau (2021, 15 mars). Révéler le grand à travers le petit. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxwe

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search