Les Observatoires Photographiques du Paysage – Pratiques mouvantes de capture des paysages en mouvement

A la différence de la peinture qui peut se faire d’après mémoire, la photographie de paysage impose un rapport immédiat avec le sujet qu’elle immortalise. Il y a donc nécessité pour le photographe d’arpenter les territoires, d’aller physiquement au contact des lieux, des personnes, des histoires.

Ce rapport direct avec le réel, cumulé avec la précision de l’image photographique et le caractère « objectif » souvent associé à cette dernière, a intéressé très tôt les institutions cherchant à saisir certaines réalités territoriales. De la « Mission héliographique » menée en 1851 en France par la Commission des Monuments Historiques à la section photographique de la Farm Security Administration étasunienne des années 1930, en passant par le travail des photographes de la DATAR des années 1980, l’arpentage photographique des territoires a donné lieu à de multiples expérimentations dans ses démarches, visées et répercussions.

Voir le caractère polymorphe de ces missions photographiques aide à cerner les intentions politiques sous-jacentes à ces commandes ainsi que le rapport mouvant des sociétés à la notion de paysage. En France, les “Observatoires Photographiques du Paysage” constituent une démarche singulière et sujette à expérimentations.

Roadside Stand Near Birmingham, Roadside Store Between Tuscaloosa and Greensboro, Alabama, 1936 – Collection of the J. Paul Getty Museum, Los Angeles © Walker Evans Archive, The Metropolitain Museum of Art, New York – Source image : www.sfmoma.org/exhibition/walker-evans/

Outre-Atlantique, les photographes mandatés par la Farm Security Administration ont permis d’immortaliser le versant rural de la nation étasunienne, mettant en avant aussi bien les paysages physiques, vernaculaires, que les troubles économiques et sociaux d’un pays bouleversé par la crise de 1929.

L’Observatoire Photographique National du Paysage (OPNP) est lancé en 1991 par le Ministère de l’Environnement. Comme le rapporte Frédérique Mocquet [1], l’observatoire fait le constat du « […] manque de moyens d’appréciation de l’état des paysages et de leurs changements ». Son but est de «réunir dans une même démarche un territoire parcouru selon un itinéraire, un photographe de talent et un comité de pilotage local rassemblant les acteurs de l’aménagement» . L’article rappelle d’ailleurs l’important contexte conceptuel dans lequel l’OPNP apparaît. La notion de paysage est alors en pleine évolution : il n’est plus vu comme un patrimoine – un « paysage national » – mais comme un objet démocratique. Accéder au paysage ne doit plus être élitiste, mais devenir un bien commun.

Ainsi, l’OPNP doit servir à la fois aux décideurs politiques – c’est un outil de production de connaissances pour les projets à venir –, mais aussi au grand public – qu’il doit réconcilier avec la notion de paysage, et notamment le caractère évolutif, changeant, de ce dernier. Il s’agit de renouveler la vision des « modèles paysagers » et les images mentales présentes dans la mémoire collective.

Pour mener à bien sa mission, l’OPNP utilise notamment la technique de la reconduction photographique, qui consiste à renouveler une prise de vue faite à un endroit précis à différents moments espacés dans le temps. Le récit proposé par ces photos n’est alors plus un temps linéaire et continu (comme une vidéo) mais une succession de « coupes d’espace-temps », qui permettent de comprendre le paysage comme une accumulation d’entités et phénomènes multiples. La méthode implique donc que le photographie indexe précisément le lieu de prise de vue et les réglages utilisés.

Exemple de reconduction photographique réalisée à Nantes en 2007, à partir d’une photo datant de 1900. © Daniel Quesney, Observatoire des Paysages – Source image : observatoiredespaysages.fr/nantes

La reconduction photographique est une technique utile pour suivre les évolutions d’un paysage, mais elle nécessite de la rigueur dans sa mise en œuvre.

Avec le temps et la déclinaison de l’OPNP dans des structures indépendantes à l’échelle locale – les OPP, Observatoires Photographiques du Paysage -, les principes fondateurs se révèlent cependant de plus en plus inconciliables. Les Observatoires Photographiques du Paysage sont en effet tiraillés entre une approche artistique, qui repose sur la sensibilité du photographe, et une visée plus technique, ambitionnant l’échantillonnage et la représentativité. Ce caractère pseudo-scientifique tend à être de plus en plus mise en avant par des institutions désireuses d’obtenir des résultats tangibles et exploitables pour leurs projets, mais se révèle très lourd à mettre en place pour les photographes.

Faisant fi de certaines des lourdeurs institutionnelles et pratiques des autres OPP, un observatoire singulier naît à la suite de la création du sentier métropolitain GR2013, qui forme une boucle entre Marseille et l’étang de Berre. Mené par les photographes Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth [voir l’article d’Ilona Touchard “Les marcheurs-photographes du GR2013 // Paysages usagés], cet OPP permet de mettre en avant la pratique de la marche comme un mode d’exploration et de compréhension d’un territoire et de ses paysages. Il y a donc un double objectif : « expérimenter les espaces », et en « formuler un imaginaire ».

Une des originalités de l’OPP du GR2013 est de reposer sur une participation citoyenne : parmi les 100 points de vue qui constituent le sentier, 70 peuvent être « adoptés » par le grand public. Les photographes en charge du projet forment alors les adoptants à la méthode de la reconduction photographique, dans le but de renouveler chaque année les clichés, jusqu’en 2022.

Cette implication des citoyens dans la démarche requestionne la finalité même de l’OPP. D’un « « outil » au service d’une analyse et d’une politique de paysage », l’observatoire devient « un dispositif de mise en image d’une expérience de paysage et de support de réflexion ». L’intrication entre le processus de relevé d’images du territoire et ses habitants révèle toute la dimension politique qui teinte la démarche et qui n’est cependant pas sans rappeler le caractère « démocratique » du paysage qui animait les débats lors de la création de l’OPNP dans les années 1990. In fine, cette démarche photographique aide à faire évoluer la notion d’imagibilité – formulée par Kevin Lynch – en l’étendant des espaces urbains « traditionnels », à ceux du périurbain voire de la métropole dans son ensemble, contribuant donc à renouveler les regards. En s’éloignant ainsi des méthodes des OPP, l’observatoire du GR2013 arrive paradoxalement à se rapprocher des fondements idéologiques de l’OPNP.

Capture d’écran du site OPP GR2013 (opp-gr2013.com)

Les clichés pris dans le cadre de l’OPP du GR2013 sont librement accessibles via un site internet dédié.

Allant encore plus loin dans la rupture avec le modèle des OPP, certaines expériences photographiques contemporaines proposent par ailleurs de se détacher de la posture documentaire. C’est le cas par exemple de la mission photographique indépendante France(s) Territoire Liquide (FTL), lancée en 2012. Cette liberté affichée n’empêche pas la mission FTL de se réclamer de l’héritage de la DATAR, en se positionnant comme un « laboratoire favorisant l’expérience visuelle et la recherche de points de vue singuliers ». [2]

Exit donc l’établissement de règles ou protocoles que l’on retrouvait avec les OPP : la démarche artistique tout comme les lieux d’arpentage sont laissés au libre choix de l’artiste. Dans le projet de FTL, l’itinéraire importe moins que les points de vue isolés, par ailleurs non situés précisément, qui visent à dessiner les paysages « par les contours ». Ce portrait, assumé comme un « kaléidoscope », vise à rendre compte des mutations d’une nation où les frontières territoriales se brouillent.

D’inventaire pur ou de mise en récit, institutionalisée ou indépendante, rigoureuse ou exploratoire dans sa méthode et l’itinéraire suivi, la photographie est donc une méthode d’appréhension du paysage aux multiples facettes et modes d’existence.


[1] Frédérique Mocquet, « L’Observatoire photographique national du paysage : transformations d’un modèle et hypothèses renouvelées de paysage », Projets de paysage [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 10 mars 2022. URL : http://journals.openedition.org/paysage/7099 ; DOI : https://doi.org/10.4000/paysage.7099

[2] « FTL – France(s) Territoire Liquide » [en ligne], consulté le 10 mars 2022. URL : http://www.francesterritoireliquide.fr/.FTL – France(s) Territoire Liquide

[+] « Farm Security Administration », in Wikipédia [en ligne], 25 août 2021, consulté le 19 mars 2022. URL : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Farm_Security_Administration&oldid=185791142.


Auteur/autrice : Benjamin Caramatie

Diplômé de l'école nationale supérieure d'architecture de Nantes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search